Pronote
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Expression orale

Expression orale

Exercice 1 :
Je mime

En groupe, écrivez sur des petits papiers des verbes exprimant un changement. À tour de rôle, vous en tirez un et devez le faire deviner par un mime.

Exercice 2 : DOC 1
Je mets en voix un slam

Choisissez un passage d’un texte de Grand Corps Malade (texte suivant) ou d’un autre auteur de slam. Apprenez-le par cœur et mettez le en voix.

Exercice 3 : DOC 2
Je déclame un poème

Choisissez une strophe du poème suivant. Relisez-la jusqu’à avoir le sentiment de l’avoir bien comprise. Apprenez-la par cœur. Entrainez-vous à la dire à voix haute de façon expressive. Enregistrez-vous sur un logiciel comme Audacity et envoyez le fichier à votre professeur.

Exercice 4 : DOC 3
J’apostrophe ma ville

Qu’avez-vous à dire à votre ville ? Préparez des idées au brouillon.

Exercice 5 :
J’improvise un poème rimé

En petit groupe, écrivez chacun deux sons sur des morceaux de papier. À tour de rôle, tirez deux papiers au hasard et improvisez un court poème rimant avec ces deux sons (sans répéter le même mot).

Exercice 6 : DOCS 1, 2, 3, 4, 5
J’argumente le choix d’un poème

Quel texte du chapitre trouvez-vous le plus poétique ?

Exercice 7 : DOC 2
Je réfléchis à la différence entre vers libres et vers réguliers

Choisissez un passage d’un poème en vers libres. En vous en inspirant, écrivez un poème en vers réguliers.
Choisissez un passage de « Strophes pour se souvenir » (texte suivant). En vous en inspirant, écrivez un poème en vers libres.

Exercice 8 :
J’exprime une préférence

Quel moyen de transport préférez-vous ? Pourquoi ? Préparez des arguments.

Parcours de compétences
J'exploite les ressources expressives et créatives de la parole
Ci-dessous quelques contenus proches qui peuvent vous intéresser :
CACHER LES INFORMATIONS

Text

BLAISE CENDRARS, Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France, 1913, Fondation Martin Bodmer/PUF, 2011.

Expression orale
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

INFORMATIONS SUR LE DOCUMENT
}
DYS

Expression orale

À seize ans, Cendrars fugue et prend un train pour Moscou.
1
En ce temps-là j’étais en mon adolescence
J’avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus de mon enfance
    J’étais à 16 000 lieues1 du lieu de ma naissance
    J’étais à Moscou, dans la ville des mille et trois clochers et des sept gares
Et je n’avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours
Car mon adolescence était si ardente et si folle
Que mon cœur tour à tour brûlait comme le temple d’Ephèse ou comme la Place Rouge de Moscou quand le soleil se couche. [...]
J’avais faim
Et tous les jours et toutes les femmes dans les cafés et tous les verres
J’aurais voulu les boire et les casser
Et toutes les vitrines et toutes les rues
Et toutes les maisons et toutes les vies
Et toutes les roues des fiacres2 qui tournaient en tourbillon sur les mauvais pavés
J’aurais voulu les plonger dans une fournaise3 de glaives4
Et j’aurais voulu broyer tous les os
Et arracher toutes les langues

[Le poète se rend en Chine par le Transsibérien, plus longue ligne de chemin de fer du monde. Il est d’abord enthousiasmé par cette aventure.]

Et pourtant, et pourtant
J’étais triste comme un enfant.
Les rythmes du train
La « moëlle chemin-de-fer5 » des psychiatres américains
Le bruit des portes des voix des essieux grinçant sur les rails congelés
Le ferlin6 d’or de mon avenir
Mon browning7 le piano et les jurons des joueurs de cartes dans le compartiment d’à côté
L’épatante présence de Jeanne8
L’homme aux lunettes bleues qui se promenait nerveusement dans le couloir et qui me regardait en passant
Froissis de femmes
Et le sifflement de la vapeur9
Et le bruit éternel des roues en folie dans les ornières du ciel
Les vitres sont givrées
Pas de nature !
Et derrière les plaines sibériennes, le ciel bas et les grandes ombres des Taciturnes10 qui montent et qui descendent [...]
Je reconnais tous les pays les yeux fermés à leur odeur
Et je reconnais tous les trains au bruit qu’ils font
      Les trains d’Europe sont à quatre temps tandis que ceux d’Asie sont à cinq ou sept temps
      D’autres vont en sourdine, sont des berceuses
      Et il y en a qui dans le bruit monotone des roues me rappellent la prose lourde de Maeterlinck11
      J’ai déchiffré tous les textes confus des roues et j’ai rassemblé les éléments épars d’une violente beauté
      Que je possède
      Et qui me force.
Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?