Pronote
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Fiche lexique

4 - Les mots de la poésie et du théâtre

DYS

`.

LE LEXIQUE DU THÉÂTRE

a. Didascalie et répliques

Dans un texte théâtral, on peut distinguer deux types d'énoncés :
  • les didascalies, parties du texte qui ne sont pas destinées à être prononcées sur scène (indications de changements d’actes et de scènes, indications sur le jeu des acteurs : gestes, ton, etc.).
  • les répliques (prises de parole des personnages), qui sont destinées à être prononcées sur scène.

a.

LE LEXIQUE DE LA POÉSIE

b. Les vers

Déterminer la longueur d’un vers
Pour déterminer la longueur d’un vers, il faut compter le nombre de syllabes qui le composent.

> Je/par/ti/rai./Je/sais/que/tu/m’a/ttends. (Victor Hugo, « Demain dès l’aube »)

Ce vers comporte douze syllabes.
Attention à la voyelle e :

  • Elle est sonore et compte pour une syllabe quand il est entre deux consonnes.
  • Mais elle ne compte pas :
    • quand elle est devant une voyelle ou un h muet 
    • à la fin d'un vers, y compris pour les mots qui se terminent par -es ou -ent.
> Heureuse la beauté que le poèt(e) ador(e) ! (Alphonse de Lamartine, « À Elvire »)


Diérèse et synérèse

  • Certains mots ont deux sons vocaliques qui se suivent.
    • On les prononce en diérèse quand on les lit en deux syllabes.
    > nu-it, mu-et
    • On les prononce en synérèse quand on les lit en une seule syllabe.
    > nuit, muet
  • Le choix de les lire en diérèse ou en synérèse dépend du rythme du poème, c’est-à-dire de la longueur des autres vers. Cela permet souvent d’insister sur un mot.


Les différents types de vers

  • Les vers les plus utilisés sont les vers pairs, notamment les vers longs.
3 syllabes = trisyllabe 6 syllabes = hexasyllabe 10 syllabes = décasyllabe
5 syllabes = pentasyllabe8 syllabes = octosyllabe12 syllabes = alexandrin

c. Les strophes

Les strophes les plus courantes sont : 
2 vers = le distique4 vers = le quatrain8 vers = le huitain
3 vers = le tercet6 vers = le sizain10 vers = le dizain

d. Les rimes

Les rimes vont par deux et sont disposées selon trois combinaisons possibles :

Rimes suivies (ou « plates »)
Tu ressembles parfois à ces beaux horizons (A)
Qu’allument les soleils des brumeuses saisons... (A)
Comme tu resplendis, paysage mouillé (B)
Qu’en amment les rayons tombant d’un ciel brouillé ! (B)
(Charles Baudelaire, « Ciel brouillé »)

Rimes croisées
Tandis que les crachats rouges de la mitraille (A)
Sifflent tout le jour par l’infini du ciel bleu ; (B)
Qu’écarlates ou verts, près du Roi qui les raille (A)
Croulent les bataillons en masse dans le feu. (B)
(Arthur Rimbaud, « Le mal »)

Rimes embrassées
Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle, (A)
Assise auprès du feu, dévidant et filant, (B)
Direz, chantant mes vers en vous émerveillant : (B)
« Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle ». (A)
(Pierre de Ronsard, « Quand vous serez bien vieille... »)

L'alternance des rimes
  • La rime est féminine si elle se termine par un e muet (orthographié -e, -es ou -ent).
  • La rime est masculine quand elle s’achève par une autre lettre.
Dans la poésie classique, les rimes doivent alterner : si la rime A est féminine, la rime B doit être masculine.

La richesse des rimes
La richesse d’une rime se définit par le nombre de sons identiques que l’on entend à la fin des deux vers.

  • Les rimes pauvres ont un seul son en commun.
  > doux/poux
  • Les rimes suffisantes ont deux sons en commun.
  > nei-ges/sacrilè-ges
  • Les rimes riches possèdent au moins trois sons en commun. 
  > a-r-mes/la-r-mes

ATTENTION : deux sons identiques peuvent s’écrire différemment.

(Voir p. 432 pour le lexique de l'argumentation
et p. 487 pour les homophones usuels)

e. Les différents types de répliques particulières

  • Une tirade est une réplique longue. La tirade ralentit le rythme de l’intrigue ; cela correspond à un moment important où l’attention est centrée sur un personnage qui développe ses pensées.
  • Un monologue est une tirade prononcée par un personnage seul sur scène.
    Au théâtre, le spectateur ne peut connaitre les pensées d’un personnage que si celui-ci les exprime à voix haute.
  • Un aparté est une réplique prononcée « à part » (pour qu’elle soit entendue par un personnage mais pas par un autre, ou alors quand elle n’est pas adressée aux autres personnages mais aux spectateurs).
  • La stichomythie est une succession de répliques brèves. Elle crée un rythme très rapide, dynamique, qui convient bien aux scènes d’affrontement entre deux personnages.
Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?