Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Les Révoltés du Bounty, Lewis Milestone et Carol Reed, 1962
P.384-385

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

L’art du détour


Se révolter, est‑ce se libérer ?





Marivaux raconte dans la comédie L’Île des esclaves le naufrage d’Iphicrate et de son esclave Arlequin. Ils arrivent sur une île étrange, où les maîtres deviennent esclaves et les esclaves maîtres. Cette œuvre montre que le renversement des statuts sociaux a une valeur pédagogique, mais elle fait également émerger une question plus large qui traverse le récit des révoltés de la Bounty : la liberté n’est‑elle pas d’abord une libération ?

 Iphicrate : – Méconnais‑tu ton maître, et n’es‑tu plus mon esclave ?

 Arlequin, se reculant d’un air sérieux : – Je l’ai été, je le confesse à ta honte, mais va, je te pardonne ; les hommes ne valent rien. Dans le pays d’Athènes, j’étais ton esclave ; tu me traitais comme un pauvre animal, et tu disais que cela était juste, parce que tu étais le plus fort. Eh bien ! Iphicrate, tu vas trouver ici plus fort que toi ; on va te faire esclave à ton tour, on te dira aussi que cela est juste, et nous verrons ce que tu penseras de cette justice‑là ; tu m’en diras ton sentiment, je t’attends là. Quand tu auras souffert, tu seras plus raisonnable ; tu sauras mieux ce qu’il est permis de faire souffrir aux autres. Tout en irait mieux dans le monde, si ceux qui te ressemblent recevaient la même leçon que toi. Adieu, mon ami ; je vais trouver mes camarades et tes maîtres.

Marivaux, L’Île des esclaves, 1725.

Les Révoltés du Bounty, Lewis Milestone et Carol Reed, 1962

Affiche Les revoltes de la Bounty


Jules Verne publie en 1879 une nouvelle intitulée Les Révoltés de la Bounty. Il y raconte l’histoire tragique et réelle d’une frégate britannique envoyée dans les mers du Sud, à la fin du XVIIIe siècle (1789).

Le bateau du tyrannique capitaine Bligh a pour mission d’aller chercher à Tahiti des pieds d’arbre à pain, destinés à être plantés aux Indes occidentales, afin de nourrir les esclaves à peu de frais.

Au terme de longs mois de voyage, le capitaine est tellement violent avec son équipage que ce dernier finit par se mutiner et par le bannir de l’embarcation. Les révoltés vont, avec des Tahitiens, entreprendre de survivre et de rebâtir sur une île déserte, l’île de Pitcairn, une société plus juste.

L’épisode véridique de la mutinerie de la Bounty questionne tout d’abord l’asservissement illégitime de peuples extra-occidentaux, jugés « inférieurs » aux occidentaux colonialistes, puisque ceux‑ci se moquent que les fruits de l’arbre à pain n’aient pas de goût, tant que cela nourrit à bas coût les esclaves de l’Empire britannique.

Cette histoire fait l’objet du film Les révoltés du Bounty, réalisé en 1962 par Lewis Milestone et Carol Reed.

Les revoltes de la Bounty 1

Le Capitaine Bligh légitime sa violence en arguant de la nécessité de respecter les règlements de manière stricte. La sévérité abusive de Bligh, qui veut pour des raisons pragmatiques que ses hommes obéissent au règlement de manière aveugle, se retourne contre lui‑même.

Un règlement doit‑il être nécessairement appliqué à la lettre ?
Voir les réponses

Les revoltes de la Bounty 2

Sur l’île de Tahiti, les marins ont été accueillis par les autochtones comme des invités de marque, alors que ceux‑ci se moquent d’eux en leur offrant des pacotilles. Les intentions des Anglais sont clairement d’exploiter la crédulité des habitants pour le bien de la Couronne.

Peut‑on asservir autrui en profitant de sa naïveté et en le manipulant ?
Voir les réponses

Les revoltes de la Bounty 3

Marlon Brando joue le lieutenant Fletcher Christian, devenu chef des mutins, parce qu’il ne supporte plus les ordres arbitraires d’un capitaine capricieux. Fletcher est guidé par l’honneur, ainsi que par le respect de la dignité et de la liberté de chaque être humain.

Peut‑on parler d’un droit à la révolte pour défendre la liberté ?
Voir les réponses

Les revoltes de la Bounty 4

Au lieu de tuer Bligh, Fletcher le laisse partir sain et sauf dans un canot avec les marins qui ne souhaitent pas se mutiner. Le plus remarquable est précisément le fait que les hommes de Bligh n’aillent pas jusqu’à lui ôter sa liberté et sa vie, alors même qu’il les asservissait en abusant de sa position sociale de commandant.

Faut‑il accorder aussi la liberté à celui qui pourrait nous nuire ?
Voir les réponses

Les revoltes de la Bounty 5

Sur l’île de Pitcairn, les mutins rêvent d’une société sans violence, en harmonie avec les Tahitiens. Mais il n’est pas si simple de construire une vie sociale sans limiter le libre arbitre.

Comment garantir la liberté sans reconduire les hiérarchies que l’on croyait avoir abolies ?
Voir les réponses

Les revoltes de la Bounty 6

Fletcher est séduit par la danse d’accueil des Tahitiennes, il tombe amoureux de l’une d’entre elles et décide de vivre à ses côtés.

Choisissons‑nous nos sentiments en toute liberté ou sommes‑nous sous leur emprise ?
Voir les réponses

Les revoltes de la Bounty 7

En incendiant le Bounty, quelques marins se coupent de toute possibilité de retour et marquent leur choix de rester dans les îles mais, dans le même temps, cet acte révèle leur volonté de supprimer la possibilité matérielle de choisir une autre vie.

La liberté peut‑elle faire peur ?
Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.