Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Alexis de Tocqueville
P.386

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Biographie


Alexis de Tocqueville





Alexis de Tocqueville
1805‑1859

Alexis de Tocqueville

Sa vie

Issu de la noblesse féodale normande de tendance légitimiste, Alexis de Tocqueville naît le 29 juillet 1805 à Paris et grandit à Verneuil‑sur‑Seine, où son père a été nommé maire par Napoléon en 1804. Sa famille a souffert de la Terreur : son arrière‑grand‑père, Malesherbe, a été décapité, ainsi que son oncle et sa tante, laissant ses cousins orphelins. Élève au collège royal de Metz, il découvre la philosophie des Lumières, ce qui lui fait perdre la foi chrétienne. Il continue cependant de croire à l’existence de Dieu.

Devenu magistrat en 1827, il fait un grand voyage aux États-Unis, où il souhaite examiner le système pénitentiaire américain, mais c’est aussi pour lui l’occasion d’observer une société démocratique marquée par l’égalité des conditions.

Revenu en France, Tocqueville rédige en deux tomes une réflexion intitulée De la démocratie en Amérique (1835 et 1840), ouvrage qui le rend célèbre et lui ouvre une belle carrière politique. Député de la Manche en 1839, il devient président du Conseil de la Manche. En désaccord avec le coup d’État de Louis‑Napoléon Bonaparte, il démissionne du Conseil en 1853. Contre l’esclavage dans les colonies, il n’en défend pas moins l’entreprise coloniale en Algérie pendant qu’il est ministre des Affaires étrangères.

Sa pensée

Tocqueville est l’un des pères du libéralisme. Il prend acte, comme Benjamin Constant, d’un changement dans la compréhension même de la démocratie. Alors que dans l’Antiquité, les citoyens voulaient participer au partage du pouvoir et exercer la souveraineté populaire en déployant leurs qualités dans l’espace public, la liberté que cherchent les Modernes n’est plus tant l’autonomie du citoyen que l’indépendance de l’individu.

Tocqueville déplore quelque peu l’individualisme croissant, tout en admettant que la protection des libertés individuelles est précieuse et qu’il ne faut pas y renoncer. Liberté de pensée, liberté de croyance, liberté d’expression sont décisives, tout comme la liberté de la presse.

Le danger des sociétés modernes n’est pas celui qui guettait les tyrannies antiques. Il s’agit, d’une part, du risque que des minorités ne se sentent pas représentées par le vote majoritaire (tyrannie de la majorité), d’autre part, que les citoyens, préoccupés uniquement par le bien‑être matériel dans leur sphère privée, soient peu intéressés par la chose publique, acceptant une centralisation du pouvoir abusive en raison de leur endormissement. Il craint le conformisme social et dénonce la solitude des individus modernes. Coupés les uns des autres, ils n’ont plus de patrie. Le remède passe, selon lui, par les associations et un regain de la religion, qui peut retisser le lien social.

« Je pense que les peuples démocratiques ont un goût naturel pour la liberté ; livrés à eux‑mêmes, ils la cherchent, ils l’aiment. »


Œuvres principales

Œuvres principales d'Alexis de Tocqueville

Dans ce manuel


Autres philosophes à découvrir


Sénèque
4 av. J.-C. - 65

Sénèque

Retrouvez ici sa biographie.

Karl Jaspers
1883-1969

Karl Jaspers

Retrouvez ici sa biographie.

Jeanne Hersch
1910-2000

Jeanne Hersch

Retrouvez ici sa biographie.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.