Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Langue
P.121

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Littérature langue


Langue




Voir les réponses

Exercice 1 : Conjugaison

Je révise les temps composés et l’accord du participe passé

« Il m’a raconté aussi beaucoup de choses, qu’on n’avait pas fusillé les condamnés, qu’on les avait jetés aux Boches, les bras attachés, mais ça il l’avait pas vu, c’est son sergent qui lui avait dit. Ce sergent, Daniel Esperanza, s’était chargé des lettres de Nino et des quatre autres, et Prussien l’avait vu, au cantonnement, en prendre copie avant de les envoyer disant : “ Quand je pourrai, il faudra que je regarde si elles sont bien arrivées. ” »


S. Japrisot, Un long dimanche de fiançailles, Denoël, 1991.


1
À quels temps et quel mode les verbes en italique sont-ils conjugués ?

Temps Mode
« a raconté »
« avait fusillé »
« avait jetés »
« avait vu »
« avait dit »
« avait vu »
« sont arrivées »



2
Justifiez l’orthographe de chaque participe passé en italique.



Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 2 : Grammaire

Je connais les différentes classes grammaticales du mot que

Consigne
Identifiez la classe grammaticale de « que » : conjonction de subordination, pronom (relatif, interrogatif), adverbe ou béquille du subjonctif.

a) Qu’ils viennent les Boches !
b) Voilà bientôt six mois que ça dure.
c) Des boniments et des promesses, si tu savais ce qu’on nous a servi.
d) Les renforts qu’on envoyait au front ont refusé de partir.
e) Je voudrais que ce soit fini.
f) Qu’est-ce que ça nous rapportera à nous ?
g) Je ne suis pas plus coupable que les autres, mais il faut un exemple.

a) Qu’ils viennent les Boches !
b) Voilà bientôt six mois que ça dure.
c) Des boniments et des promesses, si tu savais ce qu’on nous a servi.
d) Les renforts qu’on envoyait au front ont refusé de partir.
e) Je voudrais que ce soit fini.
f) Qu’est-ce que ça nous rapportera à nous ?
g) Je ne suis pas plus coupable que les autres, mais il faut un exemple.
Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 3 : Grammaire

Je repère des classes grammaticales invariables (prépositions, conjonctions de coordination et de subordination)

Consigne
Dans l’extrait suivant, relevez les prépositions, les conjonctions de coordination et de subordination.

4 décembre 1914

Ma bien chère Lucie,

Quand cette lettre te parviendra, je serai mort fusillé. Voici pourquoi : Le 27 novembre, vers 5 heures du soir, après un violent bombardement de deux heures, dans une tranchée de première ligne, alors que nous finissions la soupe, des Allemands se sont amenés dans la tranchée, m’ont fait prisonnier avec deux autres camarades. J’ai profité d’un moment de bousculade pour m’échapper des mains des Allemands. J’ai suivi mes camarades, et ensuite, j’ai été accusé d’abandon de poste en présence de l’ennemi. Nous sommes passés vingt-quatre hier soir au Conseil de Guerre. Six ont été condamnés à mort dont moi. Je ne suis pas plus coupable que les autres, mais il faut un exemple. Mon portefeuille te parviendra avec ce qu’il y a dedans. [...] Je meurs innocent du crime d’abandon de poste qui m’est reproché. Si au lieu de m’échapper des Allemands, j’étais resté prisonnier, j’aurais encore la vie sauve. C’est la fatalité.

Ma dernière pensée, à toi, jusqu’au bout.  Henry Floch


J.-P. Guéno, Paroles de Poilus, Librio, 1998.


prépositions conjonctions de coordination conjonctions de subordination
Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 4 : Grammaire

Je sais repérer les compléments d’objet

Consigne
Dans le passage suivant, relevez les COD puis donnez leur classe grammaticale.

Nous ne pouvons ni rapatrier les blessés ni enterrer nos morts. L’ordre était de tenir  jusqu’à de nouvelles instructions. Il faut attendre. Les blessés essaient de se protéger contre la pluie. Ils se serrent et frémissent de tout leur corps. Et les morts, au fond des tranchées, se laissent submerger par la vase. Leurs cheveux baignent dans la boue. La pluie, petit à petit, les engloutit. Il faut attendre et s’habituer à la présence silencieuse de ces cadavres que la pluie ne fait pas cligner des yeux ni le froid grelotter. Ils nous tiennent compagnie. Ils nous tiennent.


L. Gaudé, Cris, Actes Sud, 2001.


Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 5 : Grammaire

Je repère les compléments circonstanciels

Consigne
Dans l’extrait suivant, relevez les différents compléments circonstanciels puis précisez la circonstance qu’ils expriment.

Les obus tombent, autour de Bouaré, de Lardin et de moi. On finit par concevoir cette chute perpétuelle des obus. Notre imagination, nos sens n’étaient pas faits encore à sa mesure, pas au point. Cela vient. Nous sommes réellement là. Lorsqu’on risque un mouvement, notre corps se décolle avec un petit bruit mouillé ; lorsqu’un obus siffle plus court, on se serre davantage sur soi-même, et l’on respire plus large après qu’il a éclaté. Nous avons perdu la notion du temps : le ciel, au-dessus de nous, demeure immuablement gris entre les deux levées d’argile ; par intervalles, une petite pluie glacée les couvre d’un ruissellement triste, et la flaque jaune tremblote entre mes jambes.


M. Genevoix, « Février 1915 », Ceux de 14. Les Éparges, 1923.


Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.