Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Cosmogonies polythéistes
P.128-130

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Texte et image


Cosmogonies polythéistes





JACQUES CASSABOIS, Le Premier Roi du monde, l’épopée de Gilgamesh

Gilgamesh est un roi cruel et orgueilleux, qui sème la terreur dans son royaume. Les habitants prient les dieux tout-puissants de rappeler Gilgamesh à l’ordre.

  Les dieux sont en effet les créateurs du monde : ils ont tiré de la Mer la première motte d’argile, dont ils ont façonné le monde. Ils ont mêlé leur sang à la boue et touillé1 ce mélange pour donner naissance à l’humanité. Ils ont doté les hommes d’un esprit2, pour les protéger de l’oubli. Puis ils leur ont remis la houe3, le couffin4, le moule à briques, pour qu’ils fassent pousser les plantes et construisent le pays.


JACQUES CASSABOIS, Le Premier Roi du monde, l’épopée de Gilgamesh, chapitre 1 © Le Livre de poche Jeunesse, 2008.

1. Remué.
2. Ils ont donné aux hommes un esprit.
3. Instrument servant à remuer la terre.
4. Panier.

L’épopée de Gilgamesh

Découverte et déchiffrée à la fin du XIXe siècle, elle est le plus ancien récit que nous connaissions. Les premiers épisodes datent d’environ 2500 avant J.-C. ; ils ont été modifiés et complétés jusqu’à 1000 avant J.‑C. environ.
Ce long poème raconte sous forme de légende les aventures et les exploits légendaires de Gilgamesh, roi du pays de Sumer (en Mésopotamie).

OVIDE, Métamorphoses

Le poème d’Ovide commence par un récit de la création du monde.

  Avant la création de la mer, de la terre et du ciel, voûte1 de l’univers, la nature entière avait un aspect uniforme2 ; le nom de chaos fut donné à cette masse informe et grossière, bloc inerte3 et sans vie, assemblage confus d’éléments discordants4 et mal unis entre eux. L’air, la mer et la terre étaient confondus ensemble : ainsi la terre n’avait pas de solidité, l’eau n’était pas navigable, l’air manquait de lumière. Ennemis les uns des autres, tous ces éléments rassemblés en désordre, le froid et le chaud, le sec et l’humide, les corps mous et les corps durs, les corps lourds et les corps légers, se livraient une éternelle guerre.
  Un dieu, si ce n’est la bienfaisante Nature elle-même, mit fin à cette lutte, en séparant la terre du ciel, l’eau de la terre, et l’air le plus pur de l’air le plus épais. Quand il eut débrouillé ce chaos et séparé les éléments en indiquant à chacun d’eux la place qu’il devait occuper, il établit entre eux une éternelle harmonie. Puis il façonna d’abord la terre encore inégale par certains côtés, et l’arrondit en un globe immense.
  Le dieu crée ensuite les vents, les cours d’eau, les montagnes, une région brûlante au milieu du globe, des régions éternellement enneigées aux pôles et entre elles des régions tempérées. Puis les astres, cachés auparavant dans la nuit du chaos commencèrent à briller dans toute l’étendue des cieux ; et afin que chaque région eût ses habitants, la voûte céleste devint la demeure des astres et des dieux, les eaux se peuplèrent de poissons, la terre de bêtes fauves, et l’air d’oiseaux qui le battent de leurs ailes.
  Un animal plus noble, doté d’une intelligence plus élevée, et fait pour commander aux autres, manquait encore. L’homme naquit : soit que l’ouvrier sublime, qui a créé l’univers à partir du chaos, l’ait formé à partir d’une semence divine ; soit que le fils de Japet5, détrempant avec de l’eau l’argile de la terre, l’ait façonné à l’image des dieux. Tandis que les autres animaux courbent la tête et regardent la terre, l’homme porta ses regards vers les cieux. Ainsi la terre, qui n’était auparavant qu’une masse informe et grossière, donna naissance au premier des humains.


OVIDE, Métamorphoses, Livre I, traduction de Désiré Nisard, adaptée par Stanisław Eon du Val (des passages ont été coupés).

1. Plafond arrondi.
2. Étymologiquement : « une seule forme » ; tout, dans la nature, avait le même aspect.
3. Qui ne montre aucun signe de vie.
4. Ne vont pas ensemble.
5. Il s’agit de Prométhée, un Titan (les Titans sont les divinités qui ont précédé les dieux de l’Olympe).

Les Métamorphoses

Long poème écrit par le poète latin Ovide sous le règne d’Auguste, il rassemble de nombreuses légendes de la mythologie gréco‑romaine (voir p. 108).

Prométhée crée le premier homme

Voir les réponses

L'image

1
Sur cette œuvre (⇧), identifiez a) les hommes, b) Prométhée, qui façonne l’homme, c) Athéna (Minerve) qui lui insuffle la vie. Justifiez vos réponses.



2
Complétez ces observations par des recherches sur Prométhée.

Voir les réponses

100% Numérique

Retouvez  :

Völuspá, Edda poétique

Cet extrait de la Völuspá est un long monologue qu’une voyante adresse au dieu Odin, père de tous les dieux. Elle lui expose l’histoire et le destin du monde, des dieux et des hommes, depuis les origines.

Dans les temps anciens,
Vint Ymir le géant du froid et de la glace.
Le monde n’existait pas encore,
Il n’y avait ni ciel, ni terre.
Puis, la terre se souleva et Midgard,
Le pays des hommes, apparut.
Dans le ciel apparut Asgard,
Le monde des dieux.
Du sud vint le soleil.
Tout le monde sentit sa chaleur.
Ainsi, le pays des hommes devint vert.
Les dieux, les Ases, tinrent conseil,
Et se rassemblèrent autour de la chaise du juge Odin.
Ils donnèrent des noms à la nuit et au jour,
Au matin et au midi, à l’aube et au crépuscule afin de mesurer le temps.
Ensuite, les Ases façonnèrent les hommes.
De Ask, la cendre, ils firent l’homme.
De Embla, l’orme, naquit la femme.
Mais il manquait encore à l’homme et la femme la chaleur de la vie.
Il leur manquait aussi une âme.
Le dieu Lodur leur insuffla la vie.
Le dieu Hömir leur donna une âme.


Völuspá, Edda poétique, vers l’an mille, © Bibliomedia Suisse Lausanne, 2006 pour la traduction française.

Odin et ses descendants

Edda poétique

C’est la plus importante source de connaissances sur la mythologie du nord de l’Europe. Elle est composée de poèmes dont le plus célèbre est la Völuspá.
Voir les réponses

Les textes

COMPÉTENCE - J'enrichis ma culture personnelle en abordant les cultures du monde.


1
a) De quelle époque date chacun de ces trois textes ? b) À quelle civilisation chacun d’eux est-il lié ?



2
Dans ces textes, le mot « dieu » est écrit avec une minuscule et précédé d’un déterminant. Pourquoi, selon vous ?



3
Montrez que ces textes sont liés à des religions polythéistes.



4
a) Dans chacun des textes, comment le monde est-il créé ? Résumez les grandes étapes dans un tableau. b) Quel récit se rapproche de celui de la Genèse, dans la Bible ? Justifiez votre réponse.



5
a) Dans chacun des textes, comment l’homme et la femme sont-ils créés ? b) Quel texte évoque deux possibilités ?



6
Dans le texte d’Ovide, quelle place est donnée à l’homme par rapport aux autres créatures ? Comparez avec le texte biblique.



7
Quelle cosmogonie vous semble la plus intéressante ? Expliquez.

Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.