Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus





Un autre regard sur le chapitre 1




MÉTIERS

Histologiste : aider à diagnostiquer des maladies




Histologiste interview Adèle N.

Cliquez ici pour retrouver une fiche métier plus complète.

Comment y accéder ? Bac à dominante scientifique puis diplôme d’ingénieur en biochimie, biologie moléculaire et cellulaire, biotechnologies (bac + 5).

Salaire indicatif en début de carrière : 2 500 euros bruts.

Interview d’Adèle N.

En quoi consiste le métier d’histologiste ?

J’analyse des échantillons de tissus après leur prélèvement : du sang, des biopsies ou des frottis, par exemple. Après avoir préparé ces échantillons, je dois analyser au microscope l’état du tissu et des cellules qui le constituent.

Où travaille un histologiste ?

La plupart du temps nous travaillons dans des laboratoires d’analyses médicales, en relation avec les hôpitaux. Mais ce métier peut aussi être exercé dans un laboratoire de recherche ou dans les domaines vétérinaire ou végétal.

Quels sont les points forts de ce métier ?

Mon travail aide à établir un diagnostic, en particulier en cas de cancer. Je permets donc aux médecins de décider des traitements à adopter. Il faut aimer travailler en équipe, être précis, rigoureux et utiliser les nouvelles technologies.
PERSPECTIVE

Les cellules souches : entre perspectives thérapeutiques et éthique




Neurones dérivés de cellules souches embryonnaires et obtenus en laboratoire.

Neurones dérivés de cellules souches embryonnaires et obtenus en laboratoire.

Microscopie à fluorescence. En bleu : noyau ; en vert et rouge : protéines cytoplasmiques.

Les cellules souches permettent par différenciation la formation de cellules spécialisées dans les différents organes. Cette propriété est exploitée en médecine, comme dans le cas des cellules souches de la peau pour reconstituer les différentes couches de l’épiderme des grands brûlés. Les cellules souches embryonnaires possèdent le plus grand potentiel de différenciation, mais la recherche sur celles-ci est encadrée par le code de la santé publique : elle est permise à condition de respecter certains critères très stricts.

Des questions éthiques sont soulevées car l’embryon n’a pas le statut juridique de personne mais peut potentiellement le devenir. Shinya Yamanaka, un chercheur japonais, a mis au point une technique permettant de reprogrammer une cellule adulte différenciée en cellule souche. Le prix Nobel de médecine 2012 a récompensé cette découverte pour les perspectives thérapeutiques offertes.

Cliquez ici pour découvrir une greffe de neurones sur des souris à partir de cellules souches.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?