Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Un accroissement des flux
P.162-163

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

COURS 2


2
Un accroissement des flux



En quoi le monde est‑il marqué par un accroissement des flux ?


A
Une grande diversité de flux toujours croissants

Une croissance des flux avec la libéralisation et la DIT. Les flux ne cessent d’augmenter, sauf en période de crise, comme en 2008. La libéralisation a permis cette croissance : sous l’influence des FTN et de nombreux États libéraux (les États‑Unis par exemple), la plupart des barrières qui entravent les échanges ont été levées (par l'intermédiaire du GATT puis de l'OMC à l’échelle mondiale). L'augmentation des flux de marchandises s'explique par des FTN qui appliquent la DIT (voir chapitre 4).

Les flux matériels sont les plus spectaculaires. Il s’agit des biens de consommation, des pièces détachées, des matières premières et agricoles. Au sein des flux matériels, certains sont illégaux (trafics de drogue, d’armes, d’êtres humains ou d’organes). Tous ces flux sont le reflet de la mondialisation.

Des flux immatériels qui croissent encore plus vite. Il s’agit des flux financiers (IDE des FTN, échanges boursiers, transferts de fonds qui se comptent en milliards de dollars par jour) et d’informations. Internet explique la mise en réseau généralisée du monde, rendant certains flux difficilement contrôlables. Les flux d’informations (mails, tweets, etc.) ont explosé aujourd'hui, avec plus de 4 milliards d’internautes.

B
Une maritimisation de l’économie mondiale

Les biens s’échangent essentiellement par voie maritime. Porte‑conteneurs, cargos, pétroliers : ces navires sont de plus en plus grands, et nécessitent des aménagements toujours plus importants (ports en eaux profondes, espaces de stockage, etc.). Le conteneur a permis la standardisation des échanges : un conteneur peut être chargé sur un camion, un train ou un navire (Doc. 1). Le grand volume transporté par un porte‑conteneurs (jusqu’à 21 000 conteneurs) permet un coût de transport des marchandises très faible.

Mers et océans, des espaces stratégiques. Les mers et océans offrent l'avantage d’une libre circulation, qui permet de contourner les foyers de tensions et d’éviter de dépendre des multiples États qui seraient traversés par voie terrestre. Certains passages resserrés, naturels (détroits comme Gibraltar) ou artificiels (canaux comme Suez), sont stratégiques. Mais la piraterie constitue un risque qui se concentre dans ces passages (détroit de Malacca).

Des flux numériques qui transitent aussi par la mer. Les flux immatériels reposent sur des supports matériels. De grands câbles sous‑marins connectent les pôles mondiaux, reflétant et renforçant la hiérarchie de l’économie mondiale.

C
Des flux durables ?

Des flux polarisés qui excluent une grande partie du monde. Les principaux acteurs du commerce mondial sont la Chine (1er exportateur), les États‑Unis (1er importateur), l’UE et le Japon. Ils réalisent plus de la moitié des échanges commerciaux et concentrent les IDE. La place des pays émergents progresse mais reste faible (l’Inde ne compte que pour 3 % du commerce mondial, moins que la France). Les Pays les moins avancés ne réalisent qu’environ 1 % du commerce mondial alors qu’ils regroupent 13,5 % de la population mondiale.

Des flux ayant de fortes conséquences environnementales. Les rejets de gaz à effet de serre induits par cette nouvelle organisation de la production sont colossaux. L’idée de revenir à des circuits courts quand c’est possible, c’est‑à‑dire consommer des produits plus locaux, trouve un écho de plus en plus important dans les pays développés.

Chiffres-clés

90 %

du commerce passe par la mer



Le port de Singapour traite

36 millions

de conteneurs chaque année



280 milliards

de mails sont envoyés chaque jour

Vocabulaire

  • Conteneurs : « boîtes » métalliques standardisées d’environ 40 m3 (5 x 2,5 x 6 m) et transportables par bateau, train, camion.
  • Division Internationale du Travail (DIT) : séparation des fonctions productives en fonction des spécialités des espaces.
  • GATT : General Agreement on Tariffs and Trade (accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) créé en 1947 pour diminuer les droits de douane. L’OMC lui succède en 1995.
  • Investissement direct à l’étranger (IDE) : investissement réalisé par une firme transnationale pour créer ou racheter une entreprise dans un autre pays.
  • OMC : Organisation mondiale du commerce, fondée en 1995 à Genève, qui promeut le libre‑échange.

La conteneurisation constitue aujourd’hui l’épine dorsale de la mondialisation.


1
Le port en eau profonde de Yangshan

Le port en eau profonde de Yangshan

2
Décomposition du prix d’un T‑shirt

Décomposition du prix d’un T-shirt

Acteur du changement

Consommer en circuit court


Le circuit court séduit. Ce mode de distribution, qui ne compte qu’un seul intermédiaire, s’inscrit parfaitement dans une démarche écoresponsable, à l’heure où le développement durable est une priorité. Les avantages sont multiples : en plus des économies réalisées sur l’ensemble de la chaîne de distribution, le circuit court permet de recréer une relation directe entre le producteur et le consommateur. Entre vente directe à la ferme ou sur les marchés, via des sites de vente en ligne ou en passant par une Amap, nombreuses sont les solutions pour encourager une consommation locale, responsable et écologique !


Biocoop circuit court
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.