DOSSIER



De l’Empire d’Autriche à l’Autriche‑Hongrie




Questions

Voir les réponses

Prélever des informations

1. Montrez pourquoi l’Empire d’Autriche est particulièrement compliqué à gouverner. (Doc. 1, 2 et 3)

2. Citez les transformations mises en œuvre pour réformer et pour maintenir une unité. (Doc. 1, 4 et 5)

3. Relevez les moyens utilisés par la dynastie pour développer un sentiment d’appartenance à l’Empire. (Doc. 4 et 5)


Question de synthèse

4. Répondez à la problématique du dossier sous la forme d’un développement construit.

Comment l’Empire autrichien se transforme‑t‑il ?

Activité numérique


Gloire à la Patrie !
De Verdi aux frères Grimm, étudiez la façon dont les artistes de l'époque forgent le sentiment national.

Bientôt disponible !

3
Les religions dans l’Empire (vers 1870)

Les religions dans l’Empire 1870

2
L’Autriche, un assemblage bariolé

On prétend qu’on trouve en Autriche vingt nationalités différentes et dix‑huit idiomes. […] Aux environs de Temeswar1, un propriétaire me disait qu’il avait absolument besoin de connaître cinq langues : le latin pour les anciennes pièces officielles, l’allemand pour ses relations avec Vienne, le hongrois pour prendre la parole dans la diète, enfin le valaque et le serbe pour donner des ordres à ses ouvriers. […] L’Autriche forme un assemblage bariolé de groupes ethnographiques qui ne se sont pas mêlés, comme en France, de façon à constituer une seule nation ayant le sentiment d’une patrie commune. Chacun est attaché à sa province, nul ne l’est à l’Empire. Vous trouvez des Hongrois, des Croates, des Tchèques acharnés, mais pas d’Autrichiens.


Émile de Laveleye, « L’Allemagne depuis la guerre de 1866 », article paru dans la Revue des Deux Mondes, 1868.


1. Ville située dans l’ouest de la Roumanie actuelle, à l’époque en Autriche‑Hongrie.

Carte interactive
Télécharger la carte en pdf ici.

1
L’Autriche‑Hongrie et ses peuples après 1867

Fond de carte
Fond de carte
Allemands
Hongrois
Italiens
Polonais
Roumains
Ruthènes
Serbo-Croates
Slovaques
Slovènes
Tchèques
L’Empire austro-hongrois (texte)
Fond de carte (texte)
Après la réforme de 1867, le pays est divisé en deux : la Cisleithanie est dirigée depuis Vienne ; la Transleithanie est dirigée depuis Budapest, sauf pour les affaires monétaires, militaires et la politique extérieure qui restent sous le contrôle de Vienne.

4
Préambule de la Loi constitutionnelle de 1867

Dans ce texte, l’Autriche cherche à formaliser ses relations avec la Hongrie, dominée depuis le début du XVIIIe siècle.

Sa Majesté impériale et royale apostolique après avoir octroyé les droits constitutionnels à ses autres pays et provinces a, dans l’auguste discours du trône par lequel elle a daigné ouvrir la présente diète1, sollicité la diète de rechercher […] les moyens les plus propres à assurer inviolablement, aussi bien l’indépendance politique et administrative de la Hongrie et de ses annexes, que les conditions vitales de l’existence et de l’intégrité de la monarchie […]. Et en même temps par la participation constitutionnelle, tant des pays de la Couronne hongroise que des autres pays et provinces de Sa Majesté, au traitement constitutionnel des affaires communes sus indiquées. La diète a accueilli avec une joie sincère cette décision […].

C’est pourquoi les magnats et députés de la Hongrie n’ont pas failli à chercher les mesures propres à rendre possible, à l’avenir, et essentiellement, le maintien inviolable du contrat fondamental en vertu des lois 1, 2 et 3 entre l’auguste famille régnante et la Hongrie, lequel a garanti d’une part […] l’indépendance législative et administrative et l’autonomie de la Hongrie. La nécessité apparaissait, par suite, de déterminer avec précision et exactitude les points qui intéressent en commun les pays de la Couronne de Hongrie et les autres pays gouvernés par Sa Majesté, et d’établir également des règles précises pour les relations mutuelles des deux représentation constitutionnelles réciproquement indépendantes.


1. Assemblée.


Après l’échec de la révolution populaire hongroise lors du Printemps des peuples, l’Empire d’Autriche et sa dynastie, les Habsbourg, sont restaurés dans toute leur puissance. Cependant, la montée des sentiments nationaux et la défaite face à la Prusse à Sadowa (1866) obligent François‑Joseph Ier, l’empereur, à faire évoluer cet empire multinational, véritable mosaïque de peuples et de langues. Le pouvoir impérial tente alors de répondre à certaines demandes, notamment en accordant une autonomie politique et administrative à la Hongrie, tout en maintenant l’unité de l’Empire.

carte d'Europe

5
Portrait de François‑Joseph Ier

Portrait de François-Joseph Ier
Lajos Osko, François‑Joseph Ier en costume traditionnel hongrois, v. 1890, aquarelle sur ivoire, collection privée.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?