Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Repères • Glossaire
P.227

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer




Repères ● Glossaire





Repères



Formel / Matériel

Est formel ce qui est relatif à la forme d’une chose ; est matériel ce qui est relatif à la matière d’une chose. Toute chose est ainsi un composé de matière et de forme : la matière d’une chose est son contenu, ce en quoi elle est faite (l’étoffe de la chose) ; la forme, c’est le principe d’unité de la chose, sa structure. Ainsi, le travail est une transformation de la nature qui consiste à donner une forme à une matière. L’activité productive est avant tout la mise en forme d’une matière afin qu’elle ait la figure de l’objet souhaité. Depuis Aristote, on considère que ce qui fait l’essence d’une chose est plutôt sa forme que sa matière, car la forme permet de reconnaître la chose pour ce qu’elle est tandis que la matière peut varier sans que ne change la nature de la chose. Par exemple, le fait qu’une chaise produite par un artisan soit en plastique, en bois ou en métal importe moins que le respect de la forme de cette chaise.

En logique, on distingue par ailleurs la vérité formelle de la vérité matérielle. La première se rapporte à la validité des raisonnements, aux lois logiques de la pensée – quels que soient les énoncés. La seconde renvoie à l’adéquation entre la pensée ou un discours et la réalité perceptible.

Glossaire



Aliénation

Étymologiquement, l’aliénation vient du latin alienus qui signifie « étranger, qui appartient à un autre ». Ce terme connaît de nombreuses acceptions. Comme concept juridique, l’aliénation est le fait de transmettre la propriété d’un bien ou d’un droit à autrui. En psychiatrie, on parle d’aliénation mentale pour désigner un trouble psychique fort, une démence par exemple. Chez Marx, l’aliénation prend un sens différent : être aliéné, c’est être dépossédé de soi-même, c’est perdre ce qui fait la nature de l’homme ; « l’homme est rendu étranger à l’homme ». L’homme est aliéné lorsqu’il perd le sens de son travail. Il devient une simple marchandise qui ne peut jouir du fruit de ce travail. Il est alors séparé du produit de son labeur et entretient une forme d’hostilité envers lui.

Division sociale / Division technique du travail

Il ne faut pas confondre la division sociale et la division technique du travail. La première désigne la répartition et la spécialisation des tâches au sein d’une société, à travers des activités complémentaires. Il s’agit de l’un des fondements de l’organisation sociale actuelle. La seconde désigne quant à elle la décomposition d’une activité productive, au sein d’une entreprise, en une série d’opérations élémentaires et parcellaires, confiées à des individus différents, souvent peu qualifiés. Elle répond souvent à des impératifs économiques de rentabilité et de productivité, dans un système capitaliste.

Exploitation

Ce concept marxiste désigne l’acte par lequel le capitaliste s’approprie une partie de la valeur produite par le travailleur. En effet, tout travailleur est forcé de vendre sa force de travail qu’il déploie pour celui qui possède les moyens de production (capitaliste). Cependant, sa rémunération est bien inférieure à la richesse qu’il produit pour le capitaliste : c’est ce qui permet au capitaliste de réaliser une plus‑value qu’il ne rétrocède pas au travailleur, d’où une exploitation de ce dernier qui devient marchandise.

Loisir

Le loisir désigne un temps libre dont on peut disposer comme on le souhaite, en dehors des occupations contraintes et du temps de repos. Il vient du terme latin licere, « être permis ». Avec l’avènement d’une société de loisirs au XXe siècle, le loisir est‑il réellement un temps détaché du système productif ? Le loisir pourrait alors devenir un divertissement, et notre vie serait alors organisée selon une alternance de trois temps : le temps de travail pour produire, le temps de repos pour retrouver l’énergie de travailler, et le temps des loisirs pour consommer les produits du travail. Tout notre temps de vie serait alors organisé par le travail.

Production

La production renvoie à l’ensemble des activités qui ont pour but la création de biens ou de services afin de satisfaire les besoins d’une société.

Prolétaires

Ce terme désigne ceux qui doivent vendre leur force de travail pour vivre, car ils n’ont aucun bien d’où tirer un revenu. Dans la pensée de Marx, ces individus s’opposent aux bourgeois qui disposent d’un capital duquel ils tirent des revenus.

Travail

Au sens large, le travail désigne toute tâche qui nécessite un effort, une peine, et qui vise à produire quelque chose ou à transformer son environnement. En un sens plus restreint, le travail est une tâche, souvent pénible, qui nous apporte des revenus en vue de satisfaire nos besoins.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.