Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Repères • Glossaire
P.321

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer




Repères ● Glossaire





Repères



En fait / En droit

Cette distinction souligne la divergence qu’il peut y avoir entre une situation réelle et ce qu’elle devrait être. Elle est donc directement liée au devoir, qui indique par définition un devoir-être, une norme. La morale s’oppose à l’idée que, sous prétexte qu’une chose existe en fait, alors elle est justifiée en droit. Rousseau critiquera ainsi l’idée de « droit du plus fort » : un rapport de force factuel ne confère aucune légitimité au pouvoir qui l’exerce. C’est sur cet argument que se fonde la désobéissance civile.

Par exemple, ce n’est pas parce qu’une armée d’occupation a le pouvoir dans les faits, qu’elle dispose du droit de l’utiliser à sa guise.

Obligation / Contrainte

La contrainte s’impose à l’individu de manière nécessaire : elle ne lui laisse pas le choix de s’y soustraire. Ainsi, la maladie implique souvent des contraintes, c’est-à-dire une limitation objective des capacités d’action de l’individu. L’obligation est au contraire un impératif qui, certes, vise à nous imposer une action, mais qui nous laisse libres de la remplir ou non. Le devoir moral relève de l’obligation : je peux désobéir à l’obligation d’aider mon prochain. Le mérite de l’individu qui accomplit son devoir vient précisément de ce qu’il aurait pu ne pas le faire. Le cas de la loi juridique peut nuancer cette distinction. La loi impose des devoirs et elle dispose d’un arsenal de contraintes pour les faire respecter (usage de la force, sanctions diverses, etc.). Mais le citoyen peut accomplir son devoir pour d’autres motifs que la peur de la sanction.

Origine / Fondement

L’origine désigne soit le commencement temporel, soit les causes d’un phénomène. Le fondement renvoie à ce qui justifie ou rend raison d’une chose.

Par exemple, une peur peut avoir une origine, mais ne pas être fondée.

Lorsque l’on s’interroge sur les origines du devoir, on s’intéresse aux conditions culturelles, sociales, historiques qui ont conduit à son établissement. Cela peut amener à le relativiser. Chercher un fondement au devoir, c’est au contraire chercher un principe qui permette de justifier pourquoi il en est ainsi. L’indication d’un fondement peut contribuer à faire de la morale un phénomène universel.

Glossaire



Devoir

Le devoir est une obligation morale. Il se distingue de la contrainte et de la nécessité. Une nécessité ne peut pas ne pas être, alors que nous pouvons ne pas faire notre devoir. Le devoir prend la forme d’un ordre, d’un impératif, qui prononce une règle, suppose la liberté et implique une responsabilité. La source du devoir reste discutée, mais renvoie à une instance qui incarne l’autorité (Dieu, la raison, l’intérêt, etc.).

Dilemme

Originellement, en logique, le dilemme désigne un raisonnement dans lequel deux prémisses contradictoires conduisent à une conclusion identique. Plus largement, le terme renvoie à une situation dans laquelle l’individu se trouve dans l’obligation de choisir entre deux possibilités dont chacune comporte des inconvénients. Il peut prendre la forme d’un conflit entre des devoirs incompatibles, comme dans le cas de Javert : faut‑il obéir à la loi civile ou à des principes moraux universels ?

Éthique / Morale

Le terme de morale vient du latin moralis qui signifie « relatif aux mœurs ». La morale désigne l’ensemble des devoirs qu’un sujet doit honorer. Elle indique le bien, distingué du mal, lequel fait dès lors l’objet d’une interdiction. On distingue souvent morale et éthique : la différence est d’abord étymologique, éthique venant du grec ethos, qui signifie le comportement, la conduite. Paul Ricœur, dans Soi‑même comme un autre, propose de définir l’éthique comme réflexion sur les conditions de la vie bonne (ce qui englobe une réflexion sur le bonheur) et la morale comme articulation de ce but à des normes universelles et contraignantes. Là où la morale traite essentiellement des commandements et des interdits d’une portée universelle, l’éthique peut comporter des conseils, des règles d’ordre général (c’est‑à‑dire qui peuvent admettre des exceptions ou s’appliquer différemment selon les circonstances), voire particulier s’il s’agit du code de conduite propre à certaines professions (déontologie), comme chez les médecins ou les avocats. L’éthique correspond aussi à ce que les Anciens appellent sagesse ou prudence.

Responsabilité

Le devoir s’adresse à un individu responsable, c’est‑à‑dire à qui l’on peut imputer les actes qu’il commet. La responsabilité repose sur l’idée que le sujet est libre d’agir d’une manière ou d’une autre et qu’il est conscient du choix qu’il fait. C’est également la responsabilité qui justifie de considérer le sujet comme coupable d’une faute s’il désobéit et comme devant, le cas échéant, subir une punition.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.