Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

L’activité technique libère-t-elle l’homme ?
P.166-169

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Réflexion 1


L’activité technique libère-t-elle l’homme ?





XXe siècle

Henri Bergson

Bergson

Retrouvez ici sa biographie.

Texte 1
Le progrès technique nous libère
 ◉ ◉

Bergson montre que, grâce à la machine à vapeur, les hommes peuvent maintenant disposer librement de leur temps pour d’autres activités.

La machine à vapeur primitive, telle que Newcomen l’avait conçuea, exigeait la présence d’une personne exclusivement chargée de manœuvrer les robinets, soit pour introduire la vapeur dans le cylindre, soit pour y jeter la pluie froide destinée à la condensation. On raconte qu’un enfant employé à ce travail, et fort ennuyé d’avoir à le faire, eut l’idée de relier les manivelles des robinets, par des cordons, au balancier de la machine. Dès lors la machine ouvrait et fermait ses robinets elle-même ; elle fonctionnait toute seule. Maintenant, un observateur qui eût comparé la structure de cette seconde machine à celle de la première, sans s’occuper des deux enfants chargés de la surveillance, n’eût trouvé entre elles qu’une légère différence de complication. C’est tout ce qu’on peut apercevoir, en effet, quand on ne regarde que les machines. Mais si l’on jette un coup d’œil sur les enfants, on voit que l’un est absorbé par sa surveillance, que l’autre est libre de s’amuser à sa guise, et que, par ce côté, la différence entre les deux machines est radicale, la première retenait l’attention captive, la seconde lui donnant congé.

Henri Bergson, L’Évolution créatrice, 1907.

Aide à la lecture

a.
Thomas Newcomen élabore en 1712 la première machine à vapeur automatisée.

Question

Comment la machine peut-elle être un facteur de libération ?
Voir les réponses

TEXTE FONDATEUR

XXe siècle

Hannah Arendt

Arendt

Retrouvez ici sa biographie.

Texte 2
Suivre la cadence
 ◉ ◉

La machine, contrairement aux outils, impose aux hommes un rythme et une adaptation.

 On ne s’était jamais demandé si l’homme était adapté ou avait besoin de s’adapter aux outils dont il se servait : autant vouloir l’adapter à ses mains. Le cas des machines est tout différent. Tandis que les outils d’artisanat à toutes les phases du processus de l’œuvre restent les serviteurs de la main, les machines exigent que le travailleur les serve et qu’il adapte le rythme naturel de son corps à leur mouvement mécaniquea. Cela ne veut pas dire que les hommes en tant que tels s’adaptent ou s’asservissent à leurs machines ; mais cela signifie bien que pendant toute la durée du travail à la machine, le processus mécanique remplace le rythme du corps humain. L’outil le plus raffiné reste au service de la main qu’il ne peut ni guider ni remplacer. La machine la plus primitive guide le travail corporel et éventuellement le remplace tout à fait.

Hannah Arendt, Condition de l’homme moderne, 1958, trad. G. Fradier, Calmann-Lévy, 1961.

Aide à la lecture

a.
L’homme ne se rend pas esclave de la machine mais s’adapte à son rythme.

Question

Qu’est-ce qui distingue la machine du couple outil-main ?
Voir les réponses

Focus

Y a-t-il des lois de l’innovation ?

évolution de la bicyclette

Au fil des siècles, la technique progresse : des objets permettant d’accomplir des tâches toujours plus rapides et précises sont inventés, des perfectionnements sont apportés aux objets existants et de nouveaux procédés sont appliqués.

Parmi la multitude d’innovations proposées, les plus efficaces perdurent. Néanmoins, cette règle de sélection est parfois contredite : le bénéfice apporté par l’innovation doit en effet être supérieur à l’effort requis pour changer ses habitudes.

Ainsi, la première version de vélocipède créée en France en 1818 était une imitation de la monture du cheval. De grosses roues étaient alors surmontées d’un cadre qui avait la même forme que l’animal, puis le cadre s’est peu à peu allégé. Quelques années plus tard, un pédalier a été ajouté, se trouvant alors directement sur la roue avant qui sera la roue motrice. Il faudra attendre les années 1880 pour que le pédalier soit assorti d’une chaîne reliant les deux roues, ce qui permettra de gagner en rapidité, en stabilité et en confort.

XXe siècle

Simone de Beauvoir

Beauvoir

Retrouvez ici sa biographie.

Texte 3
L’outil : une conquête de soi et du monde
 ◉ ◉

L’Homo faber, l’homme capable de fabriquer des outils, se projette dans l’avenir ; il se crée homme en créant le monde.

 L’homo faber1 est dès l’origine des temps un inventeur : déjà le bâton, la massue dont il arme son bras pour gauler les fruits, pour assommer les bêtes sont des instruments par lesquels il agrandit sa prise sur le monde ; il ne se borne pas à transporter au foyer des poissons cueillis au sein de la mer : il faut d’abord qu’il conquière le domaine des eaux en creusant des pirogues ; pour s’approprier les richesses du monde il annexe le monde même. Dans cette action il éprouve son pouvoir ; il pose des fins, il projette vers elles des chemins : il se réalise comme existant.

 Pour maintenir, il crée ; il déborde le présent, il ouvre l’avenir. C’est pourquoi les expéditions de pêche et de chasse ont un caractère sacré. On accueille leurs réussites par des fêtes et des triomphes ; l’homme y reconnaît son humanité. Cet orgueil il le manifeste aujourd’hui encore quand il a bâti un barrage, un gratte-ciel, une pile atomique. Il n’a pas seulement travaillé à conserver le monde donné : il en a fait éclater les frontières, il a jeté les bases d’un nouvel avenir.

Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, tome 1, © Éditions Gallimard, 1949.

Note de bas de page

1.
Capable de fabriquer ses outils.

Question

En quoi l’homme peut-il reconnaître son humanité dans ses productions ?
Voir les réponses

Activité

À partir de la question suivante, proposez un tableau de synthèse des idées des auteurs des texte 1 (⇧), texte 2 (⇧) et texte 3 (⇧) : la technique n’est-elle qu’un outil au service de l’homme ?

Oui, la technique est un outil au service de l’homme Non, la technique est un moyen de production qui asservit l’homme.
D’un point de vue des possibilités d’action
D’un point de vue de la maîtrise
D’un point de vue de la temporalité
D’un point de vue des conditions de vie
Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.