Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Engels Friedrich - Exclusivité numérique
Page numérique

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Exclusivité numérique
Biographie


Friedrich Engels





Friedrich Engels
1820 - 1895

Friedrich Engels

Sa vie

Engels est un philosophe, militant socialiste et communiste allemand. Fils d’une famille d’industriels filateurs, Engels poursuit des études de philosophie à Berlin, où il s’intéresse particulièrement à la philosophie de Hegel et de Feuerbach. Il rencontre alors Karl Marx, avec lequel il entretient une amitié profonde et collabore toute sa vie.

De 1842 à 1844, il part à Manchester où il travaille dans une société industrielle proche des intérêts de son père. Il tisse des liens avec le mouvement ouvrier local et s’intéresse à leurs conditions de vie dans l’Angleterre industrielle. À partir de cette expérience, il écrit La situation de la classe laborieuse en Angleterre.

Il quitte alors l’Angleterre pour Paris, où il retrouve Marx avant de partir à Bruxelles. Ils publient ensemble La Sainte Famille en 1845, puis L’idéologie allemande en 1846. Ils travaillent en même temps à l’unification du mouvement socialiste, en fondant notamment le Comité de Correspondance Communiste puis adhèrent à la Ligue des justes, qui devient la Ligue des communistes. En 1848, ils publient anonymement le Manifeste du Parti Communiste, qui sert de programme politique à la Ligue des communistes. Marx et Engels sont expulsés de Belgique et retournent alors en Allemagne, à Cologne, où ils fondent la Nouvelle Gazette Rhénane. Engels prend une part active à la révolution de 1848 en Allemagne.

Ses engagements politiques l’obligent à fuir en Angleterre, où il rejoint Marx. Son engagement politique continue alors activement : il participe à la fondation de la Première Internationale à partir de 1864, puis à la Deuxième Internationale en 1889, qui vise à l’unification des partis ouvriers. Il publie également des articles philosophiques et politiques dans différentes revues européennes, réunis notamment dans l’Anti-Dühring.

Après la mort de Marx, Engels s’occupe de la rédaction finale et de la publication des livres II et III du Capital, en 1885 et 1894. Il meurt à Londres l’année suivante.

Sa pensée

La collaboration intellectuelle et philosophique entre Engels et Marx est si importante que la philosophie de Engels est difficilement discernable de la philosophie marxiste. Plusieurs de leurs livres sont en effet écrits ensemble, et si l’on parle de « philosophie marxiste », Engels en est un contributeur majeur. Les ouvrages qu’il a écrits seul offrent néanmoins une élaboration conceptuelle personnelle et une contribution originale à la théorie marxiste.

Comme Marx, Engels théorise l’avènement d’une société sans classes, société communiste où les moyens de production seraient possédés en commun. Il s’appuie sur une critique du mode de production capitaliste, qui exploite les travailleurs, et sur une conception matérialiste de l’histoire, dont le moteur est la lutte de classes.

Dans l’Anti-Dhüring, il expose précisément les principes du matérialisme historique en distinguant notamment socialisme utopique et socialisme scientifique. Le premier, celui de Saint-Simon, Owen ou Fourier a certes permis une avancée des idées socialistes, mais n’a pas su prendre en compte les mouvements ouvriers concrets et leurs luttes. À l’inverse, le socialisme scientifique tel qu’il est théorisé par Engels propose une analyse scientifique et matérialiste des classes sociales, en donnant à l’économie un rôle fondamental dans le processus historique (ce que Engels nomme la « détermination en dernière instance » de l’économie).

La méthode d’Engels, la « dialectique matérialiste » (concept qui n’apparaît jamais sous la plume de Marx) consiste à étudier les lois d’évolution de chacun des modes de production. La transition vers une société sans classe se caractérisera selon Engels par le « dépérissement de l’État » qui s’accomplit dans le « passage du gouvernement des hommes à l’administration des choses ». L’État, ainsi que ses lois coercitives s’éteindront progressivement, puisque devenus inutiles dans une société qui se régulera d’elle-même. Ici, Engels s’oppose aux anarchistes, pour lesquels l’abolition de l’État doit être immédiate.

Dans L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État (1884), Engels propose une histoire des formations sociales. Il s’intéresse notamment à la famille et critique la monogamie comme forme patriarcale. Cela le conduit à des thèses féministes, pointant la domination des femmes par les hommes, les femmes constituant selon lui la « première classe opprimée ».

« Une once d'action vaut une bonne théorie. »


Œuvres principales

Œuvres de Engels
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.