Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

La science
P.160-161

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Synthèse


La science





Comment déterminer si une discipline est une science ? À première vue, une science permet l’augmentation des connaissances. Cependant, à quelles conditions un énoncé est-il une connaissance ? La méthode scientifique est peut-être ce qui distingue les sciences des non-sciences. Toutefois, s’il n’est question que de méthode, alors les sciences humaines peuvent aussi prétendre à la dénomination de « science ».

Réflexion 1
Les scientifiques ont-ils le monopole de la connaissance ?

  • Dans quelle mesure la science propose-t-elle une méthode d’acquisition du savoir ?
    La science est avant tout définie par sa méthode : les scientifiques se mettent d’accord sur des principes que tous respectent, et c’est à cette condition que leurs recherches sont crédibles. Le raisonnement scientifique est une façon d’acquérir du savoir : il nous permet de construire logiquement une argumentation en nous apprenant à nous défier de l’opinion, comme l’indique Bachelard.

  • En quoi les réponses de la science sont-elles insuffisantes ?
    Le problème des scientifiques est qu’ils ne posent pas la question de l’origine des choses : dans le Phédon, Socrate prend l’exemple de la cosmogonie (vision du monde) d’Anaxagore et montre que celle-ci décrit les phénomènes sans remonter à leurs causes. Quant aux causes de la science, elles tiennent toutes à des erreurs de jugement si l’on suit Nietzsche.

Réflexion 2
Les mathématiques décrivent-elles le réel ?

  • Peut-on démontrer les premiers principes ?
    Les axiomes d’Euclide sont des postulats de départ, dont toute la géométrie ordinaire découle. Ces axiomes, par définition, ne sont pas démontrés. Einstein prend l’exemple de la géométrie : toute démonstration suppose l’acceptation de principes qui ne sont pas connectés au réel, mais déduits d’un processus logique.

  • Les théorèmes mathématiques dépendent-ils de l’univers ?
    Si la physique s’appuie de plus en plus sur les mathématiques pour étudier le réel, ces dernières ne sont pas une science appliquée. Les mathématiques manipulent des abstractions et, ainsi, découvrent des vérités éternelles. C’est leur qualité propre d’après Leibniz. Toutefois, l’être humain doit être prudent quand il pense décrire le réel.

Réflexion 3
Les sciences humaines sont-elles des sciences ?

  • Y a-t-il une différence entre les sciences de la nature et les sciences humaines ?
    Les sciences de la nature et les sciences humaines ont des objets différents : les premières portent sur les phénomènes naturels, alors que les secondes portent sur les hommes. Le problème qui se pose aux sciences humaines, c’est que leur objet est un être libre. Ces dernières ne traitent, au mieux, qu’un aspect de la totalité humaine. D’après Jaspers, cette irréductible liberté est un obstacle à la scientificité.

  • Pouvons-nous parler de causes lorsque nous analysons des faits sociaux ?
    Si nous considérons que l’homme est libre, son comportement ne peut être que compris, et non expliqué. Parler de causes en ce qui concerne les comportements sociaux peut remettre en question le libre arbitre. Pourtant, l’existence d’un déterminisme non pas individuel mais social pourrait être conçu, ainsi que le propose Durkheim.

Carte mentale de synthèse


« Science, d’où prévoyance ; prévoyance d’où action. »

Auguste Comte

« Nous cherchons partout l’Absolu, mais nous ne trouvons que des choses. »

Novalis

« La nature est un livre écrit en langage mathématique. »

Galilée

« Ce qui est incompréhensible, c’est que le monde soit compréhensible. »

Albert Einstein

Sujets de dissertation

  • Les sciences humaines reposent-elles sur des faits ?
  • La science peut-elle être source d’opinions ?
  • Une science peut-elle produire ses propres critères de vérité ?
  • La science se limite-t-elle à constater les faits ?
  • Les vérités scientifiques sont-elles indiscutables ?
  • Opposer la science et la philosophie, est-ce légitime ?

Propositions pour une œuvre suivie

  • Friedrich Nietzsche, Le gai savoir, 1882 • Retrouvez la fiche ici.
  • Michel Foucault, Les mots et les choses, 1966
  • Karl Popper, Conjectures et réfutations, 1963
  • Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, 1895

Pour aller plus loin


À voir

Andrew Niccol, Bienvenue à
Gattaca

Andrew Niccol, Bienvenue à Gattaca, 1997
Dans ce film d’anticipation, les parents peuvent choisir un embryon parmi tous les embryons possibles : il s’agit d’optimiser son enfant pour qu’il ait la meilleure combinaison de gènes. Ce film permet de réfléchir à la place de la bioéthique dans la science, et notamment dans la médecine.



David Cronenberg, La mouche, 1986

David Cronenberg, La mouche, 1986
Ce film de science-fiction met en scène un scientifique travaillant sur la téléportation. Alors qu’il téléporte de la matière dans l’espace, il ne se rend pas compte qu’une mouche est elle aussi téléportée. Ce film permet de réfléchir au principe de précaution et à l’éthique scientifique.

À lire

Aldous Huxley, Le meilleur des mondes, 1932
Ce roman est une dystopie qui repose sur un monde où la génétique permet la fabrication des êtres humains, en vue d’une finalité précise et limitée qui sert l’intérêt de la société.


Marguerite Yourcenar, L’œuvre au noir, 1968
Un érudit, inquiété par l’Église en raison de ses publications philosophiques et scientifiques, se réfugie à Bruges sous un faux nom. Figure du libre penseur, Zénon sera arrêté et jeté en prison par l’Inquisition.

Liens avec les autres
champs disciplinaires

Mathématiques

Science théorique et réalité

Physique-chimie

Démonstration et réfutation

Histoire

Scientificité de l’histoire

Économie

Science et probabilités

Littérature

L’expérimentation scientifique dans le roman

Numérique

Retrouvez une anthologie complémentaire en cliquant ici.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.