Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Gilbert Simondon
P.180

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Biographie


Gilbert Simondon





Gilbert Simondon
1924-1989

Gilbert Simondon

Sa vie

Originaire de Saint-Étienne, ville minière et manufacturière, Simondon comprend très tôt que le développement de la mécanisation transforme profondément les manières de produire.

Il poursuit de brillantes études de philosophie à Lyon puis à Paris, qu’il complète par une solide formation en psychologie et en physique.

D’un naturel curieux, il s’intéresse beaucoup à l’autre et discute avec les agriculteurs, les artisans et les ingénieurs pour nourrir ses réflexions autour des objets techniques. Il se demande également comment la population perçoit ce monde de plus en plus technicisé et comment elle s’y adapte. Il est le premier grand penseur à s’emparer de ces questions et à y consacrer sa vie.

En 1965, il est nommé professeur à la Sorbonne, mais il se déplace dans toute la France pour donner des cours dans différentes facultés.

Sa pensée

Ses travaux de recherches portent avant tout sur la notion d’individualité qu’il applique, dans la seconde partie de son travail, aux objets techniques. Il souhaite repenser le statut de ces objets, souvent méprisés parce qu’incompris par les utilisateurs.

Dans les années 1950, la technique est de plus en plus visible au quotidien et suscite deux sortes de réactions : celle des technophiles, qui pensent qu’elle est la solution à tous les problèmes du monde moderne, et celle des technophobes, qui voient en son développement un risque majeur pour l’humanité. Simondon cherche à développer une position médiane en réfléchissant à la manière dont nous interagissons avec les objets techniques.

Simondon emprunte à la biologie le terme d’individuation, qu’il applique aux objets techniques et plus particulièrement aux machines. Il fonde son analogie sur deux points communs : d’une part la machine porte seule ses outils et se passe de l’homme, tout comme le vivant porte ses propres organes ; d’autre part la machine interagit avec son milieu associé, de même que le vivant dépend de son environnement pour vivre et se construire.

Il distingue l’automate de la machine : si tous les deux peuvent fonctionner sans intervention humaine, l’automate reproduit toujours exactement la même technique alors que la machine est capable de s’ajuster pour tenir compte des variations de l’environnement extérieur. C’est pourquoi la machine, selon Simondon, est « ouverte ».

Il clarifie la distinction entre technique et technologie, donnant au second terme le sens strict d’étude scientifique et philosophique des objets techniques.

« La machine est l’étrangère ; c’est l’étrangère en laquelle est enfermé de l’humain, méconnu, matérialisé, asservi, mais restant pourtant de l’humain. »


Œuvres principales

Œuvres  de Simondon

Dans ce manuel


Autres philosophes à découvrir


Gottfried Wilhelm Leibniz
1646-1716

Gottfried Wilhelm Leibniz

Retrouvez ici sa biographie.

Étienne de Condillac
1714-1780

Étienne de Condillac

Retrouvez ici sa biographie.

Marcel Mauss
1872-1950

Marcel Mauss

Retrouvez ici sa biographie.

Hans Jonas
1903-1993


Retrouvez ici sa biographie.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.