Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Detroit : Become Human, jeu vidéo de David Cage
P.178-179

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

L’art du détour


L’homme-machine





Descartes avait déjà soutenu que le corps animal, dépourvu d’âme, n’était rien d’autre qu’une machine perfectionnée. La Mettrie va plus loin et montre qu’il n’y a qu’une simple différence de degré de complexité entre l’horloge, l’animal et l’homme. Il introduit l’idée de l’homme-machine, repris dans le roman Frankenstein de Mary Shelley, puis dans de nombreux films d’anticipation qui mettent en scène notre rapport aux androïdes. Le jeu Detroit : Become Human nous permet d’envisager notre vie humaine parmi ces machines‑hommes.

 Qu’on m’accorde seulement que la matière organisée est douée d’un principe moteur, qui seul la différencie de celle qui ne l’est pas (eh ! peut-on rien refuser à l’observation la plus incontestable ?) et que tout dépend dans les animaux de la diversité de cette organisation […].

 Il était donc de même nécessaire que la nature employât plus d’art et d’appareil pour faire et entretenir une machine qui, pendant un siècle entier, pût marquer tous les battements du cœur et de l’esprit ; car si on n’en voit pas au pouls les heures, c’est du moins le baromètre de la chaleur et de la vivacité, par laquelle on peut juger de la nature de l’âme. Je ne me trompe point ; le corps humain est une horloge, mais immense et construite avec tant d’artifice et d’habileté, que si la roue qui sert à marquer les secondes, vient à s’arrêter ; celle des minutes tourne et va toujours son train ; comme la roue des quarts continue de se mouvoir et ainsi des autres, quand les premières, rouillées ou dérangées par quelque cause que ce soit, ont interrompu leur marche.

Julien Offray de La Mettrie, L’Homme-Machine, 1748.

Detroit : Become Human (jeu vidéo), David Cage, 2018

Detroit : Become Human (jeu vidéo)


L’action du jeu se déroule en 2038, dans un monde où la technologie a beaucoup évolué et où le recours aux androïdes s’est généralisé. Ceux-ci disposent d’une intelligence artificielle extrêmement développée et ressemblent à s’y méprendre à de véritables humains. Ils sont dotés d’un uniforme et d’une puce électronique sur la tempe, seuls signes nous permettant d’identifier qu’ils sont des machines.

Detroit : Become Human (jeu vidéo)

Les hommes achètent des androïdes en magasin, comme nous le ferions pour n’importe quel objet technologique, puis ils s’en servent principalement d’aide à domicile.

La technique n’a-t-elle pour but que de nous servir ?
Voir les réponses

Detroit : Become Human (jeu vidéo)

La plupart des androïdes sont utilisés à des fins domestiques, pour effectuer les tâches ingrates.

Devenons-nous dépendants des objets techniques ?
Voir les réponses

Detroit : Become Human (jeu vidéo)

De nombreuses scènes mettent en évidence les tensions entre hommes et androïdes, les premiers accusant les seconds de les remplacer. En effet, certains occupent des emplois souvent durs physiquement, tels que les travaux publics. Les androïdes ont l’avantage d’effectuer rapidement les tâches, et de façon infaillible.

Y a-t-il une libération ou un asservissement de l’homme à la machine qui le remplace ?
Voir les réponses

Detroit : Become Human (jeu vidéo)

Dans cette scène, Carl, célèbre artiste peintre, demande à son androïde de faire une toile. Celui-ci ne parvient qu’à reproduire un sujet à l’identique, en l’occurrence l’établi du peintre à côté de lui. Il n’est pas capable de faire preuve de créativité, il affirme que « ce n’est pas dans son programme. »

Une machine peut-elle créer ?
Voir les réponses

Detroit : Become Human (jeu vidéo)

La petite Alice noue une amitié profonde avec Kara, l’androïde chargée de s’occuper d’elle et de l’éduquer alors que ses parents sont quasi absents.

La technique nous éloigne-t-elle ou nous rapproche-t-elle les uns des autres ?
Voir les réponses

Detroit : Become Human (jeu vidéo)

Suite à un homicide, le chef de la police est contraint de coopérer avec un androïde, ce qui le renvoie à ses propres difficultés à mener l’enquête là où la machine réussit tout parfaitement.

Les machines sont-elles des humains débarrassés de leurs imperfections ?
Voir les réponses

Detroit : Become Human (jeu vidéo)

Finalement, les androïdes, confrontés à des situations traumatisantes, deviennent capables de sentiments humains et dévient ainsi de leur programmation. Plus rien ne les différencie alors des humains, si ce n’est qu’ils en sont les esclaves. La suite du jeu nous amène à aider ces machines à se libérer du joug humain.

La liberté a-t-elle du sens pour une machine ?
Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.