Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

John Stuart Mill
P.410

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Biographie


John Stuart Mill





John Stuart Mill
1806-1873

John Stuart Mill

Sa vie

John Stuart Mill est un philosophe, économiste et logicien britannique. Né à Londres en 1806, il est élevé par son père d’une manière extrêmement stricte : ce dernier met son fils à l’écart des enfants de son âge dans le but de lui faire poursuivre, plus tard, les recherches du philosophe Bentham.

Enfant précoce, John Stuart Mill ne sera jamais scolarisé. Il apprend, dès l’âge de trois ans, l’alphabet grec, puis le latin et l’algèbre à huit ans. Vers treize ans, son père lui enseigne l’économie politique.

À l’âge de vingt ans, il fait une dépression, puis complète alors de lui-même les enseignements scientifiques qu’il a reçus par la lecture de divers poètes, dans le but de développer sa sensibilité et ses émotions.

Quelque temps plus tard, il rencontre Harriet Taylor, une femme mariée avec laquelle il entretient une relation adultère. Ils ont de grandes affinités intellectuelles en matière d’éducation, de politique et plus particulièrement de droits des femmes. À la mort de son mari, Harriet devient l’épouse de Mill et ils rejoignent la France. Mill meurt en Avignon en 1873.

Sa pensée

Il publie en 1843 Système de logique déductive et inductive. Cet ouvrage, inspiré de l’empirisme de David Hume, tient compte des problèmes que celui-ci soulève au sujet de l’induction, et leur apporte des solutions originales. Il élargit sa réflexion à l’ensemble des sciences et à leurs méthodes.

Dans ses Principes d’économie politique, publiés en 1848, il adresse à l’économie capitaliste des critiques qui, sans aller aussi loin que celles de Karl Marx (son contemporain), font primer la redistribution des richesses sur la croissance économique qui n’a, selon lui, aucun sens si elle ne profite pas à toute l’humanité.

Dans son ouvrage De la liberté, paru en 1859, il défend un libéralisme individualiste modéré par le respect des droits d’autrui. Il y défend également la liberté d’expression, condition du progrès social et intellectuel, qui ne doit pas être limitée par ce que l’époque considère comme les bonnes mœurs.

Deux ans plus tard, en 1861, il publie L’utilitarisme. Cet ouvrage, qui s’inscrit dans la lignée de l’utilitarisme de Bentham mais en élargit les principes, définit la morale comme l’ensemble des règles qui permettent à l’humanité (et même aux animaux) le plus grand bonheur possible.

En 1869 paraît De l’assujettissement des femmes. Premier ouvrage féministe écrit par un grand philosophe, il doit énormément à Harriet, décédée dix ans auparavant. Même si Mill a des positions féministes moins avancées que celles de sa femme, il n’en est pas moins avant-gardiste, et défend notamment le droit de vote des femmes. Dans son ouvrage, il refuse également l’idée d’une « essence féminine » et soutient que les femmes ont, hélas, majoritairement assimilé leur asservissement.

« Le bonheur général est un bien pour tous. »


Œuvres principales

OEuvres de John Stuart Mill

Dans ce manuel


Autres philosophes à découvrir


Zhuangzi
369 av. J.-C. - 286 av. J.-C.

Zhuangzi

Retrouvez ici sa biographie.

Épicure
341 av J.-C. - 270 av J.-C.

Épicure

Retrouvez ici sa biographie.

Marc Aurèle
121-180

Marc Aurèle

Retrouvez ici sa biographie.

Arthur Schopenhauer
1788-1860


Retrouvez ici sa biographie.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.