Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Jaspers Karl - Exclusivité numérique
Page numérique

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Exclusivité numérique
Biographie


Karl Jaspers





Karl Jaspers
1883 - 1969

Karl Jaspers

Sa vie

Karl Jaspers est un psychiatre et un philosophe allemand, qui a également obtenu la nationalité suisse en 1967. Il étudie d’abord le droit, puis la médecine, et obtient son doctorat en 1909. On lui prédit, à tort, à l’âge de dix‑huit ans une maladie qui ne lui laisserait qu’une dizaine d’années à vivre.

Il travaille d'abord à l’hôpital psychiatrique de Heidelberg, avant d’obtenir un poste de psychologie à l’Université de Heidelberg. Ami du philosophe allemand Martin Heidegger jusqu’en 1933, il encadre le doctorat de la philosophe Hannah Arendt, portant sur l’amour dans la philosophie de Saint Augustin. Son ouvrage de 1931, La situation spirituelle de notre temps le classe parmi les auteurs à la fois anti-communistes et conservateurs.

Son mariage avec Gertrud Mayer, juive, l’amène à s’éloigner du nazisme et il devra quitter sa chaire en 1937 pour cette raison. Il est mis à la retraite dès 1938 et se voit interdit de publication. Lorsqu’il rentre à Heidelberg en 1945, après la fin de la guerre, il se fait connaître par une série de conférences portant sur la culpabilité allemande. Mais il quitte l’Allemagne dès 1948, déçu par la lenteur du processus de dénazification et se rend en Suisse pour enseigner à l’Université de Bâle.

Lecteur de Maître Eckhart et de Nicolas de Cues, il est marqué par le christianisme et la religion en général. Il est également intéressé, comme Friedrich Nietzsche et Søren Kierkegaard, par le bouddhisme.

Sa pensée

La philosophie de Karl Jaspers s’inscrit dans le courant que l’on appelle l’existentialisme chrétien. Les principaux concepts de son système de pensée sont l’étonnement et la mise en doute des certitudes. Au début de la philosophie se trouve le sentiment d’être perdu. Elle commence par un bouleversement qui saisit l’homme et fait naître en lui le besoin de trouver un but.

En philosophie, les questions sont plus importantes que les réponses. La science ne peut en effet tout expliquer et se heurte dans ses expériences à certaines limites indépassables. Or, l’homme fait en tant qu’individu l’expérience intime et indéfinissable de la liberté et du choix. Son existence est donc marquée par un déchirement entre d’un côté la science rassurante et de l’autre une aspiration à dépasser la limite de l’expérience objective et à atteindre la transcendance.

La transcendance désigne ce qui est par-delà le monde physique, autrement désigné par Jaspers par le terme de « l’englobant ». La présence d’une transcendance est corrélative au constat de l’absence d’objectivité absolue et totale. L’échec de la science à atteindre cette objectivité absolue et l’échec relatif de l’individu à atteindre le bonheur sont les signes qu’il faut s’en remettre à l’idée d’une révélation divine.

Karl Jaspers privilégie les expériences limites qui nous placent dans des situations de souffrance, de combat, de faute, ou qui nous confrontent à la mort, pour nous révéler la nécessité de dépasser le monde physique et d’atteindre la transcendance. Selon lui, les individus qui s’éveillent à l’englobant en se confrontant à la souffrance vont, par leur sentiment religieux, gagner l’amour et le bonheur. Ce n’est qu’au travers des expériences limites que l’homme peut véritablement prendre conscience de lui-même.

Dans cette quête où le philosophe cherche à maintenir le cap sans connaître le but, le rôle joué par autrui est décisif. Je n’existe qu’avec autrui, sans lui, je ne suis rien, soutient Jaspers. La communication par le dialogue avec autrui est donc essentielle, tout ce qui ne se réalise pas dans la communication n’existant tout simplement pas.

Au delà de ce que l’on peut savoir de lui par la science ou tout autre type de connaissance, l’homme est quelque chose de plus, il est une liberté qui échappe à toute connaissance objective. La connaissance ne peut jamais saisir l’homme tout entier.

« Les questions, en philosophie, sont plus essentielles que les réponses, et chaque réponse devient une nouvelle question. »


Œuvres principales

Œuvres principales de Karl Jaspers
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.