Philosophie Terminale
Rejoignez la communauté !
Co-construisez les ressources dont vous avez besoin et partagez votre expertise pédagogique.
SECTION 1 • Le roseau pensant
Ch. 1
La conscience
Ch. 2
L’inconscient
Ch. 3
Le temps
Ch. 4
La raison
Ch. 5
La vérité
SECTION 2 • Le fils de Prométhée
Ch. 6
La science
Ch. 7
La technique
Ch. 8
L’art
Ch. 9
Le travail
SECTION 3 • L’animal politique
Ch. 10
La nature
Ch. 11
Le langage
Ch. 12
L’État
Ch. 13
Le devoir
SECTION 4 • L’ami de la sagesse
Ch. 14
La justice
Ch. 15
La religion
Ch. 16
La liberté
Ch. 17
Le bonheur
Fiches méthode
Biographies
Annexes
Biographie
Exclusivité numérique

Gilbert Simondon

Sa vie
Gilbert Simondon
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Crédits : Archives Simondon

Gilbert Simondon

1924 - 1989

  • Originaire de Saint-Étienne, ville minière et manufacturière, Simondon comprend très tôt que le développement de la mécanisation transforme profondément les manières de produire.

  • Il poursuit de brillantes études de philosophie à Lyon puis à Paris, qu'il complète par une solide formation en psychologie et en physique.

  • D'un naturel curieux, il s'intéresse beaucoup à l'autre et discute avec les agriculteurs, les artisans et les ingénieurs pour nourrir ses réflexions autour des objets techniques. Il se demande également comment la population perçoit ce monde de plus en plus technicisé et comment elle s'y adapte. Il est le premier grand penseur à s'emparer de ces questions et à y consacrer sa vie.

  • En 1965, il est nommé professeur à la Sorbonne, mais il se déplace dans toute la France pour donner des cours dans différentes facultés.
Sa pensée
Ses travaux de recherches portent avant tout sur la notion d'individualité qu'il applique, dans la seconde partie de son travail, aux objets techniques. Il souhaite repenser le statut de ces objets, souvent méprisés parce qu'incompris par les utilisateurs.

  • Dans les années 1950, la technique est de plus en plus visible au quotidien et suscite deux sortes de réactions : celle des technophiles, qui pensent qu'elle est la solution à tous les problèmes du monde moderne, et celle des technophobes, qui voient en son développement un risque majeur pour l'humanité. Simondon cherche à développer une position médiane en réfléchissant à la manière dont nous interagissons avec les objets techniques.

  • Simondon emprunte à la biologie le terme d'individuation, qu'il applique aux objets techniques et plus particulièrement aux machines. Il fonde son analogie sur deux points communs : d'une part la machine porte seule ses outils et se passe de l'homme, tout comme le vivant porte ses propres organes ; d'autre part la machine interagit avec son milieu associé, de même que le vivant dépend de son environnement pour vivre et se construire.

  • Il distingue l'automate de la machine : si tous les deux peuvent fonctionner sans intervention humaine, l'automate reproduit toujours exactement la même technique alors que la machine est capable de s'ajuster pour tenir compte des variations de l'environnement extérieur. C'est pourquoi la machine, selon Simondon, est « ouverte ».

  • Il clarifie la distinction entre technique et technologie, donnant au second terme le sens strict d'étude scientifique et philosophique des objets techniques.

Œuvres principales

Œuvres  de Simondon
Le zoom est accessible dans la version Premium.
La machine est l'étrangère ; c'est l'étrangère en laquelle est enfermé de l'humain, méconnu, matérialisé, asservi, mais restant pourtant de l'humain.

Une erreur sur la page ? Une idée à proposer ?

Nos manuels sont collaboratifs, n'hésitez pas à nous en faire part.

Oups, une coquille

j'ai une idée !

Nous préparons votre pageNous vous offrons 5 essais
collaborateur

collaborateurYolène
collaborateurÉmilie
collaborateurJean-Paul
collaborateurFatima
collaborateurSarah

Premium activé


5
essais restants
Utilisation des cookies
Lors de votre navigation sur ce site, des cookies nécessaires au bon fonctionnement et exemptés de consentement sont déposés.