Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Un besoin irrésistible de tuer
P.294-295

Texte et image


Un besoin irrésistible de tuer





Catherine empêche Étienne de tuer Chaval.


ÉMILE ZOLA

ÉMILE ZOLA

(1840-1902)


ÉMILE ZOLA (1840-1902) est l’auteur d’un cycle de vingt romans dépeignant la société française de son époque à travers les personnages d’une même famille qui évoluent dans des milieux très variés : Les Rougon-Macquart. Il y consacre vingt années de sa vie et rencontre un grand succès.

ÉMILE ZOLA, Germinal

Vaincus, les mineurs ont repris le travail sans obtenir d’amélioration. Mais un anarchiste, Souvarine, sabote la mine qui s’effondre. Sous terre, trois mineurs sont piégés ensemble : Étienne, son rival Chaval et Catherine Maheu, dont Étienne est amoureux mais qui est en couple avec Chaval, bien qu’il la brutalise. Étienne a déjà failli tuer Chaval.

  Une nouvelle journée s’achevait, et Chaval s’était assis près de Catherine, partageant avec elle sa dernière moitié de tartine. Elle mâchait les bouchées péniblement, il les lui faisait payer chacune d’une caresse, dans son entêtement de jaloux qui ne voulait pas mourir sans la ravoir, devant l’autre1. Épuisée, elle s’abandonnait. Mais, lorsqu’il tâcha de la prendre2, elle se plaignit.
  – Oh ! laisse, tu me casses les os.
  Étienne, frémissant, avait posé son front contre les bois, pour ne pas voir. Il revint d’un bond, affolé. [...]
  – Si tu ne la lâches pas, je t’étrangle !
  Vivement, l’autre se mit debout, car il avait compris, au sifflement de la voix, que le camarade allait en finir. La mort leur semblait trop lente, il fallait que, tout de suite, l’un des deux cédât la place. C’était l’ancienne bataille qui recommençait, dans la terre où ils dormiraient bientôt côte à côte ; et ils avaient si peu d’espace, qu’ils ne pouvaient brandir leurs poings sans les écorcher.
  – Méfie-toi, gronda Chaval. Cette fois, je te mange.
  Étienne, à ce moment, devint fou. Ses yeux se noyèrent d’une vapeur rouge, sa gorge s’était congestionnée d’un flot de sang. Le besoin de tuer le prenait, irrésistible, un besoin physique, l’excitation sanguine d’une muqueuse qui détermine un violent accès de toux. Cela monta, éclata en dehors de sa volonté, sous la poussée de la lésion héréditaire. Il avait empoigné, dans le mur, une feuille de schiste3, et il l’ébranlait, et il l’arrachait, très large, très lourde. Puis, à deux mains, avec une force décuplée, il l’abattit sur le crâne de Chaval.
  Celui-ci n’eut pas le temps de sauter en arrière. Il tomba, la face broyée, le crâne fendu. La cervelle avait éclaboussé le toit de la galerie, un jet pourpre coulait de la plaie, pareil au jet continu d’une source. Tout de suite, il y eut une mare, où l’étoile fumeuse de la lampe se refléta. L’ombre envahissait ce caveau4 muré, le corps semblait, par terre, la bosse noire d’un tas d’escaillage5.
  Et, penché, l’œil élargi, Étienne le regardait. C’était donc fait, il avait tué. Confusément, toutes ses luttes lui revenaient à la mémoire, cet inutile combat contre le poison qui dormait dans ses muscles, l’alcool lentement accumulé de sa race. Pourtant, il n’était ivre que de faim, l’ivresse lointaine des parents avait suffi. Ses cheveux se dressaient devant l’horreur de ce meurtre, et malgré la révolte de son éducation, une allégresse faisait battre son cœur, la joie animale d’un appétit enfin satisfait.


ÉMILE ZOLA, Germinal, Partie VII, chapitre 5, 1885.

1. Devant Étienne.
2. Sexuellement.
3. Roche.
4. Tombe.
5. Débris de roche (vocabulaire minier).

Chaval et Catherine

Le naturalisme

  • Le naturalisme poursuit les mêmes buts que le réalisme mais s’en distingue par une approche plus scientifique, plus expérimentale du récit.
  • L’auteur naturaliste n’invente pas ses personnages, il les dote de certaines caractéristiques, de certains gènes héréditaires ; il les confronte à leur généalogie, leurs qualités et surtout leurs tares ; il les place dans un certain milieu, puis il « voit » ce qui se produit, comme un scientifique qui ferait une expérience. Zola est l’homme du naturalisme.
Voir les réponses

Questions

COMPÉTENCE - Je m'exprime de façon maitrisée en formulant un avis personnel, un ressenti

La mine

1
Quelles sont les éléments qui créent une tension maximale ? Pensez à la relation entre les trois personnages, à la situation dans laquelle ils se trouvent.



2
Pourquoi peut-on dire que la mine n’est pas seulement un lieu réaliste, mais aussi un lieu symbolique ?



3
Qu’est-ce qui déclenche la colère d’Étienne ?



4
Dans le film (chap. 25), comment cette scène est-elle traitée ?



Le meurtre

5
Le meurtre perpétré par Étienne est-il prémédité, réfléchi ? Justifiez en citant le texte.



6
Sur la version numérique de cette page, regardez l’arbre généalogique des Rougon-Macquart. a) Quel est le destin de la mère d’Étienne ? b) Et de son frère Jacques ? c) Quel est le « poison » d’Étienne ?



7
Selon le dernier paragraphe, qui est responsable du meurtre ? Répondez de manière approfondie, en illustrant votre propos de citations.



8
Que pensez-vous de la vision exprimée à la fin de ce texte ? L’homme est-il libre et responsable de ses actes ?

Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.