Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Mode édition

Terminer

Terminer

Argumentation - Fiche 5 : S’impliquer et impliquer
P.532-533
Outils d'analyse
ARGUMENTATION


FICHE 5

S'impliquer et impliquer




RETENIR

S’impliquer dans son argumentation

La modalisation

Un énoncé peut être objectif, neutre (→ la définition d’un mot dans le dictionnaire) ou subjectif.
On appelle modalisation la part de subjectivité dans un énoncé.

Voici quelques types de modalisateurs (moyens de donner un point de vue sur ce que l’on exprime) :
  • verbes ou locutions verbales → je suis persuadé que, il va de soi que (certitude) ; je me demande si, j’ai peur que, il semble que (doute, crainte) ; certains prétendent que, d’autres prétextent que (mise à distance) ;
  • groupes prépositionnels → à mon avis, selon moi ;
  • adverbes → sans aucun doute, indéniablement (certitude) ; sans doute, apparemment, peut-être (doute) ; absolument, moyennement (intensité) ; dommage (jugement négatif) ;
  • adjectifs → formidable, magnifique (jugement positif) ; regrettable, méprisable (jugement négatif) ;
  • modes verbaux : indicatif (certitude) ; conditionnel, subjonctif (doute, éventualité, souhait, regret) ;
  • ponctuation forte (→ ! ?) ; guillemets pour mettre à distance (→ ce « héros »...) ; graphie traduisant une intonation (→ il est vraiment in-com-pé-tent, c’est un SCANDALE !).


L'image que l'on donne de soi (l'ethos)

En s’impliquant dans son argumentation, le locuteur va donner une certaine image de lui : celle d’une personne excédée (→ ponctuation forte, adverbes comme absolument, adjectifs comme inadmissible, scandaleux) ; d’une personne mesurée, juste, réfléchie (→ concessions, arguments logiques, connecteurs logiques nombreux) ; d’une personne qui a de l’autorité, en qui on peut avoir confiance ; d’une personne sincère, honnête, etc.

Impliquer le destinataire

Pour convaincre, influencer quelqu’un, il est essentiel que celui-ci se sente concerné par ce qui est dit. Il existe plusieurs moyens d’impliquer le destinataire :

Les pronoms, l’apostrophe

L’utilisation de la deuxième personne adresse le discours.
→ En travaillant, les élèves réussissent. ≠ En travaillant, vous réussirez.
L’apostrophe, qui consiste à interpeller directement le destinataire, renforce son implication.
Chers 2de 4, en travaillant régulièrement, vous allez réussir.

La première personne du pluriel rapproche le destinataire du locuteur, montre que leurs intérêts sont communs.
→ Ensemble, nous y arriverons.

La question rhétorique

Fausse question, elle a un intérêt double : elle interpelle le destinataire, capte son attention ; et en l’invitant à formuler une réponse, elle l’implique dans l’argumentation. → N’avez-vous pas envie de réussir ?

L’implicite, l’ironie

L’implicite crée une connivence avec le destinataire (un « vous voyez bien de quoi je parle »).

L’ironie a deux avantages : elle fait appel à l’intelligence du destinataire (jugé capable de saisir le second degré) et donc le valorise ; elle repose sur l’humour, moyen efficace de mettre le destinataire de son côté.

Mais l’implicite et l’ironie comportent un risque : ils peuvent ne pas être pas compris, ce qui alors les rend contre-productifs (quelqu’un qui ne comprend pas l’implicite ou l’ironie se sent exclu).

Le choix des exemples

Pour qu’un exemple soit efficace, il doit correspondre à l’argument qu’il illustre, mais aussi être proche du destinataire, d’un point de vue temporel, géographique et identitaire. → Votre professeur veut vous convaincre que vous pouvez réussir le bac : s’il prend pour exemple le cas d’un élève cubain du XIXe siècle, vous pourrez vous dire que sa situation a peu de choses à voir avec la vôtre.

VÉRIFIER

Voir les réponses

1
★☆☆
Choisissez la bonne réponse.

1. Les modalisateurs permettent d’impliquer le destinataire :
Vrai Faux

2. L’apostrophe est une attaque directe contre un adversaire :
Vrai Faux

3. On peut donner son avis sans utiliser des marques de la première personne :
Vrai Faux

4. On ne doit jamais faire preuve d’humour dans un texte argumentatif :
Vrai Faux

S'EXERCER

Voir les réponses

2
★☆☆
a. Quelle image la locutrice donne-t-elle d’elle-même ? Par quels moyens ?

b. Qui dénonce-t-elle implicitement ?

c. À votre avis, à qui s’adresse-t-elle ?

Voir les réponses

3
★★☆
a. Que réfute Germaine de Staël dans cet extrait ?

b. Quelle image donne-t-elle d’elle-même ?

c. Réécrivez ce texte en donnant l’image d’une locutrice excédée.

Voir les réponses

4
★★☆
a. Qui sont les destinataires de ce discours et par quels procédés sont-ils impliqués ?

b. À plusieurs reprises, Victor Hugo oppose des verbes, conjugués ou à l’infinitif. Lesquels ? Quelle image cela donne-t-il de lui par rapport aux autres ?

Voir les réponses

5
★★☆
Regardez la campagne de sensibilisation « Most shocking second a day » ci-dessous, ou en la recherchant directement sur Internet.
a. S’agit-il d’une argumentation directe ou indirecte ?

b. À qui cette campagne s’adresse-t-elle ?

c. Comment implique-t-elle le destinataire ? Quel type de raisonnement est utilisé ?

Voir les réponses

6
★★★
a. Quelle image Marie d’Agoult donne-t-elle d’elle-même dans cet extrait ?

b. La première question est-elle une question rhétorique ? Justifiez votre réponse.

Voir les réponses

 ► Vers le bac 


7
★★★
Relisez le texte de Victor Hugo (Ex. 4) et montrez comment il argumente contre la misère.
Vous analyserez comment Hugo s’implique dans son discours, comment il implique le destinataire et quelle image il donne de lui-même. Justifiez par des exemples précis.



Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.