Couverture

Histoire-Géographie 1re

Feuilleter la version papier





























Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


POINT DE PASSAGE 3



25 mai 1864 ‑ Le droit de grève répond à l’une des attentes du mouvement ouvrier





Pourquoi la grève est‑elle revendiquée comme droit fondamental par les ouvriers ?


4
L'ancienne loi

Art. 414. Sera puni d’un emprisonnement de six jours à trois mois et d’une amende de 16 francs à 10 000 frs : 1° toute coalition entre ceux qui font travailler des ouvriers, tendant à forcer l’abaissement des salaires, s’il y a eu tentative ou commencement d’exécution ; 2° toute coalition de la part des ouvriers pour faire cesser en même temps de travailler, interdire le travail dans un atelier, empêcher de s’y rendre avant ou après certaines heures, et, en général, pour suspendre, empêcher, enchérir les travaux, s’il y a eu tentative ou commencement d’exécution.


Loi du 27 novembre 1849.

Depuis la loi Le Chapelier (1791) et le Code pénal napoléonien (1810), les coalitions ouvrières et les incitations à la grève sont interdites et sévèrement réprimées. Mais les revendications sociales de la classe ouvrière s’affirment au cours du XIXe siècle : les ouvriers s’organisent en vue d’obtenir de nouveaux droits. Napoléon III décide alors de renoncer en partie à une politique répressive, à la fois par calcul électoral et par désir sincère d’améliorer le sort des ouvriers.

5
La nouvelle loi

En mai 1864, le député Émile Ollivier, républicain proche de l’empereur, fait voter une loi autorisant les coalitions ouvrières. La grève reste punie quand elle s’accompagne de violences. Les opposants du régime critiquent une avancée insuffisante.

Art. 414. Sera puni d’un emprisonnement de six jours à trois ans et d’une amende de 15 francs à 3 000 francs, ou de l’une de ces deux peines seulement, quiconque, à l’aide de violences, voies de fait, menaces ou manœuvres frauduleuses, aura amené ou maintenu, tenté d’amener ou de maintenir une cessation concertée de travail, dans le but de forcer la hausse ou la baisse des salaires, ou de porter atteinte au libre exercice de la liberté de l’industrie ou du travail.


Loi du 25 mai 1864.

1
La grève des canuts

Anonyme, Horrible massacre à Lyon, 1834, estampe, 39,5 x 56,5 cm, BnF, Paris.

En 1831 puis 1834, la grève des canuts lyonnais (artisans de la soie), qui réclament un accord sur les prix de production, se transforme en bataille urbaine. L’armée et la Garde nationale tirent sur les manifestants, faisant plusieurs centaines de morts chaque fois.
Anonyme, Horrible massacre à Lyon, 1834, estampe, 39,5 x 56,5 cm, BnF, Paris.

Questions

Voir les réponses

Prélever des informations

1. Présentez les documents. (Doc. 1 et 6)
2.
ORAL
Relevez les principales revendications des ouvriers. (Doc. 2 et 3)

3. Soulignez les modifications qu’apporte la loi du 25 mai 1864. (Doc. 4 et 5)

4. Analysez le rapport des ouvriers aux autorités. (Doc. 1, 2, 3, et 6)

Enregistreur audio

Question de synthèse

5. Répondez à la problématique sous la forme d’un développement construit.

25 mai 1864 ‑ Le droit de grève répond à l’une des attentes du mouvement ouvrier

2
Un monde ouvrier qui s’organise

En 1862, Napoléon III fait envoyer des délégués ouvriers à l’Exposition internationale de Londres. À leur retour, chaque métier publie un rapport adressé à l’empereur.

C’est par la création de CHAMBRES SYNDICALES ou CORPORATIVES qu’on peut, selon nous, tenter la grande réforme que nous indiquons. Ces chambres devraient être composées d’un nombre déterminé de membres, parmi lesquels les patrons et les ouvriers se trouveraient en quantité égale. Elles seraient essentiellement délibératives […]. C’est en vertu des grands principes de 89, inscrits en tête de la Constitution actuelle, qui fait de tous les citoyens des hommes égaux devant la loi, que nous croyons avoir les mêmes droits que nos patrons. Nous espérons aussi que, grâce à l’initiative du chef de l’État, le projet de loi sur les coalitions dont se trouve saisi en ce moment le Conseil d’État viendra dissiper nos craintes et aplanir les difficultés que nous avons pu rencontrer jusqu’à ce jour.

Ne perdons pas un seul instant pour nous constituer ; et, quelles que soient les difficultés que nous pourrions trouver devant nous, ne nous décourageons pas, car vouloir c’est pouvoir.


Rapports des fabriquants d’instruments à cuivre, 1862.

6
La multiplication des grèves dans les années 1865‑1870

Anonyme, Grève des ouvriers du Creusot, 1870, gravure sur bois (coloriée plus tard).

La loi sur les coalitions s’inscrit dans une forte multiplication des grèves, et elle encourage ce mouvement.
Anonyme, Grève des ouvriers du Creusot, 1870, gravure sur bois (coloriée plus tard).

3
Des revendications croissantes

Ce manifeste, rédigé à l’occasion d’élections, est signé par soixante ouvriers, qui portent des revendications politiques et sociales.

Nous qui n’avons d’autre propriété que nos bras, nous qui subissons tous les jours les conditions légitimes ou arbitraires du capital, nous qui vivons sous des lois exceptionnelles, telles que la loi sur les coalitions […]. Nous qui, dans un pays où nous avons le droit de nommer les députés, n’avons pas toujours le droit d’apprendre à lire ; nous qui, faute de pouvoir nous réunir, nous associer librement, sommes impuissants pour organiser l’instruction professionnelle […].


Le « Manifeste des Soixante », paru dans le journal quotidien L’Opinion nationale, 17 février 1864.

BAC
Analyse de documents

Voir les réponses
Doc. 4 et 5. Expliquez pourquoi les députés républicains considèrent la loi du 25 mai 1864 comme insuffisante.

Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?