Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Lexique
P.176

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Littérature lexique


Lexique




Voir les réponses

Exercice 1

Je transforme un texte à la manière de Queneau

1
Lisez les deux versions d’une même histoire proposées ci-dessous. Quelle est la différence ?

Récit
Un jour vers midi du côté du parc Monceau, sur la plateforme arrière d’un autobus à peu près complet de la ligne S (aujourd’hui 84), j’aperçus un personnage au cou fort long qui portait un feutre mou entouré d’un galon tressé au lieu de ruban. Cet individu interpella tout à coup son voisin.


R. Queneau, Exercices de style, Gallimard, 1947.

Métaphoriquement
Au centre du jour, jeté dans le tas des sardines voyageuses d’un coléoptère à grosse carapace blanche, un poulet au grand cou déplumé harangua soudain l’une, paisible, d’entre elles et son langage se déploya dans les airs, humide d’une protestation.


R. Queneau, Exercices de style, Gallimard, 1947.




2
À la manière de Queneau, transformez l’extrait suivant en texte métaphorique.

On a mis dans ma chambre une vieille commode achetée chez un brocanteur, elle est en bois sombre, avec une épaisse plaque de marbre noir, des tiroirs ouverts se dégage une forte odeur de renfermé.


N. Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983.




Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 2

J’identifie les figures de style

Consigne
Trouvez les figures de style ou les sonorités sur lesquelles sont formés les slogans publicitaires suivants.

a) « C’est bien. C’est beau. C’est Bosch. » (Bosch)
b) « Il n’y a que Maille qui m’aille. » (Maille)
c) « Quand y en a marre, y a Malabar. » (Malabar)
d) « Lapeyre, y en a pas deux ! » (Lapeyre)
e) « Il est fou, Afflelou, il est fou. » (Afflelou)
f) « Twix, deux doigts coupe-faim. » (Twix)
g) « Petit mais costaud. » (Pimousse)



Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 3

Je sais identifier les figures de style qui rendent un texte poétique

Consigne
Dans les extraits de prose suivants, identifiez les figures de style employées et dites quels effets elles créent.

a) « Le soleil de midi tombe en large pluie sur les champs. » (G. de Maupassant)
b) « Ici la nuit est profonde et noire comme le monde. » (O. Adam)
c) « Il plongea. Dans l’habitude de l’eau, ses épaules étaient devenues comme des épaules de poisson. Elles étaient grasses et rondes, sans bosses ni creux. » (J. Giono)
d) « Alors le vent me frappe, le mur de la pluie s’écroule sur moi. Jamais je n’ai ressenti cela. L’eau m’enveloppe, ruisselle sur ma figure, entre dans ma bouche, dans mes narines. » (J. M. G. Le Clézio)
e) « Le ciel d’étain au ciel de cuivre Succède. La nuit fait un pas. » (V. Hugo)
f) « Des arbres dépouillés dressent à l’horizon
Leurs squelettes blanchis ainsi que des fantômes. » (G. de Maupassant)
g) « Ma chambre était à demi obscure ; la lune vêtue d’une robe vaporeuse comme une blanche fée, regardait mon sommeil et me souriait à travers les vitraux. » (A. Bertrand)

Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 4

Je transforme des phrases grâce à des périphrases

Consigne
Dans l’extrait suivant, remplacez les mots en bleu par des GN. Vous pouvez vous aider des définitions d’un dictionnaire.

Sous un amandier fleuri, le renard se léchait les pattesLes sauterelles vertes chantaient. Elles étaient toutes immobiles sur les chardons pelucheux qui gardent la chaleur du jour. L’herbe s’étira.


J. Giono, Que ma joie demeure, Grasset, 1935.




Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.