Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Langue
P.177

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Littérature langue


Langue




Voir les réponses

Exercice 1 : Orthographe

Je sais ponctuer un texte

1
Ponctuez l’extrait suivant afin de retrouver le texte de Baudelaire. Justifiez vos choix.

À une heure du matin
Enfin Seul On n’entend plus que le roulement de quelques fiacres attardés et éreintés Pendant quelques heures, nous posséderons le silence, sinon le repos
Enfin La tyrannie de la face humaine a disparu, et je ne souffrirai plus que par moi-même
Enfin Il m’est donc permis de me délasser dans un bain de ténèbres D’abord, un double tour à la serrure. Il me semble que ce tour de clef augmentera ma solitude et fortifiera les barricades qui me séparent actuellement du monde
Horrible vie Horrible ville

C. Baudelaire, Le Spleen de Paris, 1869.

2
Quelles phrases sont verbales et lesquelles sont non-verbales ?



3
À votre avis, pourquoi l’écrivain emploie-t-il les phrases non-verbales ?



Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 2 : Orthographe

Je connais l’importance de la ponctuation à l’écrit

Allez sur le site birdsdessines.fr

Consigne
À la manière des « birds dessinés », par groupe de deux, imaginez une phrase dont le sens change si elle est mal ponctuée ou s’il y a des des erreurs d’orthographe.



Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 3 : Orthographe

Je réécris à l’imparfait et au pluriel

Consigne
Réécrivez ce poème à l’imparfait et en mettant « vieillard » au pluriel.

Dans les terres, de nuit baignées,
Je contemple, ému, les haillons
D’un vieillard qui jette à poignées
La moisson future aux sillons.

Sa haute silhouette noire
Domine les profonds labours.
On sent à quel point il doit croire
A la fuite utile des jours.

Il marche dans la plaine immense,
Va, vient, lance la graine au loin,
Rouvre sa main, et recommence,
Et je médite, obscur témoin,

Pendant que, déployant ses voiles,
L’ombre, où se mêle une rumeur,
Semble élargir jusqu’aux étoiles
Le geste auguste du semeur.


V. Hugo, « Saison des semailles (le soir) », Les chansons des rues et des bois, 1865.




Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 4 : Orthographe

J’accorde les adjectifs et les participes passés - Je réécris un poème au futur

1
Complétez les terminaisons des adjectifs et des participes passés.

L’été, lorsque le jour a fui, de fleurs couvert
La plaine verse au loin un parfum enivrant ;
Les yeux fermé, l’oreille aux rumeurs entrouvert,
On ne dort qu’à demi d’un sommeil transparent.

Les astres sont plus pur, l’ombre paraît meilleur ;
Un vague demi-jour teint le dôme éternel ;
Et l’aube dou et pâle, en attendant son heure,
Semble toute la nuit errer au bas du ciel.

D’après V. Hugo, « Nuits de juin », Les rayons et les ombres, 1840.

2
Réécrivez ce poème au futur.



Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.