Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

2 - Le présent de l'indicatif
P.74-75

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Exercices


2 - Le présent de l'indicatif




Formation

Terminaisons
  1er gr. 2e et 3e gr.   Tous les groupes
je tu il, elle, on e es e s s t nous vous ils, elles ons ez ent
Il y a un certain nombre de verbes irréguliers au 3e groupe : 
Radicaux
Pour les verbes du 1er goupe :
  • Comme d’habitude, faites attention à la 1re personne du pluriel des verbes en :
    • -cer
> je trace : nous traçons (pour garder le son [s])
    • -ger
> je nage : nous nageons (pour garder le son [j])

  • D’autres verbes sont irréguliers :
    • Verbes en -yer
> j’appuie, nous appuyons
    • Verbes en -éder, -éter, -érer
> je cède, nous cédons
    • Verbes en -eter, -eler, -ener, -emer
> j’amène, nous amenons
    • Appeler, jeter (et rejeter, rappeler, interpeler, etc.)
> je jette, nous jetons
  • De nombreux verbes du 3e groupe ont un radical irrégulier. Il faut donc les apprendre par cœur, les retenir au fil de vos lectures.

L’homme ouvre la porte et accueille le jour avec plaisir. Il ne souffre plus de sa blessure.

Valeurs

Valeur Définition Exemple
(Présent d’) énonciation Il exprime une action qui a lieu au moment où elle est énoncée. Nous sommes en Turquie.
 
Habitude Il exprime un fait qui se répète, une habitude. Tous les étés, ils vont à Bodrum.
Vérité générale Il exprime un fait qui est toujours vrai, qui n’est pas lié à un moment précis. - L’eau bout à 100°C. - On a toujours besoin d’un plus petit que soi.
Description Il sert à décrire. La mer est calme, le soleil miroite sur la surface de l’eau.
(Présent de) narration Utilisé dans un récit au passé, il sert à rendre une scène plus vivante. [Ch. Colomb naviguait depuis deux mois.] Soudain, il aperçoit un rivage !
Passé proche et futur proche Il exprime une action qui vient de se produire ou qui va se produire bientôt. - Je rentre juste de vacances. - Je pars dans cinq minutes.
Injonction Il exprime un ordre. Tu viens ici tout de suite !

A. Je prends, je réponds, je défends, je perds.
B. Je peins, je crains, je résous, je feins, je joins.

Antonio José Bolivar Proano savait lire, mais pas écrire.
[...]
Il lisait lentement en épelant les syllabes, les murmurant à mi-voix comme s’il les dégustait, et, quand il avait maîtrisé le mot entier, il le répétait d’un trait. Puis il faisait la même chose avec la phrase complète, et c’est ainsi qu’il s’appropriait les sentiments et les idées que contenaient les pages.


L. Sepúlveda, Le vieux qui lisait des romans d’amour, Métailié, 1992.

L’homme fit un détour pour éviter le château et alla s’asseoir au fond d’un bois de pins, qui s’étendait derrière l’habitation. Là, écartant les branches, inquiet et fiévreux, il interrogea les sentiers du regard, semblant attendre quelqu’un avec impatience. Par moments, il se levait, faisait quelques pas, puis s’asseyait de nouveau en frémissant.Cet homme portait de larges favoris noirs. Son visage allongé avait une sorte de beauté violente et emportée. Brusquement, ses yeux s’adoucirent, ses lèvres épaisses eurent un sourire tendre. Une jeune femme venait de sortir du château, et elle accourait vers le bois de pins.


D’après É. Zola, Les Mystères de Marseille, 1867.

Au moment où Arsène Lupin, son repas achevé, tirait de sa poche un beau cigare bagué d’or et l’examinait avec complaisance, la porte de la cellule s’ouvrit. Il n’eut que le temps de le jeter dans le tiroir et de s’éloigner de la table. Le gardien entra, c’était l’heure de la promenade.


M. Leblanc, L’Évasion d’Arsène Lupin, 1907.

1. Rien n’est plus précieux que l’amitié.
2. On s’appelle tous les deux jours.
3. Je suis à vous dans deux petites secondes.
4. Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs.
5. J’étais en train de m’endormir. Tout à coup, j’entends une grande explosion.
6. La salle mesure à peine dix mètres de large.
7. Le mardi, nous finissons à dix-sept heures.
8. On le voit souvent dans le quartier.

1. Je (moudre) du café.
2. Tu (résoudre) une énigme.
3. Il (vendre) des voitures.
4. Il (peindre) des tableaux.
5. Tu (prendre) beaucoup de place.
6. Tu (craindre) les chiens.
Voir les réponses

Exercice 1

1
1. Donnez l’infinitif des verbes en gras. À quel groupe appartiennent-ils ?



2
2. Observez la terminaison de ces verbes. Qu’y a-t-il de particulier ?



Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 2

1
1. Donnez l’infinitif des verbes ci-dessus. Qu’est-ce que ces verbes ont en commun ?



2
2. Comparez les terminaisons des deux listes. Que remarquez- vous ?



Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 3

1
Réécrivez le texte ci-contre au présent de l’indicatif.



Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 4

1
Réécrivez le texte ci-contre au présent de l’indicatif.



Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 5

1
Conjuguez ces verbes au présent de l'indicatif.

1. Je  (moudre) du café.
2. Tu  (résoudre) une énigme.
3. Il (vendre) des voitures.
4. Il (peindre) des tableaux.
5. Tu (prendre) beaucoup de place.
6. Tu (craindre) les chiens.

Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 6

1
Indiquez pour chaque phrase la valeur du présent de l’indicatif.



Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 7

1
Dans le texte ci-contre, transposez au présent de l’indicatif les verbes soulignés et dites quel effet cela produit.



Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 8

Inventez la suite de l’extrait de Zola ci-contre.

1
1. Votre texte sera rédigé au présent.



2
2. Vous emploierez au moins trois valeurs différentes du présent, que vous indiquerez dans la marge.



Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.