Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


TD 2


Élasticité-prix, taxe et subvention




1. Exercice guidé

Représenter et comprendre les effets attendus d’une taxe avec l’élasticité-prix de la demande



Doc. 1
Lire graphiquement l’élasticité-prix de la demande


Lire graphiquement l’élasticité-prix de la demande

Point notion

Élasticité-prix de la demande

Mesure des effets de la variation des prix d’un produit sur celle de la demande. Elle prend une valeur numérique. Le plus souvent, elle est négative : quand le prix augmente, la demande diminue. Quand elle vaut -3, cela signifie qu’une hausse du prix de 1 % conduit à une baisse de la demande de 3 %. Quand l’élasticité-prix est proche de 0, la demande est peu élastique : les variations de prix ont peu d’effets sur la demande.

Questions


Étape 1. Utiliser les représentations graphiques pour interpréter les élasticités-prix.

1. Sur chacun des graphiques, représentez la quantité demandée pour chacun des prix.
La quantité demandée se lit sur les axes des abscisses.


2. Sur le graphique 1, comment évolue la quantité demandée quand le prix augmente ?
L’augmentation du prix correspond au passage de P0 à P1.


3. Sur le graphique 2, comment évolue la quantité demandée quand le prix augmente ?


4. Quel graphique représente une demande dont l’élasticité-prix est égale à 0 ?
Quel est celui qui représente une demande dont l’élasticité-prix est négative ?
Utilisez les réponses aux questions 2 et 3, ainsi que la définition de l’élasticité-prix.
2. À vous de jouer !

Élasticité-prix et taxe sur les sodas



Doc. 3
Taxer les sodas pour diminuer la demande ?

J'argumente

Vous êtes à la tête du gouvernement. Votre ministre de l’Économie vous suggère de subventionner les manuels de SES pour qu’ils soient davantage achetés. Expliquez-lui pourquoi il ou elle doit d’abord estimer l’élasticité-prix de la demande de ces manuels avant de prendre cette mesure.


Questions

1. Quel est l’effet de la taxe sur les prix des produits pour les consommateurs ?

2. Quel est l’effet attendu sur la demande ?

3. Pourquoi cet effet peut-il ne pas se produire avec la taxe soda ?

4. Représentez l’effet d’une taxe avec une demande très élastique par rapport au prix, puis avec une demande très peu élastique par rapport au prix. Dans ce cas, la taxe a-t-elle un effet sur la demande ?


Taxer davantage le consommateur peut-il l’inciter à consommer moins ? L’opinion est divisée quant à l’efficacité de la taxe soda […]. Depuis 2013, les sodas sucrés sont déjà taxés avec un surplus d’un peu plus de 2 centimes par canette. Cette fois, il s’agit de taxer encore plus les boissons les plus sucrées. […] La mesure est discutée : l’association Consommation, Logement et Cadre de vie juge d’autres mesures bien plus efficaces que la hausse du prix. « Ce n’est pas parce que le prix augmente de 10 ou 20 % que les gens changent leurs habitudes […] », assure le président de l’association.


Célia Quilleret, « La taxe soda, votée mais critiquée », Franceinter.fr, 24 octobre 2017.

Doc. 2
Élasticité-prix estimée pour un ensemble de produits


Élasticité-prix de la demande
Pour les ménages les
plus pauvres
Pour les ménages les
plus riches
Fruits frais 
 
 
 
 
-0,7  -0,5
Légumes frais 
 
-1,2 -1,0
Graisses animales  -0,5  -0,9
Graisses végétales  -0,5  -0,8
Sucre  -1,4  -1,4
Boissons non alcoolisées (hors jus) -0,9  -1,4

Questions


Étape 2. Lire les élasticités-prix, interpréter les données.

1. Comment évolue la consommation de fruits frais pour les ménages les plus riches quand le prix de ces produits augmente ?
L’élasticité-prix est négative.


2. Si le gouvernement décide de taxer les graisses animales, cette taxe aura-t-elle le plus d’effets sur la consommation des plus riches ou celle des plus pauvres ?
La taxe conduit à une augmentation du prix, il suffit alors de connaître l’élasticité-prix pour voir l’effet de la taxe sur la demande.


3. Si le gouvernement décide de subventionner les légumes frais, cette subvention aura-t-elle plus d’effets sur la consommation des plus riches ou celle des plus pauvres ?
La subvention entraîne une diminution du prix. Il suffit alors de connaître l’élasticité-prix pour voir l’effet de la subvention sur la demande.

Dans cette enquête, les ménages les plus pauvres sont les 20 % de ménages ayant les revenus les plus bas, les ménages les plus riches sont les 20 % de ménages ayant les revenus les plus hauts.
France Caillavet, Cédric Lecogne, Véronique Nichèle, « La consommation alimentaire : des inégalités persistantes mais qui se réduisent », Insee, 2009.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?