COURS 3

3
Une pluralité d’acteurs du développement



Quels sont les acteurs qui agissent pour réduire les inégalités à toutes les échelles ?

Chiffres-clés

821 millions
de personnes sont sous‑alimentées en 2017

Prolongement numérique

Le tour du monde d’Action contre la faim

Rendez-vous sur le site internet d’Action contre la faim. À partir des informations contenues sur le site, notamment dans l’onglet « missions », choisissez un pays où l’ONG intervient et recueillez les informations nécessaires à la réalisation d’un schéma permettant de mettre en évidence les actions menées, les aides fournies ainsi que le nombre de personnes bénéficiaires du soutien de l’ONG. Après avoir terminé, choisissez un deuxième pays d’un autre continent et réalisez la même tâche. Comparez les deux schémas et rédigez une conclusion de quelques lignes sur les similitudes et les spécificités de l’aide alimentaire apportée à chaque pays.

Le tour du monde d’Action contre la faim

A
Le rôle des États dans les modèles de développement

Développement autocentré et développement extraverti. Dès les années 1960, en Amérique latine (Brésil, Argentine) et dans certains pays décolonisés (Sénégal, Kenya), le choix d’un développement autocentré a été réalisé. Cependant, cette voie a souvent conduit à des échecs. D’autres pays ont choisi un modèle de développement extraverti, comme les Nouveaux Pays Industrialisés d’Asie (NPIA) surnommés « Dragons » dans les années 1960. Ces derniers ont imité avec succès le développement du Japon ; le modèle s’est ensuite diffusé à l’Asie du Sud-Est avec les « Tigres » (Malaisie, Viêt Nam (Doc. 1), Philippines, etc.), puis l’Amérique latine avec les « Jaguars » (Mexique, Chili, Colombie, Argentine).

Le modèle d’économie de rente. Ce modèle est fondé sur la production et l’exportation de matières premières, dont le cours en Bourse est volatile : hydrocarbures (pétrole et gaz au Qatar ou en Arabie saoudite), produits agricoles ou miniers. Certains États ont connu un développement grâce au tourisme (Seychelles, Tunisie, Égypte, Thaïlande, etc.).

Un modèle mixte entre libéralisme et maintien d’une forte autorité de l’État. Cela a été le cas en France dans l’après Seconde Guerre mondiale. En Russie, la transition économique fut très brutale, plus graduelle en Inde et plus modérée en Chine avec le socialisme de marché.

C
Les ONG : entre dénonciation et intervention

Un rôle d’alerte. Les organisations non gouvernementales (ONG) comme Action contre la faim, Médecins du monde, Amnesty International alertent l’opinion publique. Elles peuvent également intervenir sur les problèmes de la planète et dénoncent notamment les inégalités de développement.

De nombreuses campagnes d’intervention. Les activités des associations vont de la surveillance de situations de crise à l’assistance d’urgence sur le long terme grâce à des programmes d’intervention multisectoriels. Les ONG disposent de financements d’États et d’entreprises mais reposent aussi sur les dons des particuliers et l’implication bénévole de leurs membres. Entre 2012 et 2015, Action contre la faim a ainsi porté secours à 12 millions de personnes.

Vocabulaire

  • Développement autocentré : stratégie de développement fondée sur des mesures protectionnistes, une industrialisation pour limiter les importations en produisant les biens auparavant importés et un retrait du commerce international.
  • Développement extraverti : développement fondé sur une logique libérale, avec une industrialisation liée à la production des biens destinés au marché mondial, une ouverture aux firmes multinationales, et la recherche d’une montée en gamme dans les produits par la suite.
  • Économie de rente : économie fondée sur l’exploitation de ressources naturelles (hydrocarbures, ressources minières, etc.).
  • Organisation non gouvernementale (ONG) : association indépendante des États, qui mène des actions d’intérêt public.


1
Ho Chi Minh Ville, symbole de l’essor économique du Viêt Nam

En 1986, la réforme économique « Doi Moi », signifiant « renouveau », a été initiée par le Parti communiste vietnamien. À partir de cette date, l’économie de marché a été autorisée, voire encouragée au Viêt Nam. Depuis lors, ce pays est passé de la rigidité d’une économie planifiée et fortement agraire à une économie plus industrielle et basée sur le marché. En 2018, cet État a une population jeune, un système politique stable, un engagement en faveur d’une croissance durable, une inflation relativement faible et une monnaie stable. La réforme lancée il y a plus de trente ans a stimulé la croissance (7 % en 2018) et le développement économique du Viêt Nam, transformant ainsi l’un des pays les plus pauvres du monde en un pays à revenu intermédiaire.



Nicolas Rodriguez Harispe, Université de Sherbrooke, 6 mars 2018


Viêt Nam

Entre 1980 et 2016, les 1 % les plus riches ont capté 27 % de la croissance mondiale. Les 50 % les plus pauvres n’en n’ont capté que 12 %.
Rapport sur les inégalités mondiales, 2018

B
Des institutions internationales qui agissent à l’échelle mondiale

Le Programme des nations unies pour le développement (PNUD). Il a pour objectif de réduire les inégalités à toutes les échelles, y compris les inégalités de genre. Le droit à l’eau a été défini par l’ONU en 2002 comme « un approvisionnement suffisant, physiquement accessible et à un coût abordable, d’une eau salubre et de qualité acceptable » tandis que le droit à l’alimentation a conduit à la création d’une équipe spéciale de haut niveau sur la crise alimentaire en 2008, à l’initiative du secrétaire général des Nations unies.

Des objectifs du développement durable. Le PNUD promeut également une démarche durable dans l’usage des ressources planétaires (Doc. 2) : les objectifs de développement durable prennent le relais pour 2030 des Objectifs du Millénaire. Le développement durable permet d’améliorer le niveau de vie de tous en ménageant la planète.

2
Le Jour du dépassement

Tous les ans, l’ONG Global Footprint Network calcule en partenariat avec le WWF « le Jour du dépassement » sur la base de trois millions de données statistiques de 200 pays. C’est la date à partir de laquelle l’empreinte écologique dépasse la biocapacité de la planète. L’empreinte écologique caractérise la surface de la Terre utilisée par l’Homme pour pêcher, élever, cultiver, déboiser, construire et brûler des énergies fossiles. La biocapacité, quant à elle, représente la surface de la planète nécessaire pour faire face à ces pressions. Depuis les années 1970, la date du Jour du dépassement se dégrade. En 1998, elle avait lieu le 30 septembre. En 2018, elle arrive deux mois plus tôt : le 1er août. Cette date est marquée cette année par une nouvelle augmentation des émissions de CO2. Si le monde entier émettait autant de carbone par ses activités, consommait autant de terres, utilisait autant de terrains bâtis que les Français, le Jour du dépassement planétaire [...] tomberait en 2018 le 5 Mai. [...] Depuis le 5 mai 2018, nous vivons à crédit.


WWF, 1er août 2018


Dessin de Plantu, Le Monde, 2 août 2018

Dessin de Plantu, Le Monde, 2 août 2018.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?