Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


POINT DE PASSAGE 3



La politique maritime et mercantiliste de Colbert




Questions

Voir les réponses

Se repérer dans le temps

1. Identifiez les raisons de la fondation des Compagnies des Indes orientales et du Levant. (Doc. 1 et 2)

2. Expliquez l’échec de la Compagnie du Levant. (Doc. 3)

Mener une recherche

3. Faites une recherche sur Internet sur le port de Lorient : quand a‑t‑il été fondé ? Pourquoi porte-t-il ce nom ?

Pourquoi la monarchie crée‑t‑elle les compagnies des Indes et du Levant ?


2
Commercer avec les Indes

Entre tous les commerces qui se font dans toutes les parties du monde, il n’y en a point de plus riche ni de plus considérable que celui des Indes Orientales. […] C’est de là qu’on tire l’or et les pierreries ; c’est de là que viennent les marchandises si renommées et d’un débit si assuré, la soie, la cannelle, le poivre, le gingembre, la muscade, les toiles de coton, la ouate, la porcelaine, les bois qui servent à toutes les teintures, l’ivoire, l’encens, et mille autres commodités, auxquelles les hommes étant accoutumés, il est impossible qu’ils s’en passent. Pourquoi faudrait-il que les Portugais, les Hollandais, les Anglais, les Danois, allassent tous les jours dans les Indes orientales, y possédassent des magasins et des forteresses, et que les Français n’y eussent jamais ni l’un ni l’autre ?

François Charpentier, Discours d’un fidèle sujet du roi, touchant l’établissement d’une compagnie française pour le commerce des Indes orientales, 1664.


3
L’échec de la Compagnie du Levant

Le transit a été accordé en premier lieu aux intéressés de la Compagnie du Levant du bureau de Paris, sous prétexte d’augmenter le commerce dans les Échelles du Levant, et pour faire passer au travers du royaume les marchandises qui n’y passaient pas auparavant. Mais […] cette prétendue Compagnie n’a jamais établi en Levant aucun comptoir ni magasin, elle n’a jamais eu ni vaisseaux ni barques.

Arrêt du Conseil d’État du roi, portant révocation du transit de Marseille à Genève, 15 octobre 1704.


La politique maritime et mercantiliste de Colbert, dates


Jean-François Hue, Vue du port de Lorient, 1792, huile sur toile (détail), 117 x 176 cm, musée du Louvre, Paris

1
Le développement du port de Lorient

Jean-François Hue, Vue du port de Lorient, 1792, huile sur toile (détail), 117 x 176 cm, musée du Louvre, Paris.

Soucieux de favoriser les exportations et de faire affluer les métaux précieux dans le royaume – c’est ce qu’on appelle le mercantilisme ‑, Jean-Baptiste Colbert, l’un des principaux ministres de Louis XIV, fonde la Compagnie des Indes orientales en 1664 et la Compagnie du Levant en 1670. La première a le monopole du commerce dans l’océan Indien et en Asie orientale, tandis que la seconde organise les relations commerciales entre Marseille, Sète et les villes et les ports de l’Empire ottoman.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?