BILAN


Vers une gestion durable des agrosystèmes




Un schéma bilan

Schéma Bilan Chapitre 10 SVT

Mots-clés

  • Agriculture biologique : pratique agricole consistant à bannir l’utilisation de produits phytosanitaires issus de la synthèse chimique, et à les remplacer si cela est possible soit par des produits naturels, soit par d’autres moyens de lutte.

  • Agroforesterie : pratique agricole consistant à associer des arbres à une culture ou à un élevage.

  • Durabilité : configuration d’une activité de la société humaine qui lui permet d’assurer sa pérennité.

  • Érosion des sols : entraînement des particules du sol par les eaux de pluie, ce qui diminue le volume de sol cultivable.

  • Lessivage : entraînement de molécules, par exemple les engrais ou les pesticides, par les eaux de pluie.

  • OGM : Organisme génétiquement modifié, dans le patrimoine génétique duquel a été intégré un (ou des) gène(s) d’une autre espèce, lui conférant des caractéristiques intéressantes (résistance à un insecte, à un herbicide, à la sécheresse…).

  • Polyculture : pratique agricole consistant à cultiver plusieurs espèces ou plusieurs variétés d’une même espèce simultanément sur une même parcelle (en opposition à monoculture).

  • Produit phytosanitaire : produit visant à améliorer la santé d’une plante cultivée, en détruisant les pathogènes (champignons, bactéries) et les ravageurs de cultures (insectes).

  • Rotation des cultures : pratique agricole consistant à cultiver sur une même parcelle des espèces différentes d’une année sur l’autre.

  • Lutte biologique : moyen de combattre les ravageurs (en particulier les insectes) en utilisant leurs prédateurs naturels.

2
D’autres ressources essentielles à gérer durablement [activité 2 et 3]

  • Conduire un agrosystème de manière intensive peut amener à épuiser des ressources essentielles, mais là encore des solutions existent :
  • - les sols, affectés par l’érosion, sont emportés par les pluies. Le ruissellement de l’eau dans un sol trop peu consolidé amplifie également le lessivage, notamment des produits phytosanitaires et des engrais. L’enherbement ou la plantation d’arbres dans les cultures céréalières (agroforesterie) permettent de retenir les particules du sol  
  • - l’eau peut venir à manquer si l’irrigation est trop importante, ce qui affecte à la fois l’agrosystème et l’écosystème naturel environnant. Des techniques d’irrigation contrôlée ainsi que le choix de variétés plus résistantes à la sécheresse permettent de limiter ce problème.

  • Certains cycles biologiques soutiennent la production agricole : par exemple, le recyclage des déchets par les décomposeurs du sol, ou les réseaux de compétition et de prédation. La rotation des cultures ou la lutte biologique sont des moyens réalistes qui limitent les impacts écologiques des activités agricoles.

Notre planète

Le rôle crucial des insectes pollinisateurs pour la fertilisation des cultures et leur déclin préoccupant sont devenus des enjeux connus de tous. De nombreuses initiatives visant à favoriser les abeilles, entre autres, sont visibles dans l’espace public : jachères fleuries (mélanges de fleurs dans les champs en dehors des périodes de culture), désherbage des communes sans utilisation de produits chimiques, « hôtels » à insectes dans les parcs publics, ruches installées en ville, etc. Observez et recensez ces initiatives autour de vous !

1
Vers des agrosystèmes respectueux de la biodiversité [activité 1 et 4]

  • La biodiversité peut être menacée par les pratiques agricoles :
  • - la recherche de nouvelles terres agricoles conduit à détruire des écosystèmes fragiles et irremplaçables, qui rendaient des services écologiques à l’Homme ;
  • - l’usage intensif d’insecticides a des conséquences directes (disparition d’insectes pollinisateurs, espèces-clés) ou indirectes (disparition d’oiseaux, espèces régulatrices d’insectes nuisibles aux cultures). Par ailleurs, leur emploi à outrance conduit à l’apparition de souches résistantes de ravageurs.

  • Certaines solutions existent, comme l’association de plantes (polyculture) et éventuellement d’animaux ou la rotation des cultures. Ces pratiques réduisent l’empreinte sur l’environnement et sont plus durables. L’agriculture biologique est un ensemble de techniques durables assurant un label et donc, souvent, un meilleur revenu pour les agriculteurs.

3
La science, au service des défis du futur [activité 4]

  • L’agriculture se trouve confrontée à un double défi :
  • - nourrir de façon quantitative et qualitative une population mondiale sans cesse plus nombreuse ;
  • - préserver les ressources environnementales nécessaires au développement des générations futures.

  • En cela, les avancées scientifiques permettent de sélectionner des modèles agricoles à la fois productifs et durables, entre autres en mettant au point de nouvelles variétés (comme les OGM). La science cependant n’apporte pas de solution idéale quant à ces problématiques extrêmement complexes.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?