Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Comment la France d’outre-mer s’insère-t-elle dans la mondialisation ?
P.310-311

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Dossier


Comment la France d’outre-mer s’insère-t-elle dans la mondialisation ?





Les territoires français ultramarins sont situés à plusieurs milliers de kilomètres de la métropole. Qu’ils se situent en Amérique du Sud, dans les Antilles, dans l’océan Indien ou encore dans le canal du Mozambique, ces territoires de l’Union européenne hors d’Europe sont pleinement insérés dans la mondialisation.


1
Saint-Barthélemy, une île tournée vers le tourisme de luxe

La clientèle touristique de Saint-Barthélemy est majoritairement nord-américaine (70 %) et principalement originaire de la côte nord-est des États-Unis. Rappelons que ce sont des Nord-Américains de la côte atlantique qui constituent les clientèles historiques. La proximité géographique des grandes métropoles nord-américaines s’est améliorée avec la structuration des liaisons aériennes à partir des hubs aériens Sint-Maarten (l’aéroport de Princess Juliana, dans la partie néerlandaise de l’île) et secondairement depuis l’aéroport de San Juan (Porto Rico). Depuis la crise économique de 2008, les responsables du tourisme de Saint-Barthélemy ont engagé des actions stratégiques pour diversifier davantage les origines géographiques de leurs clients. Les objectifs sont notamment de renforcer la présence des Européens et de s’établir davantage sur le marché russe. Le marché de l’Amérique du Sud est également ciblé. Les clientèles sud-américaines (des grandes métropoles du continent) sont encore marginales, mais leur nombre progresse assez rapidement. Elles sont très intéressantes car elles prennent leurs « vacances d’hiver » pendant l’été boréal, c’est-à-dire lorsque Saint-Barthélemy connaît une faible fréquentation car les touristes de l’hémisphère nord profitent de l’été dans leurs régions.

Sopheap Theng, « L’île de Saint-Barthélemy (Petites Antilles) : une destination du tourisme de luxe », Études caribéennes, 2014.

2
Une fête hindouiste en Martinique

Une fête hindouiste en Martinique

3
Lancement d’une fusée Ariane à Kourou en Guyane

Kourou

4
Le nickel en Nouvelle-Calédonie : une production mondialisée

Pour « le Caillou » du Pacifique [la Nouvelle-Calédonie], l’économie du nickel représente près d’un cinquième du produit intérieur brut et 90 % des exportations. Classée cette année au cinquième rang des producteurs mondiaux par le Groupe international d’études du nickel (INSG), la Nouvelle-Calédonie dépasse désormais la production de l’Australie et du Canada. Le territoire calédonien reste ainsi très dépendant de l’exploitation de cette matière première, qui pèse pour près de 90 % des exportations et représente un emploi sur cinq. [...] Longtemps en situation de monopole sur le Caillou, la SLN est désormais concurrencée par deux acteurs internationaux. D’un côté, la co-entreprise Koniambo Nickel SAS, appartenant à la Société minière du Sud-Pacifique et au groupe anglosuisse Glencore, est présente dans la province Nord du territoire, dirigée par les indépendantistes. De l’autre, la société brésilienne Vale, premier producteur de nickel dans le monde, opère dans le Sud.

Claudia Cohen, « Nouvelle-Calédonie : le nickel, un enjeu plus stratégique quʼéconomique pour la France », Le Figaro, 2 novembre 2018.

5
Les espèces invasives, un effet négatif de la mondialisation sur des environnements fragiles

Dès novembre 2008, une démarche collégiale, pilotée par la Direction régionale de l’environnement (DIREN), le parc national de La Réunion et le conseil régional, a été lancée visant à l’élaboration d’une stratégie régionale de lutte contre les espèces invasives regroupant tous les partenaires locaux (administrations et établissements publics, collectivités, associations naturalistes, groupements socioprofessionnels). [...] La meilleure façon de prévenir les risques d’impacts négatifs sur les écosystèmes et la biodiversité indigènes est d’empêcher les introductions d’espèces potentiellement invasives sur le territoire. Cela passe par une réglementation plus adaptée et par le renforcement du contrôle aux frontières et des usages sur le territoire.

Extraits du site Internet « Groupe espèces invasives de La Réunion », 2019.

Numérique

Prochainement disponible : lʼexercice « du texte au croquis » !

Questions

Parcours 1

1. Doc. 1 (⇧). Relevez et expliquez les origines géographiques des touristes à Saint-Barthélemy.


2. Doc. 2 (⇧). Que traduisent les sociétés métissées sur lʼintégration des outre-mers à la mondialisation ?


3. Doc. 3 (⇧). Quel est lʼintérêt de lʼactivité aérospatiale pour la Guyane ?


4. Doc. 4 (⇧). Sur quelles ressources sʼappuie le secteur économique néo-calédonien ? En quoi cette ressource permet-elle une intégration à la mondialisation ?


5. Doc. 5 (⇧). Comment les autorités cherchent-elles à combattre les espèces invasives ?


Parcours 2

Sur un planisphère, représentez les territoires ultra-marins cités dans les documents et les flux les unissant à d’autres pays (migrations, tourisme, espèces invasives, flux de matières premières).

Planisphère
Voir les réponses

À l'oral

Réalisez un exposé sur le centre spatial guyanais et montrez que ce territoire est intégré à la mondialisation.

Enregistreur audio
Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.