Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Construire un arbre phylogénétique
P.279

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

FICHE MÉTHODE
Améliorer ses compétences


11
Construire un arbre phylogénétique





A
Étudier la matrice taxon-caractère

Une matrice taxon-caractère est un tableau présentant les caractéristiques des groupes étudiés (les taxons). Elle contient les informations nécessaires à la construction de l’arbre phylogénétique.

Espèce Crânes et vertèbres Poumons Amnios Fenêtre temporale Gésier Plumes
Mésange oui oui oui 2 oui oui
Crocodile oui oui oui 2 oui non
Lézard oui oui oui 2 non non
Tortue oui oui oui 0 non non
Crapaud oui oui non 0 non non
Thon (extra-groupe) oui non non 0 non non

Matrice taxons/caractères de quelques vertébrés (d’après Phylogène INRP).

Afin de construire un arbre, il faut commencer par identifier :

l’extra-groupe : c’est le taxon qui ne fait pas partie du groupe d’étude, c’est pour cela que l’on considère que les états de caractères sont ancestraux chez lui. Il servira à commencer (enraciner) l’arbre. Il s’agit ici du thon. Sa nature est généralement précisée. Il peut s’agir d’un être vivant totalement extérieur au groupe d’intérêt ;

les caractères ancestraux, c’est-à-dire plus anciens dans l’histoire évolutive. Il peut s’agir d’une structure ancienne par exemple ;

les caractères dérivés, qui correspondent aux innovations évolutives, par exemple ici : « présence des poumons ». Il est conseillé de mettre en évidence ces caractères dérivés lorsque l’on étudie la matrice (en jaune ici).

B
Construire l’arbre pas à pas

1. Commencer au brouillon, en dessinant le « tronc », qui conduit à un premier « nœud » ou ancêtre commun.

2. Dessiner une première branche, à gauche par exemple, qui conduit à l’extra-groupe.

3. À partir du premier ancêtre commun, dessiner progressivement des branches et des nœuds pour :
    • placer les taxons en haut à l’extrémité des branches ;
    • placer progressivement, de gauche à droite, des taxons ayant de plus en plus de caractères dérivés.

4. Une fois l’arbre construit, il faut y placer les innovations évolutives. Celles-ci seront représentées par des traits sur les branches et non pas sur les nœuds ! Il faut les placer en tenant compte des taxons qui les possèdent et aussi tenir compte du principe de parcimonie : l’arbre phylogénétique le plus vraisemblable est celui qui possède le moins d’innovations évolutives.

5. Reproduire ensuite cet arbre au propre, à la règle, en alignant les taxons en haut et en ajoutant un titre.

Construire l’arbre pas à pas


Exemple d’un arbre phylogénétique des vertébrés.

Ressource complémentaire

Cliquez ici pour télécharger Phylogène
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.