Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


L'ESSENTIEL


Comment crée-t-on des richesses et comment les mesure-t-on ?





1
Des producteurs de richesses très divers

  • La production des richesses repose en partie sur les entreprises, dont les formes sont très diverses en fonction de leur statut juridique, de la propriété de leur capital social, du nombre de leurs salariés ou encore des objectifs qu’elles poursuivent. Ces entreprises, privées et publiques, réalisent une production marchande.
  • Les administrations publiques produisent également des richesses. Elles offrent par exemple des services d’éducation en garantissant l’accès à l’école, de santé en entretenant les hôpitaux publics et de sécurité avec la police et la gendarmerie. Il ne faut pas confondre ces administrations publiques avec les entreprises publiques, qui appartiennent à l’État mais font une production marchande.
  • Cependant, la distinction entre production marchande et production non marchande n’est pas toujours aussi nette. Le secteur de l’économie sociale et solidaire regroupe des producteurs très variés (associations, coopératives, mutuelles, fondations), dont certains font une production marchande, mais qui se caractérisent par un réinvestissement des bénéfices, des règles de fonctionnement basées sur la solidarité et l’accomplissement de missions d’intérêt général. (→ voir dossier 1).

2
Production marchande et non marchande

  • La création de richesses peut donc prendre de multiples formes. On peut distinguer deux formes de productions :
    • la production marchande est l’ensemble des biens et services produits destinés à être vendus sur un marché pour réaliser des bénéfices. La production des entreprises est une production marchande ;
    • la production non marchande est l’ensemble des biens et services proposés gratuitement ou à un prix inférieur à la moitié de leur coût de production. La production des administrations publiques et des associations est non marchande.
  • Ainsi, les entreprises ont une production marchande, puisque leur production est vendue sur un marché pour réaliser un bénéfice. En revanche, les services de santé offerts par un hôpital public ou par une association sont non marchands car ils sont gratuits ou à un prix inférieur à la moitié de leur coût de production. (→ voir dossier 1)

3
Les entreprises produisent en fonction des coûts de production

  • Pour proposer des biens et services, l’organisation productive peut avoir recours à de nombreux facteurs de production : des ressources naturelles, du travail effectué par des salariés ou des bénévoles, des machines (du capital physique) et de la technologie.
  • La combinaison productive que choisit une organisation est donc la façon dont les facteurs de production sont utilisés pour réaliser la production.
  • Pour choisir, les organisations productives ont un objectif d’efficacité : elles cherchent à obtenir un niveau de production en minimisant les coûts de production, c’est-à-dire l’ensemble des coûts supportés pour réaliser une production, dans l’intention de maximiser leur profit. (→ voir dossier 2)

4
Comment mesurer la création de richesses dans les entreprises et les administrations ?

  • Pour mesurer la création de richesses, les organisations productives et les économistes se sont dotés d’indicateurs économiques.
  • Le chiffre d'affaires d’une entreprise correspond à la valeur de l’ensemble des biens et services vendus par une entreprise sur un marché. Cet indicateurpermet de prendre la mesure de ce qui a été vendu.
  • La valeur ajoutée est l’indicateur qui correspond à la valeur réellement créée par une entreprise. Pour les administrations publiques et les associations, la mesure de la valeur ajoutée est plus complexe car elles ne vendent pas toute leur production de façon marchande.
  • Le bénéfice est un indicateur qui permet de rendre compte de ce que le producteur gagne une fois qu’il a payé ses consommations intermédiaires, ses salariés et ses impôts. (→ voir dossier 2)

5
Mesurer la richesse au niveau d’un pays

  • Le PIB est un indicateur macroéconomique, c’est-à-dire qu’il cherche à mesurer la richesse au niveau d’un pays. Il est calculé en additionnant les valeurs ajoutées créées dans un pays au cours d’une année, qu’elles proviennent des productions marchandes des entreprises ou des productions non marchandes des administrations publiques. (→ voir dossier 3)
  • Il permet de mesurer la croissance économique d’un pays, qui est l’évolution du PIB durant une année, sans tenir compte de la variation des prix. À partir du XIXe siècle, la croissance s’est fortement accélérée dans les pays développés, sous l’effet de l’industrialisation notamment. Depuis plusieurs années, ce sont les pays émergents qui connaissent la croissance la plus forte.
  • Toutefois, le PIB par habitant est une moyenne globale qui ne permet pas de rendre compte des inégalités de revenu entre les habitants d’un pays.
  • Enfin, la croissance du PIB ne tient compte ni des destructions irréversibles de l’environnement ni de la pollution émise lors de la production. On parle donc de limites environnementales de la croissance. (→ voir dossier 4)

Les notions à connaître

Bénéfice

Indicateur qui rend compte de ce que le producteur gagne : il s’obtient en soustrayant à la valeur ajoutée de l’entreprise le total des coûts payés pour produire.

Chiffre d’affaires

Valeur de l’ensemble des biens et services vendus par une entreprise sur un marché. Il est calculé en multipliant le nombre de biens et services vendus par leur prix de vente à l’unité.

Combinaison productive

Façon dont les facteurs de production sont utilisés pour réaliser la production.

Croissance économique

Indicateur de l’activité économique d’un pays, qui s’obtient par le calcul de l’évolution du PIB pour une année, sans tenir compte de la variation des prix.

PIB

Indicateur économique créé pour mesurer la production des biens et des services dans un pays pour une année.

Production marchande

Ensemble des biens et services produits et destinés à être vendus sur un marché à un prix qui couvre au moins les coûts de production.

Production non marchande

Ensemble des biens et services proposés gratuitement ou à un prix inférieur à la moitié de leur coût de production.

Valeur ajoutée

Mesure de la richesse nouvelle créée par une activité productive. Pour obtenir la valeur ajoutée d’une entreprise, on soustrait à la production la valeur des consommations intermédiaires. Dans le cas des administrations publiques dont la production est non marchande, la valeur ajoutée est évaluée par le coût de production des services qu’elles fournissent.

Attention aux notions


Ne pas
confondre

Chiffre d’affaires et valeur ajoutée

Le chiffre d’affaires d’une entreprise est le montant total qui provient de la vente de ses biens et services mais il ne reflète pas la richesse que crée l’entreprise. Pour comprendre quelle valeur l’entreprise a réellement créée, il est préférable d’utiliser la valeur ajoutée : la richesse créée est égale à la valeur de la production de l’entreprise à laquelle on soustrait les consommations intermédiaires (ce qui est produit par d’autres).

Ne pas
confondre

PIB par habitant et mesure des inégalités

  • Le PIB par habitant est une estimation des richesses disponibles dans un pays pour chaque habitant. Il est calculé en divisant le PIB total d’un pays par le nombre d’habitants du pays. L’objectif de cet indicateur est de permettre de comparer les niveaux de vie entre différents pays.
  • Or, au sein d’un même pays, tout le monde n’a pas le même revenu ! Le PIB par habitant ne tient pas compte des inégalités de revenu et de patrimoine entre les habitants.

Dominique Méda
Focus

Dominique Méda, sociologue et philosophe, est l’auteure d’Au-delà du PIB : pour une autre mesure de la richesse, publié en 2008.
  • Elle développe une critique de l’utilisation du PIB comme indicateur de richesses en mettant en perspective son histoire.
  • Le PIB a été créé au XXe siècle par des économistes pour mesurer la production et s’est imposé comme l’indicateur le plus pertinent et le plus neutre pour mesurer la croissance économique, ce qui est sujet à débat.
  • Le PIB ne donne en effet qu’une vision très partielle de la santé économique d’un pays : il ne tient compte ni des activités domestiques, ni du bien-être des habitants, ni de la destruction de l’environnement qui découle parfois de l’activité productive, ni des inégalités entre les individus, ni du chômage, etc.

Supplément numérique


Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?