Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


DOSSIER 3



Pourquoi l’économie marchande a‑t‑elle des difficultés à produire des biens collectifs et à préserver les biens communs ?





Doc. 3

Vers un épuisement des ressources ?


Voir les réponses

Questions

1. Par combien les quantités pêchées dans le monde ont-elles été multipliées entre 1950 et 1990 ?

2. Comment évoluent les quantités pêchées entre 1990 et 2016 ?


3. Selon vous, comment expliquer les évolutions observées sur ce graphique ?


Évolution des quantités de poissons pêchés et élevés dans le monde

Évolution des quantités de poissons pêchés et élevés dans le monde

La production halieutique désigne la quantité d’animaux pêchés, alors que la production aquacole est la quantité de poissons issus de l’élevage.
FAO, 2018.

Découvrir
Doc. 1

Pourquoi la pêche est-elle réglementée ?



Affiche de l’association Bloom qui milite en faveur de la pêche artisanale, 2014.
Affiche de l’association Bloom qui milite en faveur de la pêche artisanale, 2014.
Voir les réponses

Questions

1. À votre avis, quel serait le risque si tout le monde pouvait pêcher n’importe où et sans limite quantitative ?

2. Quels exemples de réglementation s’appliquant à la pêche pouvez-vous donner ?

Je fais le point

Les biens collectifs et les biens communs sont des défaillances de marché.
Du fait des caractéristiques de ces biens et notamment de leur non-excluabilité, ils sont exposés aux comportements de passager clandestin qui rendent difficiles leur financement ou leur préservation. Le marché n’est alors pas efficace pour produire et distribuer ces biens.


Doc. 2

Pourquoi certains produits ne peuvent‑ils pas être vendus par des entreprises ?


Voir les réponses

Questions

1. Complétez le tableau en plaçant les exemples suivants dans les bonnes cases : les poissons, la défense nationale, un feu d’artifice, une moto, l’enseignement privé, un plat dans un restaurant, un site de streaming avec abonnement, les forêts, une robe, un phare, une place au cinéma, la qualité de l’air.

2. Peut-on réaliser des profits avec des biens pour lesquels il n’y a pas d’excluabilité des consommateurs ?

3. Pourquoi la non-rivalité empêche-t-elle les entreprises de fournir les biens qui ont cette caractéristique ?


Il existe quatre catégories de biens : privatifs, communs, de club, collectifs purs. Pour distinguer les biens économiques, il faut s’intéresser à leurs caractéristiques :
  • « La rivalité des consommations », qui signifie que l’utilisation du bien ou d’une unité de celui-ci par une personne empêche les autres d’en bénéficier. Par exemple, la part de gâteau que je mange ne pourra pas être mangée par quelqu’un d’autre : le gâteau est un bien « rival ». En revanche, si j’écoute une émission de radio, cela n’empêche personne de profiter de la même émission en même temps : il s’agit d’un service « non-rival ».

  • « L’excluabilité des consommateurs », qui désigne le fait de pouvoir limiter l’accès au bien à ceux qui paient. Pour certaines catégories de biens, il est techniquement impossible de contrôler l’accès par le prix. Par exemple, la baguette de pain est un bien où il y a excluabilité : si je ne paie pas, je ne pourrais pas en avoir une à la boulangerie. En revanche, une digue sur le littoral est un bien pour lequel il n’y a pas excluabilité : même si je ne paie pas pour sa mise en place, elle me protège.

Excluabilité des consommateurs Non‑excluabilité des consommateurs
Rivalité des consommations Biens privatifs
Exemples :
Biens communs
Exemples :
Non‑rivalité des consommations Biens de club
Exemples :
Biens collectifs purs
Exemples :

Doc. 4

Le climat, un problème de « passager clandestin » ?



En économie, le changement climatique est présenté comme un problème de bien commun. À long terme, la plupart des pays devraient tirer un bénéfice important d’une réduction massive des émissions globales de GES1, car le réchauffement climatique aura des effets économiques, sociaux et géopolitiques considérables. Cependant, les incitations individuelles à cette réduction sont négligeables. La majorité des bénéfices liés aux mesures d’atténuation prises par un pays donné profite en réalité à d’autres pays. […] Le problème du passager clandestin (free rider) conduit à la « tragédie des biens communs ». […] La surpêche et la chasse excessive ont contribué dans le passé à l’extinction de nombreuses espèces depuis le dodo, oiseau emblématique de l’île Maurice, jusqu’à l’ours des Pyrénées et le bison des grandes plaines d’Amérique du Nord.

Jean Tirole, Économie du bien commun, PUF, 2016.

1. Gaz à effet de serre.
Voir les réponses

Questions

1. Pourquoi les ressources naturelles sont-elles un bien commun ?

2. Pourquoi peut-on dire que certains pays se comportent comme des « passagers clandestins » ?

3. Selon vous, que signifie la « tragédie des biens communs » ?


Je m'auto-évalue

Complétez le texte suivant à l’aide des termes : collectifs purs ; communs ; passager clandestin ; payer ; produits.

Le marché a des difficultés à prendre en charge les biens et les biens , car on ne peut techniquement empêcher un consommateur d’en bénéficier dès lors qu’ils sont . Il est en effet rationnel pour les agents économiques de ne pas les coûts de production tout en profitant du bien lorsqu’il est produit : c’est ce que les économistes appellent des comportements de.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?