Chapitres bientôt disponibles

Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


Entrer dans l'œuvre


Du fait divers au récit





Emmanuel Carrère

Emmanuel Carrère

(né en 1957)


Emmanuel Carrère commence sa carrière comme critique de cinéma dans des revues, avant de publier des romans, des essais, des récits et des reportages littéraires. Il est également scénariste et réalisateur. Après L’Adversaire, qui a connu un immense succès critique et public, son œuvre se tourne de plus en plus vers la littérature non fictionnelle, des récits où l’autobiographie se mêle à la biographie.

Texte A

   Un fait divers

  Jusqu’alors Jean-Claude Romand donnait à ses voisins de Prévessin-Moens, dans l’Ain à la frontière genevoise, l’image d’un homme ayant, à trente-huit ans, bien réussi dans la vie. Deux enfants de cinq et sept ans, une femme, Florence, brune, très belle, une ancienne ferme restaurée et meublée avec goût, l’usage de voitures de location de haute gamme et une très bonne situation au sein d’un organisme international : médecin à l’Organisation mondiale de la santé.
  Lundi matin, vers 4 h 15, les pompiers ont découvert la maison en train de brûler. À l’intérieur, les corps des enfants étaient en partie carbonisés, celui de Florence sans vie avec des marques sur la tête. Jean-Claude Romand, lui, vivait encore [...].
  Les enquêteurs ont découvert qu’à 80 kilomètres de chez lui, à Clairvaux-les-Lacs, dans le Jura, les parents de Jean-Claude Romand, qu’ils venaient avertir, avaient été assassinés durant le week-end. Le chien du couple, n’avait pas échappé au carnage. Puis, dans la BMW louée par Jean-Claude Romand, les enquêteurs trouvaient un message : « Un banal accident et une injustice peuvent provoquer la folie. Pardon. » Il ne restait plus aux gendarmes qu’à faire leur ultime découverte : Jean-Claude Romand, contrairement à ce qu’il affirmait, contrairement à ce que pensaient tous ses proches, ne figurait pas dans les listes du personnel de l’OMS.

« Dans l’Ain, un homme massacre cinq membres de sa famille et tente de se suicider. Les mystères dans la vie de Jean-Claude Romand », Le Monde, 13 janvier 1993.

Affiche du film L'Adversaire de Nicole Garcia


Retrouvez la bande‑annonce du film.
Doc. 1
Affiche du film de Nicole Garcia, L’Adversaire, 2002.

Texte B

   La nécessité d’écrire

  Une fois décidé, ce qui s’est fait très vite, d’écrire sur l’affaire Romand, j’ai pensé filer sur place. M’installer dans un hôtel de Ferney-Voltaire, jouer le reporter fouineur et qui s’incruste. [... Mais] je me suis rendu compte que ce n’était pas cela qui m’intéressait. L’enquête que j’aurais pu mener pour mon compte, l’instruction dont j’aurais pu essayer d’assouplir le secret n’allaient mettre au jour que des faits. [... Tout cela] ne m’apprendrait pas ce que je voulais vraiment savoir : ce qui se passait dans sa tête durant ces journées qu’il était supposé passer au bureau ; qu’il ne passait pas, comme on l’a d’abord cru, à trafiquer des armes ou des secrets industriels ; qu’il passait, croyait-on maintenant, à marcher dans les bois. (Je me rappelle cette phrase, la dernière d’un article de Libération, qui m’a définitivement accroché : « Et il allait se perdre, seul, dans les forêts du Jura. »).

Emmanuel. Carrère, L’Adversaire, 2000, P.O.L. Éditeur.


Texte C

   Comment écrire ?

  J’ai entamé un récit objectif. Mais j’avais des problèmes de point de vue. [...] J’ai rencontré un ami proche de Romand, que j’appelle Luc dans le livre, et j’ai essayé d’écrire de son point de vue. [...] Coincé à nouveau j’ai fait une pause. Travailler sur une telle histoire est éprouvant. [...] J’ai choisi alors une méthode plus minimaliste. Profil bas, n’essayons pas de faire un bel objet littéraire. […] Faisons court avec le sérieux du journalisme de la façon la plus neutre possible. Mais cela coinçait encore. À l’automne 1998, j’ai enfin compris une chose d’une simplicité totale : je devais écrire à la première personne. [...] J’ai reconstitué chronologiquement mon rapport avec cette histoire et j’ai écrit ce que je ressentais. Mais, pour moi, ce n’était pas un roman.

Emmanuel Carrère, entretien avec Jean-Pierre Tison, Lire, février 2000.

Retrouvez l'intégralité de cet entretien.

        
Couverture L'Adversaire Folio
             
Couverture L'Adversaire Belin

Doc. 2
Couvertures du roman aux Éditions Gallimard, coll. Folio, 2001, et aux Éditions Belin-Gallimard, coll. Classico Lycée, 2010.

Texte D

   Qui est l'Adversaire ?

  Pour les croyants, l’instant de la mort est celui où on voit Dieu, non plus dans un miroir obscurément mais face à face. Même ceux qui ne croient pas croient quelque chose de ce genre : qu’au moment de passer de l’autre côté les mourants voient en un éclair défiler le film entier de leur vie, enfin intelligible. Et cette vision qui aurait dû avoir pour les vieux Romand la plénitude des choses accomplies avait été le triomphe du mensonge et du mal. Ils auraient dû voir Dieu et à sa place ils avaient vu, prenant les traits de leur fils bien-aimé, celui que la Bible appelle le satan, c’est à dire l’Adversaire.

Emmanuel Carrère, L’Adversaire, 2000, P.O.L. Éditeur.

Texte E

   Le titre : une clé de lecture ?

  Comment est venu le choix du titre, L’Adversaire ?
  D’une lecture de la Bible qui était liée à mon interrogation religieuse. Dans la Bible, il y a ce qu’on appelle le satan, en hébreu. [...] La définition terminale du diable, c’est le menteur. Il va de soi que l’« adversaire » n’est pas Jean-Claude Romand. Mais j’ai l’impression que c’est à cet adversaire que lui, sous une forme paroxystique et atroce, a été confronté toute sa vie. Et c’est à lui que je me suis senti confronté pendant tout ce travail. Et que le lecteur, à son tour, est confronté. On peut aussi le considérer comme une instance psychique non religieuse. C’est ce qui, en nous, ment.

Emmanuel Carrère, entretien avec Jean-Pierre Tison, Lire, février 2000.

Retrouvez l'intégralité de cet entretien.
Voir les réponses

1
Texte A D’après vous, pourquoi « l’affaire Romand » a-t-elle autant frappé les esprits à l’époque ?


2
Doc.1 Quels sont les signes qui marquent la pleine réussite sociale de Jean-Claude Romand ?


3
Texte B
a. Qu’est-ce qui intéresse l’auteur dans ce fait divers ?

b. En quoi son projet est-il différent de celui d’un journaliste ?


4
Texte C Emmanuel Carrère évoque les difficultés qu’il a eues pour écrire son livre. Quelles pistes a-t-il explorées successivement ?


5
Textes D et E
a. D’après le texte D, qui est « l’Adversaire » ?

b. Quelle autre interprétation pourrait-on donner au titre ?

c. En quoi Emmanuel Carrère précise-t-il le sens du titre qu’il a choisi pour son roman dans le texte E ?


Voir les réponses

6
Doc.2
a. Comparez les deux couvertures du roman. Quels aspects de la personnalité et de la vie de Jean-Claude Romand soulignent-elles ?

b. Qu’est-ce qui, dans l’affiche du film, donne la même impression ?


7

a. Faites une rapide recherche sur les sujets des romans suivants : Laurent Mauvignier, Dans la foule (2006) ; Ivan Jablonka, Laëtitia (2016) ; Leïla Slimani, Chanson douce (2016) ; Philippe Jaenada, La Serpe (2017). Qu’ont-ils en commun avec L’Adversaire ?

b. Pourquoi est-ce une telle source d’inspiration pour les romanciers ?
Pour répondre, vous pouvez vous aider de cette émission de France Culture ainsi que de cet entretien avec la romancière Minh Tran Huy.

Ressources complémentaires

Retrouvez :

Questionnaire de lecture

1
Ce récit comprend des échanges de lettres.
a. Entre qui et qui ?

b. À quel sujet ?

c. Pourquoi est-ce surprenant ?


2
« Il était quelque part hors de la vie, hors de la mort, il n’avait plus de nom. Au bout de trois jours, ils ont appris qu’il allait vivre. »
a. De qui s’agit-il ?

b. Dans quelle situation est-il ?


3
Quelles sont les différentes raisons possibles pour lesquelles Jean-Claude Romand a pu ne pas se présenter aux examens de 2e année ?


4
« Ce n’était pas prémédité, mais c’était une rêverie qu’il caressait depuis des mois.(…) A peine le mot lâché, il en a éprouvé le pouvoir magique. Il avait trouvé la solution. »
Quel est ce mensonge ?


5
« Elle a été très étonnée, trois semaines plus tard, de recevoir un imposant bouquet de fleurs avec la carte de Jean-Claude disant qu’il était à Paris. »
a. Qui est « elle » ?

b. Que devient-elle pour Jean-Claude ?


6
« Il a pris l’avion de Paris, est allé avec elle au siège de sa banque où elle a retiré les 900 000F en liquide, puis a repris l’avion avec une mallette bourrée de billets. »
a. D’où vient cet argent ?

b. Pourquoi le lui donne-t-elle ?


7
« Luc a vu le visage de Florence se décomposer : « Tu peux me jurer que Jean-Claude a voté la démission ? » »
a. Démission de qui ?

b. Pourquoi Florence est-elle surprise ?


8
« Elle a senti d’abord sur son visage et sur son cou, la brûlure mousseuse de la bombe lacrymogène. »
a. Qui est « elle » ?

b. Que lui arrive-t-il ?


9
En vous référant à des passages précis de l’œuvre, justifiez ce qui fait de Jean-Claude Romand :
un menteur

un escroc

un meurtrier


10
« La cinquantaine venue, elle a entendu un appel. Elle était attendue en prison. »
a. De qui s’agit-il ?

b. Comment intervient-elle dans le récit ?


Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?