COURS 1

1
Une diversité de milieux et de mises en valeur



Le parc amazonien de Guyane, un Parc national

1
Le parc amazonien de Guyane, un Parc national

Le parc amazonien de Guyane est le plus grand Parc national français et de l'Union européenne.


2
Une mise en valeur étagée de la montagne qui varie selon la saison

fond de carte
fond de carte
1000 m
2000 m
3000 m
4000 m
plus de 4000 m

C
Des acteurs au cœur de mises en valeur contrastées

Une mise en valeur dépendant des acteurs et des techniques. Elle a évolué au cours du temps en fonction des besoins des populations. Les agriculteurs cherchent à mettre en valeur la terre tandis que des acteurs du tourisme valorisent le paysage ou les aménités telles que la pente et l’enneigement l’hiver dans les massifs montagneux. La mer et le soleil attirent toujours davantage de population sur les littoraux et dans le sud de la France.

Une mise en valeur inégale. Toutefois, cette mise en valeur n’est pas toujours aussi importante ; ainsi des milieux restent relativement à l’écart des activités humaines (forêt guyanaise, montagne corse ou encore certains espaces du Massif central).

La France se nomme diversité
Lucien Febvre, historien

Vocabulaire

  • Aménité : atout d'un lieu.

  • Endémisme : présence d’une espèce animale ou végétale sur un seul territoire dans le monde.

  • Milieu : ensemble des caractéristiques physiques et biophysiques d’un lieu.

  • Paysage : portion d’espace offerte à la vue et comprenant des éléments naturels (relief, eau, végétation) et humains (champs, bâtiments, etc.).

Chiffres-clés

19 193 km
de côtes de France (5 853 km en métropole)

22,8 %
du territoire national est montagnard

36,8 %
du territoire national est recouvert par la forêt


B
Les spécificités des milieux ultramarins

Des territoires principalement intertropicaux. Contrastant très fortement avec les milieux métropolitains, les milieux physiques ultramarins sont intertropicaux (à l’exception de Saint-Pierre-et-Miquelon et des Terres australes et antarctiques françaises, les TAAF, caractérisés par un climat froid et venteux). Cette spécificité se marque par un climat chaud (18 °C minimum) avec des précipitations variables : la Guyane connaît des pluies abondantes du fait de sa position proche de l’équateur (climat équatorial à saison unique) tandis que les autres territoires ultramarins sont des îles tropicales soumises aux alizés, vents chauds et humides, apportant de fortes précipitations sur les côtes de l’île les plus exposées (la côte au vent).

Un volcanisme actif. Certains territoires ultramarins sont caractérisés par le volcanisme (Guadeloupe, Martinique, La Réunion et Mayotte), responsable d’un relief particulier (Étude de cas 1).

Une biodiversité endémique. La faune et la flore dans ces milieux tropicaux sont aussi très riches. À titre d’exemple, la Guyane est recouverte à 90 % par une forêt équatoriale humide abritant l’une des biodiversités les plus importantes au monde (Doc. 1). Les côtes ultramarines sont aussi spécifiques avec des mangroves, marais maritimes tropicaux qui s’étendent sur l’estran, ou les récifs coralliens.

A
Des milieux métropolitains diversifiés

Une diversité de reliefs. Entre ses six principaux massifs montagneux anciens (Massif central et Vosges) et jeunes (Alpes, Pyrénées, Jura, Corse), ses 5 853 kilomètres de côtes en métropole ou ses 19 193 kilomètres en comptant les côtes ultramarines (se répartissant entre côtes sableuses, côtes rocheuses et marais maritime) ou encore ses grands bassins sédimentaires (bassins parisien et aquitain), la France est marquée par une diversité de milieux.

Une diversité de climats et de végétation. Le climat y est tempéré avec des nuances (océanique dans l’ouest, semi-continental dans l’est, méditerranéen au sud) qui sont responsables, en partie, de la diversité des milieux et de la végétation. Ainsi, les plaines et les plateaux sont composés de sols s’imprégnant d’eau permettant l’agriculture et la sylviculture. La forêt est également caractéristique de la moyenne montagne (Jura, Vosges et Massif central) et est présente jusqu’à 2 000 mètres dans les massifs de haute montagne (Alpes et Pyrénées). Au-delà, c’est le domaine du froid avec de la neige abondante en hiver et des glaciers sur les plus hauts sommets (Doc. 2).

Géo-histoire

Une longue histoire de la protection des milieux

En 1906, la loi sur la protection des monuments naturels et des sites marque le début de la protection des milieux en France, même si certaines mesures de protection des milieux sont plus anciennes (la restauration des terrains en montagne date de 1860, le Second Empire ayant pris conscience des déforestations). Il faut attendre la loi de 1960 autorisant la création des Parcs nationaux en France et 1963 pour que le premier Parc national soit effectivement créé. La montagne Sainte‑Victoire (près d’Aix‑en‑Provence) peinte par Cézanne en 1885‑1887 montre une esthétique du paysage qui a précédé la protection.

La montagne Sainte‑Victoire (près d’Aix‑en‑Provence) peinte par Cézanne

Comment les milieux métropolitains et ultramarins sont‑ils mis en valeur ?

Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?