Pronote
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Texte et image

Deux sœurs face à leur conscience

DYS

Sophocle

Au début de la pièce, Antigone et sa sœur Ismène discutent. Faut-il obéir à Créon et ne pas enterrer leur frère ?
1
I
SMÈNE. – Quoi ! tu songes à l’ensevelir1, en dépit de la défense faite à toute la cité ?
  ANTIGONE. – C’est mon frère – et le tien, que tu le veuilles ou non. J’entends que nul ne soit en droit de dire que je l’ai trahi.
  ISMÈNE. – Mais malheureuse, si Créon s’y oppose !
  ANTIGONE. – Créon n’a pas à m’écarter des miens. [...]
  ISMÈNE. – [...] Pour moi, en tout cas, je supplie les morts sous la terre de m’être indulgents, puisqu’en fait je cède à la force ; mais j’entends obéir aux pouvoirs établis. Les gestes vains2 sont des sottises.
  ANTIGONE. – Sois tranquille, je ne te demande plus rien – et même si tu voulais plus tard agir, je n’aurai pas la moindre joie à te sentir à mes côtés. Sois donc, toi, ce qu’il te plaît d’être : j’enterrerai, moi, Polynice et serai fière de mourir en agissant de telle sorte. C’est ainsi que j’irai reposer près de lui, chère à qui m’est cher, saintement criminelle. Ne dois-je pas plus longtemps plaire à ceux d’en bas3 qu’à ceux d’ici, puisqu’aussi bien c’est là-bas qu’à jamais je reposerai ? Agis, toi, à ta guise4, et continue à mépriser tout ce qu’on prise5 chez les dieux.
  ISMÈNE. – Je ne méprise rien ; je me sens seulement incapable d’agir contre le gré6 de ma cité.
Les textes principaux
  • 441 avant J.-C.
    . Sophocle
    SOPHOCLE
    4 questions associées
  • . Jean Anouilh
    JEAN ANOUILH
    5 questions associées
Les images
  • . Antigone
    Jean Anouilh
    2 questions associées
  • . Antigone
    Jean Anouilh
    2 questions associées
100% numérique
Les rites funéraires
Ils étaient très importants dans la Grèce antique. Pour les Grecs, les morts ne pouvaient pas trouver le repos éternel si ces rites n’étaient pas accomplis : un mort ne pouvait pas rester sans sépulture. Rappelez-vous dans l’Iliade, la douleur de Priam face à Achille qui ne voulait pas lui rendre le corps de son fils Hector !
CACHER LES INFORMATIONS

Jean Anouilh

JEAN ANOUILH, Antigone, © Éditions de la Table ronde, 1946.

Jean Anouilh
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

INFORMATIONS SUR LE DOCUMENT
}
DYS

Jean Anouilh

1
I
SMÈNE. – Tu sais, j’ai bien pensé, Antigone.
  ANTIGONE. – Oui.
  ISMÈNE. – J’ai bien pensé toute la nuit. Tu es folle.
  ANTIGONE. – Oui.
  ISMÈNE. – Nous ne pouvons pas.
  ANTIGONE après un silence, de sa petite voix. – Pourquoi ?
  ISMÈNE. – Il nous ferait mourir.
  ANTIGONE. – Bien sûr. À chacun son rôle. Lui, il doit nous faire mourir, et nous, nous devons aller enterrer notre frère. C’est comme cela que ç’a été distribué. Qu’est-ce que tu veux que nous y fassions ?
  ISMÈNE. – Je ne veux pas mourir.
  ANTIGONE, doucement. – Moi aussi j’aurais bien voulu ne pas mourir.
  ISMÈNE. – Écoute, j’ai bien réfléchi toute la nuit. Je suis l’aînée. Je réfléchis plus que toi. Toi, c’est ce qui te passe par la tête tout de suite, et tant pis si c’est une bêtise. Moi, je suis plus pondérée1. Je réfléchis.
  ANTIGONE. – Il y a des fois où il ne faut pas trop réfléchir.
  ISMÈNE. – Si, Antigone. D’abord c’est horrible, bien sûr, et j’ai pitié moi aussi de mon frère, mais je comprends un peu notre oncle.
  ANTIGONE. – Moi je ne veux pas comprendre un peu.
  ISMÈNE. – Il est le roi, il faut qu’il donne l’exemple.
  ANTIGONE. – Moi, je ne suis pas le roi. Il ne faut pas que je donne l’exemple, moi... Ce qui lui passe par la tête, la petite Antigone, la sale bête, l’entêtée, la mauvaise, et puis on la met dans un coin ou dans un trou. Et c’est bien fait pour elle. Elle n’avait qu’à ne pas désobéir !
  ISMÈNE. – Allez ! Allez !... Tes sourcils joints, ton regard droit devant toi et te voilà lancée sans écouter personne. Écoute-moi. J’ai raison plus souvent que toi.
  ANTIGONE. – Je ne veux pas avoir raison.
Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?