Français 3e
Rejoignez la communauté !
Co-construisez les ressources dont vous avez besoin et partagez votre expertise pédagogique.
Se chercher, se construire
Ch. 1
Se raconter, se représenter
Ch. 2
Romain Gary, La Promesse de l'aube
2 bis
En quoi l’œuvre de Simone Veil est-elle plus qu’un récit personnel ?
Vivre en société, participer à la société
Ch. 3
L'habit fait-il le moine ?
Agir sur le monde
Ch. 4
Dénoncer la guerre : Mémoires d'un rat de Pierre Chaine
4 bis
En quoi la publicité est-elle un objet de critique et de satire ?
Ch. 5
Antigone : Une voix face au pouvoir
Regarder le monde, inventer des mondes
Ch. 6
Nuits lyriques
6 bis
En quoi la poésie permet-elle de lier nature et individu ?
Ch. 7
Le monde moderne en poésie
Thème complémentaire
Ch. 8
D'un étonnement à un autre
La langue au cycle 4
Lexique
Grammaire
Conjugaison
Orthographe
Nouveauté 2021 : Étude de la langue
EPI
Méthode
Tableaux de conjugaison
Chapitre 5
Texte et image

Deux sœurs face à leur conscience

J'étudie deux stratégies argumentatives.

1
Sophocle

Texte 1
Antigone

Au début de la pièce, Antigone et sa sœur Ismène discutent. Faut-il obéir à Créon et ne pas enterrer leur frère ?

ISMÈNE. – Quoi ! tu songes à l'ensevelir1, en dépit de la défense faite à toute la cité ?
ANTIGONE. – C'est mon frère – et le tien, que tu le veuilles ou non. J'entends que nul ne soit en droit de dire que je l'ai trahi.
ISMÈNE. – Mais malheureuse, si Créon s'y oppose !
ANTIGONE. – Créon n'a pas à m'écarter des miens. [...]
ISMÈNE. – [...] Pour moi, en tout cas, je supplie les morts sous la terre de m'être indulgents, puisqu'en fait je cède à la force ; mais j'entends obéir aux pouvoirs établis. Les gestes vains2 sont des sottises.
ANTIGONE. – Sois tranquille, je ne te demande plus rien – et même si tu voulais plus tard agir, je n'aurai pas la moindre joie à te sentir à mes côtés. Sois donc, toi, ce qu'il te plaît d'être : j'enterrerai, moi, Polynice et serai fière de mourir en agissant de telle sorte. C'est ainsi que j'irai reposer près de lui, chère à qui m'est cher, saintement criminelle. Ne dois-je pas plus longtemps plaire à ceux d'en bas3 qu'à ceux d'ici, puisqu'aussi bien c'est là-bas qu'à jamais je reposerai ? Agis, toi, à ta guise4, et continue à mépriser tout ce qu'on prise5 chez les dieux.
ISMÈNE. – Je ne méprise rien ; je me sens seulement incapable d'agir contre le gré6 de ma cité.
Sophocle
Antigone, pièce représentée vers 441 avant J.-C., Tragédies complètes, traduction de Paul Mazon, © Les Belles Lettres, 1962.

1. L'enterrer.
2. Inutiles.
3. Les morts (qui sont aux Enfers).
4. Comme tu le souhaites.
5. Aime.
6. La volonté.

SOPHOCLE
Le zoom est accessible dans la version Premium.

Sophocle

(vers 496-406 avant J.‑C.)


Sophocle (vers 496-406 avant J.-C.) est un dramaturge grec, connu pour ses tragédies. Il a écrit plus d'une centaine de pièces dont Œdipe Roi et Antigone, mais seules sept nous sont parvenues. Ses pièces sont considérées comme des œuvres littéraires majeures.

100% Numérique

2
Jean Anouilh

Texte 2
Antigone

ISMÈNE. – Tu sais, j'ai bien pensé, Antigone.
ANTIGONE. – Oui.
ISMÈNE. – J'ai bien pensé toute la nuit. Tu es folle.
ANTIGONE. – Oui.
ISMÈNE. – Nous ne pouvons pas.
ANTIGONE après un silence, de sa petite voix. – Pourquoi ?
ISMÈNE. – Il nous ferait mourir.
ANTIGONE. – Bien sûr. À chacun son rôle. Lui, il doit nous faire mourir, et nous, nous devons aller enterrer notre frère. C'est comme cela que ç'a été distribué. Qu'est-ce que tu veux que nous y fassions ?
ISMÈNE. – Je ne veux pas mourir.
ANTIGONE, doucement. – Moi aussi j'aurais bien voulu ne pas mourir.
ISMÈNE. – Écoute, j'ai bien réfléchi toute la nuit. Je suis l'aînée. Je réfléchis plus que toi. Toi, c'est ce qui te passe par la tête tout de suite, et tant pis si c'est une bêtise. Moi, je suis plus pondérée1. Je réfléchis.
ANTIGONE. – Il y a des fois où il ne faut pas trop réfléchir.
ISMÈNE. – Si, Antigone. D'abord c'est horrible, bien sûr, et j'ai pitié moi aussi de mon frère, mais je comprends un peu notre oncle.
ANTIGONE. – Moi je ne veux pas comprendre un peu.
ISMÈNE. – Il est le roi, il faut qu'il donne l'exemple.
ANTIGONE. – Moi, je ne suis pas le roi. Il ne faut pas que je donne l'exemple, moi... Ce qui lui passe par la tête, la petite Antigone, la sale bête, l'entêtée, la mauvaise, et puis on la met dans un coin ou dans un trou. Et c'est bien fait pour elle. Elle n'avait qu'à ne pas désobéir !
ISMÈNE. – Allez ! Allez !... Tes sourcils joints, ton regard droit devant toi et te voilà lancée sans écouter personne. Écoute-moi. J'ai raison plus souvent que toi.
ANTIGONE. – Je ne veux pas avoir raison.
Jean Anouilh
Antigone, © Éditions de la Table ronde, 1946.

1. Calme, modérée.

JEAN ANOUILH
Le zoom est accessible dans la version Premium.

Jean Anouilh

(1910-1987)


Jean Anouilh (1910-1987) est un dramaturge qui puise souvent son inspiration dans les mythes et tragédies de l'Antiquité (Eurydice, Antigone, Médée). Antigone est l'une de ses pièces majeures. Elle a été mise en scène pour la première fois en 1944, sous l'occupation allemande, et a connu un grand succès.

Éclairage

Les rites funéraires

Ils étaient très importants dans la Grèce antique. Pour les Grecs, les morts ne pouvaient pas trouver le repos éternel si ces rites n'étaient pas accomplis : un mort ne pouvait pas rester sans sépulture. Rappelez-vous dans l'Iliade, la douleur de Priam face à Achille qui ne voulait pas lui rendre le corps de son fils Hector !
Antigone
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Crédits : É. Zeizig/Tilemannschule Limburg

Antigone de Jean Anouilh, mise en scène de Thorsten Tobor, Espace Marcel Achard, Sainte-Foy-lès-Lyon, 2013 (Adaptation Tilemannschule Limburg).
Antigone
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Crédits : P. Victor/Artcomart

Antigone de Jean Anouilh, mise en scène de Marc Paquien, théâtre du Vieux Colombier (Comédie-Française), 2012.

Questions

Les textes

J'interprète des textes littéraires en situant l'œuvre dans son contexte littéraire et historique

Sophocle


1. Pour quelles raisons Ismène refuse-t-elle d'enterrer son frère ?

2. a. Antigone accepte-t-elle ces arguments ? b. Pourquoi ? Reformulez ses propos.

3. Antigone se définit comme « saintement criminelle » (l. 14). a. Quelle figure de style identifiez-vous ? b. Que veut dire Antigone ?

Anouilh


4. a. Relisez les répliques d'Ismène. Quel rôle se donne-t-elle par rapport à sa petite sœur ? b. Parvient-elle à convaincre Antigone ?

5. En quoi la réplique d'Antigone (l. 10-13) rappelle-t-elle le prologue ?

6. Comparez les répliques d'Antigone et d'Ismène (l. 14-16). a. À quels modes et temps les verbes sont-ils conjugués ? b. Que souligne Antigone dans sa réplique ?

7. Comparez le personnage d'Antigone chez Sophocle et Anouilh. Quelles ressemblances et quelles différences remarquez-vous ?

8. La pièce d'Anouilh est écrite et jouée pendant l'occupation allemande. Quel écho ce dialogue peut-il avoir avec la situation de la France à cette époque ?

Les images

1. Identifiez Antigone et Ismène sur chaque image et justifiez votre réponse.

2. De quelles manières les deux sœurs s'opposent-elles ?

Une erreur sur la page ? Une idée à proposer ?

Nos manuels sont collaboratifs, n'hésitez pas à nous en faire part.

Oups, une coquille

j'ai une idée !

Nous préparons votre pageNous vous offrons 5 essais
collaborateur

collaborateurYolène
collaborateurÉmilie
collaborateurJean-Paul
collaborateurFatima
collaborateurSarah

Premium activé


5
essais restants
Utilisation des cookies
Lors de votre navigation sur ce site, des cookies nécessaires au bon fonctionnement et exemptés de consentement sont déposés.