Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Expression écrite
P.194

Expression écrite


Expression écrite




Voir les réponses

Exercice 1

J’écris une fable à la manière de la fontaine

Consigne
À la manière de La Fontaine (voir la fable p. 182), imaginez une fable, en prose ou en vers, dans laquelle un faible trompe un puissant par la ruse.

Voir les réponses

Exercice 2

J’écris la suite d’une fable

Consigne
Écrivez la suite de la fable de La Fontaine intitulée « la Génisse, la Chèvre et la Brebis en société avec le Lion ». Vous imaginerez la (ou les) ruse(s) inventée(s) par la Génisse, la Chèvre et la Brebis pour tromper le Lion et récupérer leur part du Cerf.

Voir les réponses

Exercice 3

Je raconte une autre ruse de leuk-le-lièvre

Avant de tromper Gaïndé-le-lion et Sègue-le-léopard, Leuk-le-lièvre a également utilisé la ruse pour obtenir du lait d’Éléphant.

Consigne
En une dizaine de lignes, imaginez la ruse utilisée par Leuk pour obtenir ce lait.

Conseil
Relisez le texte p. 184 pour vous remettre en mémoire les ruses de Leuk.
Voir les réponses

Exercice 4

J’écris une courte farce

Relisez La Farce de maître Pathelin () pour bien comprendre les règles d’écriture de la farce.

Consigne
Inventez une courte farce dans laquelle un élève de 6ᵉ utilise la ruse pour tromper un élève de 3ᵉ qui ennuie souvent ses camarades les plus vulnérables.

100% Numérique

Retrouvez quelques fables de La Fontaine liées à ces exercices.

La génisse, la chèvre et leur sœur la brebis,
Avec un fier lion, seigneur du voisinage,
Firent société, dit-on, au temps jadis,
Et mirent en commun le gain et le dommage.
Dans les lacs de la chèvre un cerf se trouva pris.
Vers ses associés aussitôt elle envoie.
Eux venus, le lion par ses ongles compta,
Et dit : « Nous sommes quatre à partager la proie ».
Puis, en autant de parts le cerf il dépeça ;
Prit pour lui la première en qualité de sire :
« Elle doit être à moi, dit-il, et la raison,
C'est que je m'appelle lion :
A cela l'on n'a rien à dire.
La seconde, par droit, me doit échoir encor :
Ce droit, vous le savez, c'est le droit du plus fort.
Comme le plus vaillant, je prétends la troisième.
Si quelqu'une de vous touche à la quatrième,
Je l'étranglerai tout d'abord. »


LA FONTAINE, Fables, Livre I, 6, 1679.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.