TD 1


Comment la socialisation explique-t-elle la pratique sportive ?




1. Exercice guidé

Constater et expliquer la pratique sportive plus fréquente des hommes



Doc. 1
Quels écarts de pratique sportive entre les hommes et les femmes ?


Questions


Étape 1. Lire une donnée.

1. Faites une phrase présentant les données pour la France.
Il faut faire une lecture qui donne du sens à la donnée. La lecture permet aussi de vérifier la source et le champ des données et d’établir un premier constat.


Étape 2. Faire des comparaisons, tirer des conclusions.

2. Qui, entre les hommes et les femmes, fait, en général, le plus de sport ?
La lecture de la donnée pour l’Union européenne donne une moyenne. On peut voir que, le plus souvent, la pratique des hommes est plus importante que celle des femmes. Il faut appuyer sa réponse sur des données du document.

3. Pour quels pays la pratique des femmes est-elle plus importante ou égale à celle des hommes ?
Les exceptions permettent parfois de mettre en évidence des explications. Ici, on peut s’intéresser à ce qu’ont de commun les pays pour lesquels la pratique des femmes est plus importante ou égale à celle des hommes.

Quels écarts de pratique sportive entre les hommes et les femmes ?
Eurostat, enquête EHIS, 2017.
2. À vous de jouer !

Constater et expliquer les écarts de pratiques selon les sports



Doc. 3
Quels sont les sports pratiqués par les hommes et les femmes ?


Questions

1. Faites une phrase présentant les données pour la gymnastique.

2. Quels sont les points communs entre les deux sports pour lesquels la part des femmes est la plus élevée ?

3. Dans quels types de sport la part des hommes est-elle la plus importante ?


Femmes Hommes Part des femmes
Gymnastique 20,5 5,8 78,7
Danse 14,9 9,5 62,2
Marche 74,3 61,3 55,9
Sports de raquette 4,9 10,6 32,5
Sports collectifs 3,9 16,8 19,7
François Gleizes et Émilie Pénicaud, « Pratiques physiques ou sportives des femmes et des hommes : des rapprochements mais aussi des différences qui persistent », Insee Première, 2017.

Doc. 2
Quels facteurs d’explication ?


Questions


Étape 1. Relever l'essentiel.

1. Quelles sont les principales explications données dans ce texte pour expliquer la pratique sportive plus faible des jeunes femmes ?
Il s’agit ici de relever les principales informations du texte et les reformuler.

Étape 2. Utiliser le cours pour expliquer.

2. Reliez chacune de ces explications à la notion de socialisation différenciée selon le sexe.
Il faut mobiliser la définition et voir que cette socialisation conduit les hommes et les femmes à adopter des normes et valeurs différentes, à différencier les comportements entre eux.


Les écarts entre femmes et hommes [concernant la pratique sportive] restent pourtant élevés parmi les plus jeunes : 50 % des femmes de 16 à 24 ans ont pratiqué au moins une activité physique ou sportive dans l’année, contre 63 % des hommes de cette classe d’âge. Le manque de temps ou la faible médiatisation du sport féminin peuvent expliquer la moindre pratique physique ou sportive des jeunes femmes. Les stéréotypes de genre contribuent à maintenir des différences dans le choix des disciplines. [...] Participer à une compétition sportive est l’apanage des jeunes hommes, ces derniers déclarant chercher davantage que les jeunes femmes à dépasser leurs limites.


François Gleizes et Émilie Pénicaud, « Pratiques physiques ou sportives des femmes et des hommes : des rapprochements mais aussi des différences qui persistent », Insee Première, 2017.

Doc. 4
La gym, un sport en lien avec une socialisation « féminine » ?


Récapitulez

À l’aide des quatre documents et des réponses aux questions, montrez comment la socialisation différentielle selon le genre influe sur les pratiques sportives.



Marion (10 ans) [...], vante les mérites d’une gymnaste qu’elle admire : « J’aime beaucoup cette gym, elle est très élégante, très belle et gracieuse [...]. » Ses propos résument parfaitement le modèle de genre typique de la GR. De la championne aux pratiquantes de moindre niveau, le modèle de genre d’hyperféminité cultivée proposé par l’activité se diffuse manifestement de manière efficace.


Christine Mennesson, Jean-Paul Clément et Sylvia Visentin, « L’incorporation du genre en gymnastique rythmique », Ethnologie française, 2012.

Questions

1. Pourquoi les auteurs parlent-ils d’hyperféminité à propos de la gymnastique rythmique ?

2. Expliquez le choix de cette pratique par les filles par la socialisation différentielle selon le genre.

3. Donnez un exemple de sport davantage associé aux garçons.

Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?