Texte 4


Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal (1939)





Portrait photographique de Aimé Césaire
Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal (1939)

De retour en Martinique après ses études, Aimé Césaire écrit le Cahier d’un retour au pays natal, long poème tantôt en prose, tantôt en vers libres.

Ceux qui n’ont inventé ni la poudre ni la boussole
Ceux qui n’ont jamais su dompter la vapeur ni l’électricité
Ceux qui n’ont exploré ni les mers ni le ciel
Mais ils savent en ses moindres recoins le pays de souffrance
Ceux qui n’ont connu de voyages que de déracinements
Ceux qui se sont assouplis aux agenouillements
Ceux qu’on domestiqua et christianisa
Ceux qu’on inocula1 d’abâtardissement2
Tam-tams de mains vides
Tam-tams inanes3 de plaies sonores
Tam-tams burlesques4 de trahison tabide5

Ma négritude n’est pas une taie6 d’eau morte sur l’œil mort de la terre
ma négritude n’est ni une tour ni une cathédrale
elle plonge dans la chair rouge du sol
elle plonge dans la chair ardente du ciel
elle troue l’accablement opaque de sa droite patience.

Eia7 pour le Kaïlcédrat8 royal !
Eia pour ceux qui n’ont jamais rien inventé
pour ceux qui n’ont jamais rien exploré
pour ceux qui n’ont jamais rien dompté

mais ils s’abandonnent, saisis, à l’essence de toute chose
ignorants des surfaces mais saisis par le mouvement de toute chose
insoucieux de dompter, mais jouant le jeu du monde

véritablement les fils aînés du monde
poreux à tous les souffles du monde
aire fraternelle de tous les souffles du monde
lit sans drain9 de toutes les eaux du monde
étincelle du feu sacré du monde
chair de la chair du monde palpitant du mouvement même du monde !


Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal, 1939 © Seuil, 2006.


1. Introduire dans l’organisme (les germes d’une maladie).
2. Dégénérescence, avilissement.
3. Vains, inutiles.
4. Bouffons, ridicules.
5. Sans volonté, sans force.
6. Tache sur l’œil.
7. Exclamation en grec qui signifie « courage ».
8. Espèce d’arbre d’Afrique occidentale.
9. Conduit permettant d’évacuer l’excédent d’eau.

Texte écho
Léopold Sedar Senghor, Liberté 5, Le dialogue des cultures (1992)

Léopold Sedar Senghor s’appuie sur les travaux du philosophe français Henri Bergson, qui distingue approche rationnelle dunmonde et intuition, pour opposer deux manières d’appréhender le monde, celle du Blanc et celle du Noir.

  Considérons l’homme blanc dans sa confrontation avec l’objet, le monde extérieur, la nature, l’Autre. Plein de détermination, c’est un guerrier, c’est en oiseau de proie doué d’un regard innocent que cet homme se distingue de son objet. Il le tient à distance ; il l’immobilise ; il le fixe. [...] Il l’assimile. Ainsi est l’homme blanc européen ; tel, déjà, il l’était avant la révolution scientifique du XXe siècle. [...]

  Les rapports de l’Africain et de la Nature sont l’expression d’une symbiose consciente d’elle-même. [...]. La nature n’est donc pas un ennemi qu’il faut vaincre. L’Africain sent qu’il fait lui-même partie de la nature et qu’il est pris dans un réseau de relations avec le Cosmos et le social, avec l’animal, avec la plante, avec la terre nourricière, avec la pluie d’orage et la lente germination des graines. Lorsque les choses vont mal, c’est parce que les relations ont été faussées, qu’elles ont perdu leur harmonie et leur accord.


Léopold Sedar Senghor, Liberté 5, Le dialogue des cultures, 1992, Éditions du Seuil, 1993.
Voir les réponses

Entrer dans le texte

1
À partir du poème de Césaire et des propos de Senghor, expliquez en quelques phrases ce qu’est la négritude.


Une opposition en filigrane

2

a. Quelle figure de style rythme la première strophe ?

b. Qui désigne le pronom démonstratif « ceux » ?


3

a. Qui désigne le pronom impersonnel « on » (► v. 7-8) ?

b. En quoi cela peut‑il sembler paradoxal ?


4
Montrez comment ce « on » est défini comme le contraire de « ceux ».


5

a. Relevez les termes appartenant au lexique de la famille. Que révèlent ces termes sur les rapports de l’homme noir et de la nature ?

b. Texte écho Comparez à ce qu'écrit Senghor.


L’homme africain et la nature

6

a. Les deux dernières strophes sont structurées par des épiphores. Quelle est la définition de cette figure de style ?

b. Quel est l’effet produit ici ?


Vers le commentaire

7
En quoi ce texte nous montre-t-il que la négritude est un concept aussi bien politique que poétique ?


8
GRAMMAIRE
Relevez les différentes formes de la négation dans ce poème. À votre avis, pourquoi cet extrait comporte-t-il autant de tournures négatives ?


ORAL
En groupe de trois ou quatre élèves, sélectionnez quelques extraits du Cahier d’un retour au pays natal et enregistrez-vous en les lisant à plusieurs voix, de façon claire et compréhensible, en essayant de varier les tons en fonction du sens des textes. Réécoutez-vous, puis faites écouter votre travail à la classe.
Enregistreur audio

Frédéric Bruly-Bouabré, « Les végétaux et la terre » (série Connaissance du monde), 1991, dessin au crayon de couleur et stylo à bille sur carton, 15×10 cm.

Frédéric Bruly-Bouabré, « Les végétaux et la terre » (série Connaissance du monde), 1991, dessin au crayon de couleur et stylo à bille sur carton, 15×10 cm.

Éclairage

Après le baccalauréat, Aimé Césaire part étudier à Paris, au lycée Louis-le-Grand, où il est en classe préparatoire littéraire. Il y rencontre Léopold Sedar Senghor (écrivain et futur président de la république du Sénégal) et Léon-Gontran Damas (écrivain et futur député de Guyane). En 1935, ils fondent la revue L’Étudiant Noir. C’est dans cette revue que Césaire emploie pour la première fois le mot « négritude », un terme qui désigne pour lui « la simple reconnaissance du fait d’être noir, et l’acceptation de ce fait, de notre destin de Noir, de notre histoire et de notre culture. »

Ressources complémentaires

Retrouvez :
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir