Chapitres bientôt disponibles

Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


Texte 2


À Tabriz





À Tabriz

Bloqués par la neige, Bouvier et Vernet passent l’hiver à Tabriz, en Iran.

Novembre

Les grenades ouvertes qui saignent
sous une mince et pure couche de neige
le bleu des mosquées sous la neige
les camions rouillés sous la neige
les pintades blanches plus blanches encore
les longs murs roux les voix perdues
qui cheminent sous la neige
et toute la ville jusqu’à l’énorme citadelle
s’envole dans le ciel moucheté
C’est Zemestan1 l’hiver

  Sur le plateau d’Azerbâyjân,
il vient tard mais il vient bien. Un soir les étoiles paraissent toutes proches dans un ciel royal, et les gens du quartier sortent leurs korsi2. Dans la nuit, le thermomètre tombe à ‒ 30 ° ; le lendemain, l’hiver est dans la ville. Un vent coupant descend du nord en rafales, brasse la neige et glace les champs. Les loups s’enhardissent et les sans-travail des faubourgs s’organisent en bandes pour détrousser les paysans. Les barbes et les moustaches se givrent, les samovars3 fument, les mains restent au fond des poches. On n’a plus que trois mots en tête : thé… charbon… vodka. Sur la porte de notre cour, les gamins arméniens ont dessiné à la craie une grande garce bottée, aux innombrables jupes, qui porte un petit soleil à l’endroit du bas-ventre. Tout cela ne manque pas de poésie, aussi longtemps qu’on peut bourrer son poêle et payer le marchand de bois. [...]
  Avec ses murs bas, ses ombres blanches, ses squelettes d’arbres décharnés, la ville tassée, tapie sous la neige et la Voie lactée, avait quelque chose d’envoûtant. D’autant plus qu’une chanson sauvage résonnait dans les rues siphonnées par le vent ; la police avait laissé branchés les haut-parleurs de la place et Radio-Bakou4 était sur les ondes. On reconnaissait aussitôt cette voix inégalable : c’était Bulbul5 – le rossignol – le meilleur chanteur en langue turque de toute l’Asie moyenne. [...]
  Nous remontions lentement Chahanas6. À l’entrée de l’Arménistan7 une poignée de mendiants étaient installés, comme chaque soir, autour d’un feu de pétrole. C’étaient de vieux fantômes grelottants, rongés par la vérole8, mais sagaces9, mais gais. [...] Le peuple d’Iran est le plus poète du monde, et les mendiants de Tabriz savent par centaines ces vers de Hafiz10 ou de Nizhami11 qui parlent d’amour, de vin mystique, du soleil de mai dans les saules. Selon l’humeur, ils les scandaient12, les hurlaient ou les fredonnaient ; quand le froid pinçait trop fort, ils les murmuraient. Un récitant relayait l’autre ; ainsi jusqu’au lever du jour. Le soleil de mai était encore loin et il ne s’agissait pas de s’endormir.


Nicolas Bouvier, L’Usage du monde, « Le lion et le soleil », 1963 © Éditions La Découverte, Paris, 2014.
Reproduction en ligne avec l'aimable autorisation des Éditions La Découverte — toute réutilisation devra être autorisée par les Éditions La Découverte.


1. « L’hiver » en persan.
2. Sorte de chaufferette dans laquelle on s’installe jusqu’à mi-corps. (note de l’auteur)
3. Bouilloire utilisée pour faire du thé.
4. Bakou est la capitale de l’actuel Azerbaïdjan, alors en URSS.
5. Surnom donné à Mourtouza Rza oglu Mammadov, chanteur d’Azerbaïdjan.
6. Nom d’une avenue de Tabriz.
7. Quartier arménien de la ville.
8. Maladie de la peau.
9. Clairvoyants.
10. Poète persan du XIVe siècle.
11. Poète persan du XIIe siècle.
12. Récitaient en rythme.

Thierry Vernet, illustration pour
L’Usage du monde, Éditions Droz, 1963.
Thierry Vernet, illustration pour L’Usage du monde, Éditions Droz, 1963.

Éclairage

Thierry Vernet écrit à Nicolas Bouvier :

Mes dessins ne sont pas des illustrations de ton texte, mais ils sont un texte.

Stanisław Eon du Val, Frontière Turquie-Iran ‒20°C, janvier 2018, photographie.
Stanisław Eon du Val, Frontière Turquie-Iran ‒20°C, janvier 2018, photographie.

Texte écho
Hafiz, « Même si l’abri de ta nuit est peu sûr » (XIVe siècle)

Les vers de Hafiz, poète persan du XIVesiècle, décorent la portière de la voiture de Bouvier et Vernet ; ils leur assurent la sympathie des personnes rencontrées.

Même si l’abri de ta nuit est peu sûr
et ton but encore lointain
sache qu’il n’existe pas
de chemin sans terme
Ne sois pas triste

Hafiz, traduction du persan par le Prof. Khanlari, « Même si l’abri de ta nuit est peu sûr » dans L’Usage du monde, 1963, Éditions La Découverte, 2014.


Éclairage

La poésie redonne sens au voyage, au moment même où le découragement pourrait guetter, lorsque Bouvier et son ami deviennent, par la force de l’hiver, sédentaires.

Nathalie Froloff, « L’ombre des nuages : l’Iran millénaire dans L’Usage du monde de Nicolas Bouvier », Usages de Nicolas Bouvier, 2017.

Voir les réponses

Entrer dans le texte

1

a. À quoi le pronom « il », au début du texte en prose, renvoie-t-il ?

b. Quel lien crée-t-il entre le poème et le récit ?


Entre paradis...

2
Relevez les éléments qui idéalisent la ville et ses habitants.


3
Par quels moyens l’auteur transcrit-il la poésie de cet endroit ?


4
GRAMMAIRE

a. Identifiez les expansions du nom dans le poème.

b. Donnez la classe grammaticale de chacune d’elles.


... et enfer

5

a. Pourquoi les mendiants récitent-ils des vers ?

b. Relevez une autre phrase dans laquelle Nicolas Bouvier nuance la poésie de cette ville par une réalité prosaïque.


6
Quels autres éléments négatifs relevez-vous dans cet extrait ?


Vers le commentaire

7
Montrez, dans un paragraphe rédigé, que l’évocation de Tabriz est tout à la fois inquiétante et idéalisée.


ORAL
Récitation Apprenez le poème qui ouvre le texte et récitez-le devant la classe.
Enregistreur audio
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?