Couverture

Histoire-Géographie 2de

Feuilleter la version papier



























Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


COURS 2

2
Des ressources sous tension



Vocabulaire

  • Gaz à effet de serre (GES) : composé volatil qui conserve la chaleur émise ou reçue, l’empêchant de (re)partir dans l’espace.

  • Mix électrique : répartition des sources d’énergie dans la production électrique.

  • Mix énergétique : part des différentes sources d’énergie dans la production d’un pays (le total fait 100 %).

  • ZEE : zone économique exclusive, c’est‑à‑dire zone s’étendant jusqu’à 200 miles marins (370 km) en général où l’État côtier bénéficie de la souveraineté sur les ressources de la colonne d’eau (poissons par exemple) et du sous‑sol (comme les hydrocarbures).

2
La surexploitation du lac de Tibériade

Jadis à Ein Guev, les Israéliens étalaient leurs serviettes sur l’herbe verte, au bord du lac de Tibériade. Aujourd’hui, ils plantent leurs parasols sur une plage de sable, où se trouvait auparavant l’eau. L’assèchement du lac de Tibériade est un feuilleton en Israël : le journal Haaretz documente quotidiennement le niveau de ses eaux en dernière page. [...] Pour Israël, ce réservoir de 160 km2 est vital. Il a longtemps été la principale source d’eau du pays et son assèchement, apparemment inexorable, inquiète. Les experts sont formels : même des précipitations au-dessus de la moyenne durant l’hiver ne suffiront pas à sauver le lac de Tibériade de dommages irréversibles. Depuis 2013, « nous sommes en dessous de la ligne rouge basse », au-delà de laquelle « la salinité augmente, les poissons ont du mal à survivre et la végétation est affectée », explique à l’AFP Amir Givati, hydrologue à l’Autorité israélienne de l’eau. [...] Les autorités israéliennes déplorent cinq années de sécheresse qui ont épuisé les réserves dans le nord du pays. Mais « les facteurs climatiques seuls ne suffisent pas à expliquer (cette) baisse record », objectent Michael Wine, Alon Rimmer et Jonathan Laronne, chercheurs à l’université Ben Gourion, dans le sud d’Israël. « L’agriculture et la dérivation des eaux sont les principales causes » du phénomène. Les agriculteurs locaux, grands consommateurs d’eau, puisent et détournent les cours d’eau qui fournissent 90 % des apports du lac. Des dizaines de pompes prélèvent chaque année près de 100 millions de mètres cubes dans ces sources qui ne sont plus assez vigoureuses pour alimenter correctement le lac.


« Le lac de Tibériade, symbole de la sécheresse », La Croix, 13 novembre 2018

Le seul facteur qui pourrait déclencher l’entrée en guerre de l’Égypte est l’eau.
Anouar-el-Sadate, président de l’Égypte, 1979

En quoi l'exploitation et l'utilisation intensives des ressources ne sont‑elles pas durables ?


A
Un modèle non durable

Des aménagements qui transforment les paysages. L'exploitation des ressources est liée aux besoins croissants des sociétés mais aussi à leur capacité à développer les techniques qui permettent de les exploiter. La maîtrise de l’eau par les hommes est ancienne et se lit dans les paysages : aqueducs, canaux d’irrigation, barrages, agriculture en terrasses (Doc. 1). Les techniques permettent aujourd’hui de construire d’immenses barrages pour réguler les fleuves, transférer l’eau sur des centaines de kilomètres et de dessaler l’eau de mer.

Une exploitation intensive des ressources. Les ressources peuvent être surexploitées (surpêche dans de nombreuses régions, consommation d’eau pour l’agriculture) ou polluées par les sociétés, fragilisant écosystèmes et sociétés. Les eaux usées liées à l’urbanisation et l’industrie sont reversées à 80 % dans la nature, provoquant des maladies et accroissant la mortalité infantile. L'acheminement des hydrocarbures entraîne des dangers pour l’environnement (marées noires) et leur utilisation produit des gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone (CO2) dont les émissions annuelles ont plus que doublé depuis les années 1990, induisant un réchauffement climatique global.

Des choix politiques. L’énergie nucléaire est très présente en France ; elle représente 72 % de son mix électrique en 2016. Au-delà des États, d’autres acteurs ont un rôle fondamental comme les entreprises : c’est le cas au Niger, 8e pays mondial pour les réserves d’uranium et qui a développé une économie de rente comme les pays pétroliers mais qui importe 60 % de son électricité car ses réserves sont exploitées par des entreprises étrangères comme la société française Areva.

Chiffres-clés

30 %

des gaz à effet de serre sont générés par la Chine

80 %

des eaux usées sont rejetées dans la nature sans être traitées

11 %

de l’électricité est produite par le nucléaire dans le monde


1
Des aménagements spécifiques liés à l'eau : les terrasses de Yuanyuang en Chine


Des aménagements spécifiques liés à l'eau : les terrasses de Yuanyuang en Chine

B
Des tensions liées au contrôle des ressources

Un intense trafic planétaire. L'éloignement des foyers de consommation et de production explique l'importance des échanges d'énergie à l'échelle mondiale. Ces échanges se font soit par bateaux (tankers et gaziers), soit par des tubes : les oléoducs pour le pétrole et les gazoducs pour le gaz. Le transport d'énergie fait l'objet de vives tensions internationales. La sécurité des points de passage stratégiques, comme le détroit d'Ormuz, le détroit de Malacca ou le Bosphore, sont des enjeux majeurs.

La quête de l’indépendance. Le contrôle des ressources est un facteur de puissance. La mondialisation renforce la compétition pour l’accès et l’exploitation des ressources car elles sont synonymes d'indépendance et de profits (exportation). Les États du Moyen-Orient possèdent et exploitent 3/5 des réserves mondiales de pétrole, grâce à des faibles coûts de production.

Le contrôle de la ressource, facteur de conflits entre États. En Arctique, la délimitation des ZEE et des frontières suscite des convoitises en raison de la présence d’hydrocarbures. L’eau et les hydrocarbures sont aussi une arme diplomatique permettant de faire pression sur les pays consommateurs. Les pays situés en amont du fleuve peuvent réduire le débit des eaux restant aux pays en aval.

À l’échelle locale, des conflits d’usage. L’exploitation des ressources à une échelle plus locale peut être source de conflits d’usage comme au Maroc entre les acteurs du tourisme et ceux de l’agriculture.

Prolongement numérique

Quel est votre profil éco‑citoyen ?

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME)

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) est un établissement public qui aide les citoyens, les entreprises et les collectivités locales à mener à bien des projets durables dans les domaines de l’environnement et notamment de l’énergie. Sur le site internet www.ademe.fr, dans la rubrique « Particuliers et éco-citoyens », vous trouverez des quiz permettant de découvrir votre profil éco‑citoyen. Se déplacer, se chauffer, éclairer son logement… Seul ou à plusieurs, testez‑vous, et profitez des nombreux petits gestes suggérés par l’ADEME, à adopter au quotidien pour une consommation plus réfléchie. À vous de jouer !
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?