Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Exercice Bac 1
P.384

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

EXERCICE BAC 1
Préparation aux épreuves de contrôle continu


Je m’entraîne




Réponse à une question problématisée

Sujet
Pourquoi peut-on dire que la Ve République est un régime stable ? Vous centrerez votre réflexion sur les années 1990‑2000.

Il peut être pertinent pour ce sujet d’évoquer dans un premier temps les réformes institutionnelles ou les contestations de la Ve République.


Cela permettra de montrer que celles‑ci ne remettent pas en cause sa stabilité, ni la pérennité des piliers sur lesquels elle repose et que vous devrez expliquer.


Voir les réponses

Analyse de document

Sujet
En analysant ce document, vous montrerez quel rôle jouent les municipalités françaises dans la transition écologique, en expliquant les causes et les modalités de ces actions.


L’analyse du document constitue le cœur de votre travail, mais nécessite pour être menée la mobilisation de vos connaissances.


De nombreux facteurs confèrent aux villes un rôle moteur dans la transition écologique : l’aspiration à une meilleure qualité de vie, l’essor d’un marché de la ville durable, la poussée des partis Verts, des compétences locales étoffées... [...] Depuis quatre décennies, le cadre législatif sur la décentralisation [...] opère un transfert continu de compétences vers les municipalités. Les maires disposent de nombreux leviers pour développer des politiques environnementales. Grâce aux outils de planification et d’urbanisme, les municipalités ont le pouvoir sur l’utilisation des sols et peuvent favoriser la restauration des espaces naturels, préserver les terres agricoles périurbaines et encourager la densification en cœur de ville. [...] Elles peuvent aussi influencer les modes de vie à travers des redevances incitatives dans le domaine des déchets par exemple et des campagnes de sensibilisation [...]. Dans les faits, les compétences municipales s’exercent le plus souvent à l’échelle intercommunale. Les intercommunalités, et aujourd’hui les métropoles, offrent aux municipalités des moyens d’action supplémentaires pour élaborer et mettre en œuvre des stratégies communes dans un grand nombre de domaines relevant de leurs compétences. [...] Fortes de la légitimité acquise sur la longue durée, certaines municipalités et intercommunalités envisagent d’aller au‑delà des orientations fixées par le cadre national, par exemple dans les domaines de l’économie circulaire, de la qualité de l’air, de la réduction des émissions carbone, de la restauration et de la protection des écosystèmes [...]. L’exemplarité environnementale peut alors être à l’origine de projets d’autonomisation du cadre national. [...] Dans certains cas, les villes mobilisent aussi des répertoires d’action moins conventionnels qui reprennent ceux des mouvements issus de la société civile. Les opérations coup de poing telles que le réaménagement temporaire des espaces publics pour développer de nouvelles fonctionnalités (agriculture, piétonnisation, etc.) et les arrêtés municipaux anti-pesticides, à valeur symbolique, en sont autant d’exemples. Le dépôt de recours en justice contre l’État pour inaction climatique (Grande-Synthe) et la mise en place d’actions concertées anti-pesticides entre métropoles (Paris, Lille, Nantes, Grenoble et Clermont‑Ferrand) témoignent, sinon de velléités sécessionnistes, de la volonté d’entretenir le rapport de force avec les autorités nationales et régionales.

Charlotte Halpern, « L’agenda environnemental des municipalités », LʼÉconomie politique, n° 85, 2020, p. 87‑98.



Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.