Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

La figure du conquistador
P.28-29

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Texte et image


La figure du conquistador




Objectif

Je m'intéresse à la représentation du conquérant.

JAKOB WASSERMANN, L’Or de Cajamalca

  En 1532, le conquistador Francisco Pizarro arrive au Pérou, dans la ville de Cajamalca, avec son armée. Il ne rêve que d’or. Atahualpa est le souverain tout puissant des Incas, descendant du fils du dieu soleil. Avec son cortège royal, il va au-devant des Espagnols, restés cachés. La scène est rapportée par l’un des soldats espagnols.

  À cet instant, comme il en avait été décidé, le père Valderde, notre aumônier, sortit d’un des couverts1. La Bible à la main droite, le crucifix à la gauche, il s’approcha de l’Inca et lui adressa la parole. […]
  Le dominicain2 somma3 Atahualpa de se soumettre à l’empereur4, qui était le plus puissant souverain du monde et qui avait donné l’ordre à Pizarro, son serviteur, de s’emparer des terres des païens5.
  L’Inca ne bougea pas.
  Le père Valderde le somma une seconde fois […]. Cette fois encore, l’Inca ne répondit pas. Statue immobile, il était assis sur son trône et, mi-étonné, mi-hostile, il regardait le moine. Désemparé, celui-ci avait les yeux rivés sur le sol ; son visage pâlit ; il cherchait en vain l’inspiration pour une nouvelle sommation, quand soudain il se retourna et brandit le crucifix à bout de bras comme un étendard.
  Le général comprit alors que le moment était venu et qu’il n’était plus question d’hésiter. Il agita une bande d’étoffe blanche ; les canons tirèrent ; « San Jago », le cri de guerre, retentit ; la cavalerie surgit de l’embuscade comme un fleuve endigué6. Stupéfaits, abasourdis par les cris, les claquements des mousquets7, et le tonnerre des deux arquebuses8, étouffés et aveuglés par la fumée qui se répandait en nuage sulfureux sur la place, les hommes de l’Inca ne savaient que faire ni dans quelle direction fuir. Le choc fut épouvantable : la cavalerie piétina sans distinction les aristocrates et les gens du peuple. Personne n’opposa de résistance ; ils ne possédaient d’ailleurs pas les armes qui l’eussent permis. Au bout d’un quart d’heure, l’amoncellement des cadavres bouchait toutes les issues. […]
  Atahualpa, prisonnier, fut emmené dans le bâtiment le plus proche. Sa garde fut confiée à douze hommes.
  Un silence spectral avait envahi la place et les rues. Mais à un moment donné de la nuit, traversant les lointaines montagnes, les chants plaintifs des Péruviens, à qui l’on avait ravi leur dieu vivant, retentirent, tantôt grossissant, tantôt faiblissant, de plus en plus douloureux et sauvages, jusqu’au lever du jour.
  [On suggère un peu plus tard à Atahualpa qu’il pourrait retrouver sa liberté en donnant de l’or.]
  Ce fut sur le visage d’Atahualpa une expression d’horreur et d’intense réflexion. Il était incapable de croire que l’on puisse racheter quelque chose d’aussi important que la liberté avec un objet d’aussi peu de valeur qu’en avait l’or à ses yeux. L’idée d’acquérir quelque chose avec de l’or devait l’étonner et l’inquiéter au plus profond de son être. À cette heure, en regardant d’un côté les compagnons grisés d’or et de l’autre la figure muette et le visage étonné de l’Inca, je compris pour la première fois combien nous lui étions étrangers, incroyablement, horriblement étrangers.

JAKOB WASSERMANN, L’Or de Cajamalca, 1928, traduction de François Mathieu, © L’École des loisirs, 2015.

1. D'une des cachettes.
2. Moine appartenant à l'ordre de saint Dominique.
3. Ordonna à.
4. Charles Quint qui règne sur l'Espagne.
5. Ceux qui ne croient pas au Dieu chrétien.
6. Contenu.
7. Arme à feu.
8. Canon.

JAKOB WASSERMANN

JAKOB WASSERMANN

(1873-1934)


JAKOB WASSERMANN (1873-1934) est un célèbre écrivain allemand. Après une jeunesse rebelle et misérable, il connaît la gloire grâce à ses dons d’écriture. Ses romans, souvent sombres, sont traduits dans plusieurs langues. Il meurt peu après l’arrivée d’Hitler au pouvoir, dont il a dénoncé l’antisémitisme.

Pizarro s’emparant de l’Inca

La fin d’Atahualpa

Atahualpa fournit aux Espagnols une importante quantité d’or contre sa libération. Pizarro accepta, mais ne tint pas parole : malgré la rançon acquittée par le peuple inca, le général fit étrangler Atahualpa. Puis les Espagnols pillèrent les richesses et exploitèrent les habitants, signant ainsi la fin de la civilisation inca.

100% Numérique

Retrouvez :
Voir les réponses

Questions

COMPÉTENCE - Je m'exprime de façon maîtrisée en formulant un avis personnel, un ressenti

La confrontation de deux mondes

1
a) Que tient le père Valderde dans ses mains ? b) Pourquoi ?



2
a) Que demande-t-il à Atahualpa ? b) Quel argument donne-t-il ?



3
a) Quelles sont les réactions de l’Inca ? b) Pourquoi réagit-il de cette manière ?



Le combat

4
Qu’est-ce qui déclenche le début du combat ?



5
Le combat est-il équitable ? Expliquez.



6
Quels mots ou expressions soulignent l’aspect sinistre de la scène ?



Un fossé entre deux cultures

7
Que ressentent les Péruviens quand Atahualpa est fait prisonnier ? Pourquoi ?



8
Quelle est la réaction d’Atahualpa quand on lui suggère d’échanger de l’or contre sa liberté ?



9
Quel contraste oppose la civilisation inca et la civilisation occidentale ?



10
Selon vous, quel peuple parait le plus sage dans cette confrontation ? Justifiez votre réponse.



Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.