Synthèse



Dom Juan, un personnage ambivalent





La pièce de Molière n’a cessé de susciter des réactions contrastées, de la censure du XVIIe siècle au succès des innombrables reprises qu’il y a eu par la suite, et qui ont fait de Dom Juan un mythe moderne. En cause : l’ambivalence du personnage, mais aussi celle de la pièce, inclassable autant que son héros.


Le pouvoir de la parole

La domination par la parole

Au théâtre, la parole est souvent enjeu de confl it et de pouvoir. Dom Juan se sort de nombreuses situations parce qu’il maîtrise le langage : il est capable de faire l’éloge des pires défauts, domine la plupart des dialogues (► texte 5). Les autres personnages se retrouvent souvent incapables de manier la langue comme lui, à commencer par Sganarelle, déstabilisé, dont les tirades sont moquées par Dom Juan. Cela n’empêche pourtant pas Dom Juan d’être par instants déstabilisé, comme face aux deux paysannes (► texte 2) ou à Elvire.

Une réflexion sur le poids des paroles

La parole de Dom Juan n’est pas la seule qui intéresse Molière. La pièce interroge aussi ce qui fait le pouvoir réel ou symbolique d’une parole, questionnant le statut des promesses et de la parole donnée, que Dom Juan ne tient jamais, sauf face à la statue (► texte 6). La pièce met également en lumière la valeur qu’on donne aux paroles religieuses, prière ou blasphème, nous amenant à réfléchir au poids des mots.


Dom Juan, un anti-héros ?

Le portrait d’un libertin

Don Juan est connu pour être un séducteur, à tel point que son nom est devenu par antonomase un nom commun désignant un séducteur invétéré (► texte 1). Mais le libertinage du Dom Juan de Molière ne se limite pas au domaine de l’amour : la pièce nous montre un homme qui rejette la religion ainsi que toutes les convenances sociales (► écho au texte 1 /► texte 3). Par son individualisme, il s’oppose aux valeurs de la société de son temps. C’est peut être cela qui en fait aujourd’hui encore un personnage aussi fascinant.

Entre égoïsme et altruisme

Dom Juan n’est pas qu’un homme qui a du succès auprès des femmes : pour arriver à ses fi ns, il n’hésite pas à les tromper et expose clairement sa stratégie d’agresseur, qui vise à forcer celles qui lui résistent (► texte 1). Cependant, il peut aussi se montrer capable de courage et d’altruisme, comme lorsqu’il vient au secours de Dom Carlos, ce qui accentue l’ambiguïté du personnage (► texte 4).

Une tragi-comédie

Comédie et violence

Comme souvent chez Molière, les aspects comiques de la pièce se construisent sur des relations fondamentalement violentes. Ainsi, la scène de séduction des paysannes est une scène de comédie mais le rapport de force qui la sous-tend est loin d’être anodin. Il s’agit d’une scène de tromperie où Dom Juan abuse de son pouvoir (texte 2).

Un héros tragique ?

La pièce se clôt sur la mort de son personnage principal. La vengeance du Ciel, annoncée depuis le début, donne une tonalité tragique à ce dénouement (texte 6). La postérité, et en particulier l’époque romantique, ont vu en Dom Juan un homme désabusé, en décalage avec son époque, qui cherche désespérément l’accomplissement et va à sa propre mort. Cette évolution du mythe nourrit aussi la vision qu’on a aujourd’hui du héros de Molière.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?