Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


COURS 1


1
Des métropoles fragmentées et inégalitaires




A
Des métropoles qui s'étendent

Un foncier rare et cher. Avec la croissance démographique, la place vient à manquer dans les métropoles. Le prix du foncier augmente, surtout au centre, qui constitue la vitrine internationale de la métropole.

Une croissance verticale et horizontale. La première solution consiste à construire des gratte‑ciel, inventés à la fin du XIXe siècle à Chicago aux États‑Unis. Avec une même emprise au sol, il est possible de loger bien plus d’habitants et de construire bien plus de bureaux et de commerces. L’autre dynamique qui résulte du manque de foncier est l’étalement urbain : les métropoles tendent aujourd’hui à changer d’échelle et à devenir des régions métropolitaines. L’urbanisation se diffuse dans des espaces ruraux de plus en plus éloignés et de nouvelles centralités apparaissent.

Une organisation spatiale qui reflète les inégalités sociales. Les centres des métropoles abritent les quartiers d’affaires, et sont réhabilités au profit des plus riches. Pour les populations les plus pauvres, se loger passe souvent par un éloignement du centre. La distance entre lieux d’emplois et zones résidentielles s’accroît pour les ménages pauvres ainsi évincés. Dans les pays du Sud, cet étalement urbain se fait largement sous la forme d’un habitat informel : bidonvilles d’Afrique, slums d’Inde, favelas du Brésil, etc.

2
Vivre dans une métropole fragmentée

Nairobi est perçue comme une ville résolument moderne, permettant de nourrir l’espoir d’un mode de vie libéré. Le CBD (central business district), haut lieu de la ville, constitue le paysage de cette modernité. Il se compose de gratte-ciel, de vitrines de mode, de banques, de magasins high‑tech et de cafés à la mode. […]

Lorsqu’ils s’installent à Nairobi, une partie des jeunes migrants trouvent du travail dans le secteur des services domestiques au sein des quartiers de classe moyenne et supérieure. Ils sont généralement employés, moyennant un très bas revenu, en tant que jardiniers, peintres, concierges, hommes ou femmes de ménage, ou, pour nombre d’entre eux, gardiens de sécurité. Leurs expériences citadines se confrontent alors, de façon très immédiate, au phénomène de fragmentation urbaine. […]

Au quotidien, et au même titre que d’autres travailleurs domestiques, les gardes de sécurité franchissent à plusieurs reprises une frontière symbolique entre des espaces urbains éclatés, aux formes, aux codes, et aux représentations hétérogènes. […] La majorité des gardiens résident dans les quartiers de bidonvilles (slum). Lors de la dernière étude d’UN‑Habitat (2006), environ 50 % de la population de Nairobi vivait dans des quartiers d’habitat spontané. Ceux-ci couvraient environ 5 % de l’aire métropolitaine. Kibera, situé à Nairobi‑Ouest, est le plus grand d’entre eux en termes de population, et accueille un grand nombre de travailleurs domestiques travaillant dans les quartiers Ouest.


Jean-Baptiste Lanne, « Portrait d’une ville par ceux qui la veillent. Les citadinités des gardiens de sécurité dans la grande métropole africaine », Géoconfluences, 2017

Chiffres-clés

40 %

de la croissance urbaine se fait dans les bidonvilles

1,3 milliard

d’habitants vivent dans un bidonville


B
Une fragmentation socio‑spatiale croissante

Une privatisation des services qui pénalise les plus fragiles. Dans les pays développés comme dans les Suds, les services de base sont de plus en plus pris en charge par des sociétés privées. Eau, énergie et transports voient alors souvent leur prix augmenter, au détriment des plus pauvres.

Les gated communities, une privatisation de l’espace. Certains promoteurs immobiliers peuvent créer de véritables quartiers ou villes privés. Ces espaces sont qualifiés de gated communities (Doc. 1). Ce phénomène concerne souvent les catégories aisées ou moyennes supérieures, notamment dans les Suds. Mais le phénomène concerne également les Nords, à commencer par les États-Unis, où elles peuvent être spécialisées par classe d’âge ou type de loisirs et où une discrimination à l’achat s’opère.

La fin du vivre‑ensemble ? Aux États-Unis, les gated communities peuvent organiser un référendum local pour devenir une municipalité. De nombreux quartiers riches, par exemple en Californie dans le comté d’Orange, ont ainsi fait sécession de quartiers pauvres. Ils payent pour assurer leurs propres services courants (adduction d’eau, gestion des déchets, entretien des routes) et haut de gamme (piscines, courts de tennis) sans payer pour le reste de la ville. La solidarité et le vivre-ensemble disparaissent dans cet entre-soi choisi. La métropole se fragmente. (Doc. 2)

Géo-histoire

De Rome à nos jours


Rome compte près d’un million d’habitants à son apogée au Ier siècle de notre ère. Les problématiques de manque d’espace et de fragmentation y sont déjà visibles. Pour loger ses habitants, la ville s’étend horizontalement et verticalement. Sur le plan horizontal, cet étalement urbain aboutit à la croissance spatiale de la ville, qui déborde des murs construits au temps de la République. Ainsi entre 271 et 282, l’empereur Aurélien fait construire une nouvelle muraille qui englobe les zones désormais urbanisées et qui n’étaient plus protégées, dans un contexte où la pression des « Barbares » s’accroît. La ville s’accroît également sur le plan vertical. Les insulae, immeubles de 4 ou 5 étages, accueillent les plus pauvres qui s’y concentrent. Les incendies sont fréquents, comme le rappelle le satiriste Juvénal. À l’inverse, près des lieux valorisés (monuments notamment), certains îlots sont occupés par une seule habitation, la domus. Il s’agit de la maison urbaine d’un riche Romain, avec boutiques sur le devant, colonnade et bassin intérieur, petit jardin éventuellement.

Fabriquer la ville ne doit pas être réservé aux élites : intégrer les citoyens aux processus de construction de la ville devient fondamental pour exercer l’égalité et la liberté d’agir.
Henri Lefebvre, sociologue, Le Droit à la ville, 1968

Comment expliquer l’accroissement des inégalités au sein des métropoles ?

Vocabulaire

  • Fragmentation socio-spatiale : coupure entre des parties de la ville, sur le plan social et économique.
  • Gated community : quartier résidentiel fermé.
  • Habitat informel : habitat non autorisé par les pouvoirs publics.
  • Région métropolitaine : vaste espace composé de plusieurs communes ou municipalités organisé autour d’un centre, associé à différents pôles secondaires qui concentrent les populations et les fonctions de commandement.

1
Des inégalités qui se lisent dans l’espace

Dans le quartier de Loresho (à Nairobi), au Kenya
1
2
3

Dans le quartier de Loresho (à Nairobi), au Kenya : des logements haut de gamme et sécurisés, où vivent les plus aisés, jouxtent des bidonvilles.

Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?