Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Un autre regard sur le chapitre 6
P.112

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer




Un autre regard sur le chapitre 6





Perspective



Des arbres albinos !

IlIIIlIIl Longtemps présentés comme des « arbres fantômes » par une légende de Californie, ces séquoias sont en fait les acteurs d’une réalité biologique étonnante.

Habituellement, les végétaux sont verts grâce à la chlorophylle contenue dans les cellules de leurs feuilles. Cette chlorophylle permet la synthèse de la matière organique à partir de l’énergie solaire. Donc, sans chlorophylle, pas de matière organique, donc pas de développement ni de croissance. Pourtant, ces arbres « albinos » ou achlorophylliens (sans chlorophylle) existent et grandissent..

Des études scientifiques menées pour comprendre ce phénomène ont montré que ces arbres possèdent un taux très élevé de métaux lourds (nickel, cuivre et cadmium). On a récemment compris que les arbres albinos sont en association par leurs racines avec leurs voisins chlorophylliens, qui leur fournissent de la matière organique. Les « arbres fantômes » contribuent pour leur part à la réussite de cette association en dépolluant le sol (ils accumulent les métaux lourds toxiques pour les végétaux chlorophylliens).

Un séquoia dépourvu de chlorophylle

Comment des arbres sans chlorophylle peuvent-ils se développer ?

Ressource complémentaire

Cliquez ici pour visionner une vidéo (en anglais) présentant ces arbres étonnants.


Perspective



Du bio-bitume à base d’algues

IlIIIlIIl En France, chaque année, plus de 2,5 millions de tonnes de bitume servent à la fabrication de l’asphalte routier. Sa production nécessite l’utilisation de ressources fossiles car le bitume est un composé obtenu après distillation du pétrole brut. Des chercheurs de l’université de Nantes et de l’IFSTTAR (Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux) ont développé un bio-bitume à partir des déchets de l’industrie cosmétique (qui utilise des micro-algues du genre Scenedesmus pour la production de lipides).

Le projet, nommé Algoroute, permet la revalorisation de ces déchets et reproduit la transformation de la biomasse lors d’un enfouissement qui durerait des millions d’années. Les compositions chimiques du bitume et de ce bio-bitume sont différentes, mais leurs propriétés (résistance et durabilité) sont similaires. Grâce à ce projet, une économie d’un million de tonnes de produits pétroliers peut être envisagée.

Bio-bitume obtenu à partir
des micro-algues

Le procédé utilisé, dit de liquéfaction hydrothermale, utilise de l’eau sous pression.

Ressource complémentaire

Cliquez ici pour visionner une vidéo présentant le projet Algoroute de l’université de Nantes.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.