DOSSIER 3



Vers une démocratie d’opinion ?





Doc. 4

Les médias et les sondages renforcent‑ils la démocratie ?


Voir les réponses

Questions

1. Pourquoi le town meeting est-il proche de la démocratie directe ?


2. Selon George Gallup, comment les médias et les sondages permettent‑ils de s’approcher de ce type de démocratie ?


3. Selon vous, quels arguments peut‑on opposer à cette idée ?

  L’une des formes les plus anciennes et les plus pures de la démocratie dans ce pays [les États‑Unis] fut le « town meeting » […]. Les habitants se rassemblaient dans une salle pour discuter ensemble et voter sur des questions concernant la communauté. […] Mais les communautés ayant vu leur taille augmenter, le town meeting est devenu impraticable. […] La large diffusion des journaux qui rapportent les opinions des hommes politiques sur les enjeux du moment, la possession peu ou prou universelle de la radio, qui fait de la Nation tout entière un immense auditoire et, maintenant, l’avènement du référendum par échantillon1 qui fournit les moyens de déterminer rapidement la réaction du public au débat du moment ont créé un town meeting à l’échelle nationale. […] Le peuple, après avoir écouté les arguments des deux camps sur chacun des enjeux, peut faire connaître sa volonté.

George Gallup, « Sondages d’opinion et démocratie », Hermès, La Revue, mars 2001.

1. Gallup nomme de cette façon les sondages d’opinion.

Je fais le point

Si le développement de l’opinion publique est une conséquence logique de la démocratie, la prise en compte de cette opinion modifie le fonctionnement de la démocratie à tel point qu’on peut parler de « démocratie d’opinion ». L’opinion publique permet un pouvoir plus important du peuple et modifie l’action des gouvernants et leur sélection.


Doc. 3

Comment les gouvernants utilisent‑ils les sondages ?


Voir les réponses

Questions

1. Comment les sondages peuvent‑ils inciter un homme ou une femme politique à se présenter à une élection ?


2. De manière générale, pourquoi les décideurs politiques et les candidats ont-ils intérêt à connaître « l’état de l’opinion » ?

Une du journal Le Figaro du 28 janvier 2010.
Une du journal Le Figaro du 28 janvier 2010.

  [Les hommes politiques] sont de gros consommateurs de ce type d’enquête qui leur apporte des informations de toutes façons plus fiables que celles de leur seule intuition. […] On sait, de l’aveu même des intéressés, que des candidatures ont été décidées sur la base d’enquêtes par sondage. […] Il en est de même de certaines décisions politiques : les hommes politiques ont peu à peu intégré, dans la prise de décision, ce que les sondages d’opinion, à tort ou à raison, semblent leur fournir comme indications sur ce qui est censé être « l’état de l’opinion »

Patrick Champagne, « Le sondage et la décision politique », Revue Projet, avril 2001.

Doc. 2

De la démocratie représentative à la démocratie d’opinion ?


Voir les réponses

Questions

1. Quel rôle est attendu des partis politiques dans la démocratie représentative ?


2. Proposez une définition de la démocratie d’opinion (ou démocratie « du public » ).


3. Comment la démocratie d’opinion modifie‑t‑elle la sélection du personnel politique ?

Les candidats Donald Trump et Jeb Bush en débat lors des élections primaires du Parti républicain, en 2016.
Les candidats Donald Trump et Jeb Bush en débat lors des élections primaires du Parti républicain, en 2016.

  [Le politiste] Bernard Manin a offert une des analyses les plus stimulantes de la « démocratie du public » (expression qu’il préfère à celle de démocratie d’opinion). La domination des partis est, selon lui, remise en cause à partir des années soixante‑dix par le développement d’une « démocratie du public », lié au déclin des identifications partisanes, l’emprise des médias, des sondages, du marketing, et la personnalisation croissante de la vie politique. […] L’électorat ou les citoyens apparaissent comme un « public » qui réagit aux propositions qui lui sont faites sur la scène publique (essentiellement médiatique) et construites en fonction de leurs préférences mesurées par les sondages. Dans ce troisième âge de la démocratie représentative, succédant à la démocratie des notables et des partis, le peuple est moins représenté par les parlementaires ou par les formations partisanes que par « l’opinion publique ».

Rémi Lefebvre, « Les primaires : triomphe de la démocratie d’opinion ? », Pouvoirs, mars 2015.

Je m'auto-évalue

Indiquez si les propositions suivantes sont vraies ou fausses.

1. La démocratie d’opinion désigne le fait que le vote est remplacé par les sondages.


2. La prise en compte de l’opinion modifie le mode de sélection des représentants politiques.


3. En général, les décideurs politiques ne prennent pas en compte les sondages d’opinion.


4. La prise en compte de l’opinion peut renforcer la démocratie.


Découvrir
Doc. 1

Une politique dictée par l’émotion collective ?



  Le cliché avait fait le tour du monde. Il y a un an, jour pour jour, la photo du petit Aylan Kurdi, devenait le symbole de la crise migratoire que traverse l’Europe. L’image était glaçante : elle montrait le corps sans vie d’un enfant de trois ans, allongé sur une plage de Bodrum en Turquie, le visage à moitié enfoui dans le sable. Ce petit garçon, un Syrien d’origine kurde, était mort noyé alors qu’il tentait de quitter la guerre civile syrienne avec sa famille. […] Les messages d’émotion et de soutien envers les migrants sont largement partagés sur les réseaux sociaux, au point de faire basculer l’opinion publique sur la question des migrants. Dans un sondage publié quelques jours après le drame, 54 % des Français se montraient favorables à l’accueil des « réfugiés syriens », alors qu’ils n’étaient que 44 % la semaine précédente. […] De nombreux internautes et personnalités publiques ont appelé les dirigeants européens à agir. Pressés par l’opinion publique, les responsables politiques ont multiplié les annonces.

Caroline Piquet, « Il y a un an, la photo du petit Aylan bouleversait le monde entier », Le Figaro, 3 septembre 2016.
Voir les réponses

Questions

1. Comment expliquer l’effet du cliché sur l’opinion publique ?


2. Quel a été la conséquence du changement de l’opinion publique sur les politiques menées ?


3. Selon vous, cet effet a‑t‑il été durable ?
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?