Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Je m’entraîne
P.271

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

EXERCICE BAC
Préparation aux épreuves de contrôle continu
logo-bac


Je m’entraîne





Réponse à une question problématisée

Question
Quelles sont les dynamiques de lʼUnion européenne dans la mondialisation ?

Voir les réponses

Analyse de document

Sujet
Les entreprises européennes face à la concurrence internationale

Montrez, en vous appuyant sur le texte et sur la caricature, quelles sont les difficultés des entreprises européennes face à la concurrence internationale ainsi que les solutions envisagées pour y faire face.
L’analyse de documents constitue le cœur de votre travail mais nécessite, pour être menée, la mobilisation de vos connaissances.
Voir les réponses

Caricature Craig Stephens

Les Européens se demandent comment résister aux multinationales américaines et chinoises. Après le Brexit, l’UE ne comptera plus que 12 entreprises parmi les 100 plus grosses capitalisations mondiales, contre 28 il y a dix ans. [...] Les derniers mois [...] ont été marqués par la prise de conscience de la nécessité de soutenir des filières transfrontalières, voire la constitution de « champions » dotés d’une taille critique suffisante pour faire face aux groupes chinois et américains, et la volonté de protéger les technologies stratégiques des rachats hostiles. [...] L’échec du rapprochement entre Siemens et Alstom dans le secteur ferroviaire, auquel s’est opposée la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, a provoqué un électrochoc en France comme en Allemagne. Sous prétexte de protéger le consommateur européen de la constitution d’un monopole potentiel, Bruxelles a empêché Français et Allemands de former un leader mondial du ferroviaire [...]. « Nous aurons des trains chinois en Europe », anticipe le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire. « On a déjà détruit l’industrie du panneau solaire européen sciemment en laissant entrer les panneaux chinois qui sont largement subventionnés. La compétition n’est pas équitable, et nous n’avons aucune chance de gagner. »


Stéphane Lauer, « L’Union européenne à l’épreuve de la concurrence mondiale », Le Monde, 27 mai 2019.

Exercice bac numérique

Transposer un texte en croquis

Sujet
À partir du texte, vous construirez à l’aide du fond de carte fourni, un croquis portant sur le sujet suivant : « La question fiscale dans l’UE », accompagné d’une légende organisée.

La question de la fiscalité divise les pays de l’Union européenne, et en premier lieu par les difficultés d’harmonisation. Les États-membres de l’UE ont chacun leur propre système fiscal : les cotisations sociales, les taux de TVA, ou encore l’impôt sur le revenu varient énormément d’un pays à l’autre. Par exemple, l’impôt sur le revenu est le plus élevé au Danemark, qui applique un taux moyen de 36,1 % sur les revenus des particuliers. De plus, le poids des recettes fiscales diffère sensiblement, puisqu’elles représentent plus de 40 % du PIB dans sept États (France, Italie, Autriche, Suède, Finlande, Danemark, Belgique), et sont inférieures à 30 % du PIB en Irlande, en Lituanie, en Roumanie et en Bulgarie.
Dans les autres pays membres de l’UE, les recettes fiscales représentent entre 30 et 40 % du PIB. Concernant la taxation des entreprises, on peut également rappeler la difficulté de l’UE à établir une taxe commune sur les géants du numérique, ce qui a conduit la France à établir sa propre « taxe GAFA » en juillet 2019. Enfin, cette forte fiscalité favorise les tentatives d’évasion fiscale notamment vers la Suisse, mais aussi vers Singapour, Bahreïn, Panama, les Bahamas ou les îles Caïmans. L’Union européenne rencontre aussi des difficultés pour faire face au phénomène d’évasion fiscale. Gabriel Zucman, chercheur à l’université de Berkeley, estime que cette dernière représente pour l’UE une perte d’environ 120 milliards d’euros.
Par ailleurs, l’Union européenne peine à lutter contre les pays pratiquant des fiscalités avantageuses. Après le scandale LuxLeaks en 2014, la Commission européenne a établi une liste des paradis fiscaux ainsi qu’une liste de pays placés sous surveillance, mais aucun État de l’UE n’y figure. L’ONG Oxfam estime pourtant que quatre États européens devraient figurer sur la liste des paradis fiscaux, en l'occurrence le Luxembourg, l’Irlande, Malte et les Pays‑Bas. Certaines firmes transnationales ont d’ailleurs profité pleinement des faibles taux d’imposition sur les entreprises, comme Nike aux Pays‑Bas, ou Apple en Irlande.


Fond de carte à télécharger en cliquant ici.

Carte Europe