Histoire Terminale
Rejoignez la communauté !
Co-construisez les ressources dont vous avez besoin et partagez votre expertise pédagogique.
Thème 1 : Fragilités des démocraties, totalitarismes, Seconde Guerre mondiale (1929-1945)
Ch. 1
L’impact de la crise de 1929 : déséquilibres économiques et sociaux
Ch. 2
Les régimes totalitaires
Ch. 3
La Seconde Guerre mondiale
Thème 2 : La multiplication des acteurs internationaux dans un monde bipolaire (de 1945 au début des années 1970)
Ch. 4
La fin de la Seconde Guerre mondiale et les débuts d’un nouvel ordre mondial
Ch. 5
Une nouvelle donne géopolitique : bipolarisation et émergence du tiers-monde
Ch. 6
La France : une nouvelle place dans le monde
Thème 3 : Les remises en cause économiques, politiques et sociales des années 1970 à 1991
Ch. 7
La modification des grands équilibres économiques et politiques mondiaux
Ch. 8
La France de 1974 à 1988, un tournant social, politique et culturel
Thème 4 : Le monde, l’Europe et la France depuis les années 1990, entre coopérations et conflits
Ch. 9
Nouveaux rapports de puissance et enjeux mondiaux
Ch. 10
La construction européenne entre élargissement, approfondissement et remises en question
Ch. 11
La République française
EMC
Axe 1
Fondements et expériences de la démocratie
Axe 2
Repenser et faire vivre la démocratie
Annexes
Chapitre 4
Cours 3

De nouvelles tensions

Pourquoi de nouvelles tensions apparaissent-elles ?

Testez vos connaissances sur ce quiz

illu-boite-a-outil-chronoquiz
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Retrouvez un pour ce cours, à faire en classe en direct !

A
Le début de la Guerre froide

1
Un conflit inévitable ?

Aux sources de la Guerre froide. Déjà en germe avec la révolution bolchévique de 1917, les tensions entre lʼURSS et les démocraties occidentales apparaissent dès 1943, Staline étant mécontent d'être évincé des négociations de l'armistice italien. Lors de la conférence de Yalta en 1945, les Alliés acceptent l'influence de l'URSS sur l'Europe de l'Est. Mais, très vite, le Royaume-Uni et les États-Unis s'opposent à l'expansionnisme soviétique.

Une Guerre froide encore incertaine. Les contemporains perçoivent pourtant les conférences de Yalta en février 1945 puis de Potsdam de juillet à août 1945 comme des symboles de la Grande Alliance. Potsdam fixe ainsi le quadripartisme de l'Allemagne, qui aurait pu fonctionner comme en Autriche, et crée la conférence des ministres des Affaires étrangères, un organe supposé désamorcer les tensions.

2
Une nouvelle forme de guerre

1947, début de la Guerre froide. En mars 1947, le président américain énonce la doctrine Truman : il oppose le camp occidental libre à l'oppresseur soviétique. Andreï Jdanov, responsable de l'idéologie soviétique, lui répond peu après en opposant l'URSS et ses alliés à l'impérialisme des pays capitalistes.

La menace atomique. Un programme soviétique est lancé en 1946 et aboutit en 1949. Le plan Baruch, proposé par les Américains à l'ONU en 1946 pour créer une autorité nucléaire internationale, échoue. Les deux superpuissances ont désormais l'arme atomique, ce qui explique l'absence de conflit direct.

Biographie

Harry Truman
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Crédits : RaphaelQS/Wikimedia

Harry Truman (1884‑1972)

33e président des États-Unis, il lance les bombardements atomiques dʼHiroshima et de Nagasaki pour mettre fin à la Seconde Guerre mondiale. Ses deux mandats sont marqués par la fondation de lʼONU, la naissance de lʼOTAN, la guerre de Corée et l'installation progressive du climat de Guerre froide avec l'URSS.

Vocabulaire

  • Quadripartisme : volonté des Alliés de se partager l'Allemagne et Berlin en quatre zones d'occupation. Elle conduit à la création de la RDA et de la RFA en 1949.

B
Des conflits indirects

1
Les premières épreuves de force

Le blocus de Berlin. Alors que Berlin est divisé en quatre zones d'occupation depuis la guerre, Staline installe un blocus en 1948 pour chasser les trois puissances occidentales de l'ouest de la ville qu'elles occupent (). Celles-ci mettent en échec ce coup de force par un pont aérien. En 1949, le blocus est finalement levé.

La guerre de Corée. La Corée du Nord communiste attaque la Corée du Sud pro-occidentale en 1950. La capitale du Sud, Séoul, tombe après trois jours de combats. Les États-Unis saisissent l'ONU et condamnent l'agression, tandis que l'URSS soutient le Nord. Ce n'est qu'à la mort de Staline, en 1953, qu'un armistice entérine finalement le partage en deux États.

2
Deux blocs face-à-face

La soviétisation de l'Europe de l'Est. Progressivement, les partis communistes des pays de l'Est prennent le contrôle des rouages étatiques avec l'aide du Kominform. Officiellement appelées « démocraties populaires », il s'agit d'États satellites de l'URSS.

La stratégie du containment. Pour éviter un conflit direct, les États-Unis mettent en œuvre une stratégie visant à bloquer la progression du communisme et à entourer l'URSS d'un « cordon sanitaire » d'États alliés, qu'ils soutiennent à la fois militairement et économiquement. C'est au nom de cette doctrine qu'ils interviennent militairement en Corée.

Vocabulaire

  • Containment (endiguement) : stratégie américaine définie en 1946 qui consiste à stopper l'avancée du communisme soviétique.

C
Le Proche-Orient et la Guerre froide

1
L'intérêt précoce des deux Grands

Un enjeu de la Guerre froide. Le Proche et l'Extrême-Orient représentent la première zone de tensions dès 1945. La fin prévue des mandats britannique et français, ainsi que la présence de 60 % des réserves pétrolières mondiales en font un enjeu majeur. Si la Syrie commence à se rapprocher de l'URSS, Ia Turquie pro-américaine intègre l'OTAN dès 1952.

Des initiatives américaines. Dès 1945, F.D. Roosevelt conclut un accord sur le pétrole et sur le statut de la Palestine avec le roi Ibn Séoud d'Arabie Saoudite (), puis négocie une base aérienne. Durant l'été 1946, Staline tente quant à lui d'obtenir des concessions de la part de la Turquie, mais recule face à l'opposition des États-Unis.

2
Des tensions aux premiers conflits

La crise irano-soviétique. Depuis 1942 et l'accord tripartite obtenu par l'URSS et le Royaume-Uni, l'Iran est occupé par des forces étrangères. Comme le veut cet accord, les Anglais se retirent en 1946, tandis que les Soviétiques restent, favorisant la création d'un nouvel État pro-soviétique : l'Azerbaïdjan. Truman menace dʼintervenir, obtenant finalement le retrait soviétique.

Vers la première guerre israélo-arabe. Le panarabisme naissant et la Ligue arabe, créée en 1945, accentuent ces tensions. Le 14 mai 1948, David Ben Gourion et d'autres leaders sionistes, comme , proclament la naissance de l'État d'Israël : une première guerre éclate aussitôt entre le nouvel État, soutenu par les États-Unis, et ses voisins arabes.

Biographie

Golda Meir
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Crédits : Geagea/Wikimedia

Golda Meir (1898‑1978)

D'origine ukrainienne, élevée aux États-Unis, elle s'installe en Palestine dans les années 1920. Elle cofonde le Parti travailliste Mapai en 1930. Après avoir participé à la naissance d'Israël en 1948, elle exerce la fonction de ministre du Travail puis des Affaires étrangères et enfin de Premier ministre.

Vocabulaire

  • Mandats : tutelles temporaires sur d'anciens territoires allemands ou ottomans. Elles sont confiées par la SDN en 1919 à des puissances coloniales victorieuses.

  • Panarabisme : idéologie visant à unifier les populations arabophones d'Afrique du Nord, du Proche et du Moyen-Orient au sein d'un même État.

Les documents du cours

Doc. 1
Le blocus de Berlin

Le blocus de Berlin
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Crédits : Granger Historical Picture Archive/Alamy

Dick Spencer, 1948, caricature.

Doc. 2
La rencontre du Quincy

La rencontre du Quincy
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Crédits : United States Department of the Navy/Wikimedia

Franklin D. Roosevelt et le roi d'Arabie Saoudite Ibn Séoud sur le croiseur américain Quincy, 20 février 1945, photographie anonyme.

Écho des temps

Une « nouvelle guerre froide » semble émerger depuis le début des années 2010. La guerre civile syrienne, amorcée en 2011, en constitue l'un des principaux jalons : tandis que la Russie soutient le président Bachar el-Assad, les États-Unis voient d'un bon œil la rébellion. En 2016, le vice-président russe Dmitri Medvedev emploie officiellement cette expression désormais courante dans les analyses géopolitiques.

Une erreur sur la page ? Une idée à proposer ?

Nos manuels sont collaboratifs, n'hésitez pas à nous en faire part.

Oups, une coquille

j'ai une idée !

Nous préparons votre pageNous vous offrons 5 essais
collaborateur

collaborateurYolène
collaborateurÉmilie
collaborateurJean-Paul
collaborateurFatima
collaborateurSarah

Premium activé


5
essais restants
Utilisation des cookies
Lors de votre navigation sur ce site, des cookies nécessaires au bon fonctionnement et exemptés de consentement sont déposés.